Système solaire

De CreationWiki
Solar system.jpg

Un système solaire est un group de corps célèstes qui se consiste d'une étoile et les planètes et autres objets en orbite autour d'elle. Nôtre système se consiste du soleil et les corps planétaires en orbite autour de lui tels que les huit (anciennement neuf) planètes, trois planètes naines, environ 160 satellites planétaires connus (lunes), et des astéroïdes innombrables. Le système solaire consiste aussi en plusieurs corps glaciaux varieux, et quantités vastes de nébuleuse, du gaz et de la poussière qui s'appellent le moyen interplanétaire.[1]

En outre du soleil, la Terre, et la Lune de la Terre, plusieurs objets dans nôtre système solaire sont visibles à l'oeil nu. Ces objets incluent les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, et Saturne, les astéroïdes les plus lumineux, et de comètes et météores occasionnels. Beaucoup plus d'objets dans le système solaire peuvent se voir avec de télescopes.[2]

Caractéristiques

Soleil

Article principal: Soleil

Le soleil est l'objet le plus large et le plus important en nôtre système solaire. C'est l'étoile la plus proche à la Terre et donc l'étoile la plus proéminente en nôtre galaxie. Du centre du soleil à sa surface, il a un rayon alentour 109 fois le rayon de la Terre. Quelques des ruisseaux de gaz se levant de la surface du soleil sont plus larges que la Terre. Il contient 99,8 pourcent de la masse (quantité de matière) du système solaire. Le soleil fournit la plupart de la chaleur, la lumière, et autre énergie qui faisent possible la vie.

Solar system planets.jpg

Les niveaux extérieurs du soleil sont chauds et orageux. Les gazes chauds et particules électriquement chargées dans ces niveaux ruisselent continuellement en espace et souvant entrent en éruptions solaires. Ce flux de gazes et particules forment le vent solaire, qui baigne tout dans le système solaire.[2]

Planètes

Article principal: Planète

Le mot planète se dérive du mot grec πλανήτης (planetes), qui se dérive du mot πλάνης (planes) qui veut dire « wanderer. »[3]

Terrestres

Les quatres planètes intérieures, Mercure, Vénus, la Terre et Mars, se consistent principalement de fer et de roche. Ils s'appellent les planètes terrestres parce qu'ils ont de surfaces solides et rocheuses, et sont assez similaires en grandeur et constitution à la Terre.[2]

Géantes gazeuses

Au-dehors de l'orbite de Mars se trouvent Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, les géantes gazeuses du système solaire. Les quatres planètes extérieures sont mondes géantes avec de niveaux extérieurs épais et gazeux. Presque toute leur masse se consiste de hydrogène et hélium, qui les donne de constitutions plus semblables à celle du soleil quà celle de la Terre. Au-dessous de leurs niveaux extérieurs, les planètes géantes n'ont pas de surfaces solides. La pression de leures atmosphères épaisses faisent devenir liquide leurs intérieurs, bien qu'ils peuvent avoir de noyaux rocheux[2]

Naines
L'ancienne planète la plus loine et la plus petite Pluton est solide comme glace en comparaison avec les planètes terrestres.[4] Le 24 août 2006, l'Union international astronomique (IAU) a formellement rétrogradé Pluton d'une planète officielle de nôtre système solair d'une seule planète naine. Ceci a eu lieu après la découverte d'Éris, un objet dans d'éparpillage qui est plus lourd même que Pluton mais qui, telle que Pluton, n'a pas eu déblayé son quartier de débris. Il y a maintenant huit planètes officielles de nôtre système solaire selon l'IAU.[5] La classe des planètes naines inclut Éris, Pluton, et l'ancien astéroïde Cérès, qui est au moins assez grande pour s'ébouler sous sa propre lourdeur en un sphéroïde.

Lunes

Article principal: Lune

Une lune est un satellite naturel en orbite autour une planète ou planète naine. Le corps célestre connu comme La Lune est la lune particulière en orbite autour la Terre, mais presque 200 autres lunes sont connues d'exister dans nôtre système solaire, en orbite autour six des huit planètes et deux des planètes naines (Pluton et Éris). Par exemple, Jupiter a plus que soixante satellites, y compris ses quatre plus grands, les Lunes galiléens. La lune de la Terre et l'objet le plus lumineux dans le ciel à la nuit, et réflète la lumière du soleil. La lune et le seul corps astronomique autre que la Terre de jamais être visité par des êtres humains.

Origine

Évolution

Article principal: Théorie de nébuleuse
Conception artistique d'une nébuleuse solaire. Regardez un vidéo animé.
Cosmologistes qui tiennent à une origine naturaliste de nôtre système solaire croient qu'elle s'est formée d'un nuage géant et pivotant de gaz et poussière connu comme la nébuleuse solaire. Selon cette théorie la nébuleuse solaire a commencé à s'écrouler à cause de sa propre gravité. Quelques astronomes spéculent qu'un supernova (étoile explosante) proche a provoqué l'écroulement. Lorsque la nébuleuse s'est contractée, elle s'est tournée plus vite et s'est aplatie en disque.

La théorie de nébuleuse indique que particules dans le disque aplati puis ont entré en collision mutuelle et se sont collées pour former d'objets de grandeur d'astéroïde qui s'appellent planétesimaux. Quelques de ces planétesimaux se sont combinés pour devenir les huit planètes larges. Autres planétesimaux ont formé les lunes, les astéroïdes, et les comètes. Toutes les planètes et astéroïdes tournent autour du soleil en la même direction, et en plus ou moins la même surface plane, parce qu'ils se sont formés originellement de ce disque aplati.

Mais la plupart du matériau dans la nébuleuse solaire s'est tiré vers le centre et a formé le soleil. Selon la théorie, la pression au centre est devenue assez grande pour provoquer les réactions nucléaires qui donne la puissance au soleil. À la longue, les éruptions solaires se sont passées et ont produit un vent solaire. Dans le système solaire intérieur, le vent était assez fort qu'il a entraîné la plupart des éléments plus légèrs—hydrogène et hélium. Mais dans les régions extérieures du système solaire, le vent solaire était beaucoup plus faible. Comme résultat, beaucoup plus d'hydrogène et hélium restait sur les planètes extérieures. Ce processus explique pourquoi les planètes intérieures sont petits mondes rocheux et les planètes extérieures, sauf Pluton, sont de globes géants qui se compose presque entièrement d'hydrogène et hélium.[2]

Création

Selon Genèse le système solaire et les lois qui le gouvernent ont créés durant les 4e jour de création avec les autres corps célèstes.

Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour. Genèse 1:14-19

Le premier jour de la semaine de création Dieu dit, « Que la lumière soit! » Le quatrième jour Il dit, « Qu'il y ait des luminaires » Des culminations de masse se sont unis le quatrième jour à la commande de Dieu pour former les « deux grands luminaires »—le soleil et la lune. Ceux-ci se sont faits pour marquer les saisons, les jours, et les années. La présence des saisons si tôt dans la vie de l'univers veut dire que la terre devait être une inclination de son axe du commencement--une autre problème pour les théories uniformitarianistes.

Dieu puis a rangé des autres soleils (les étoiles) en nombres massifs à travers de l'univers. Il même a donné des noms aux étoiles et aux constellations (Job 38:31-33 ; Ésaïe 40:26 ).

Histoire

Modèle géocentrique

Article principal: Géocentricité
L'univers géocentrique selon Peter Apian, de Cosmographicus Liber (1539). Visibles sont les sphères internes de la terre, l'eau, l'air, et le feu - les 4 substances basiques que tous les choses étaient crus d'en consister. [6]

Géocentrisme est la conviction que la Earth se localise au centre d'univers. Les créationnistes bibliques considèrent généralement la création du cosmos comme un événement centré dans la Terre, et l'espace au-delà de nôtre monde d'être créé simplement pour « raconter la gloire de Dieu » (Psaume 19:1 ). Ainsi, on assume généralement que la Terre est au centre relatif du cosmos.

Bien que beaucoup peu des créationnistes tiennent à une vue géocentrique stricte, la galactocentricité a reçu l'acceptance par plusieurs. Des témoignements, tels que changement roux quantisé, s'est offri pour soutien fort que la Voie lactée existe au centre de l'universe.

Modèle héliocentrique

Article principal: Héliocentricité
Copernican system.jpg

Heliocentricité est un système de référence dans lequel le soleil est au centre. Nôtre système planétaire est héliocentrique, alors que les onze planètes et planètes naines connues sont en orbite autour le soleil, et est ainsi connu comme un « système solaire ».

Quelques des premiers astronomes, tels que Nicolas Copernicus, Galiléo Galiléi, et Johannes Kepler ont aidé de révolutionner la vue préalablement tenue de géocentrisme, qui était soutenu par la cosmologie d'Aristotle, et plaçait la Terre au centre. La théorie copernicaine a dit que le soleil était au centre de l'univers et les planètes tournaient autour le soleil chaque année. Copernicus affirmait aussi que la Terre avait de motion autour son centre, et a fourni une explication simple pour les motions rétrogrades des planètes.

Autres systèmes solaires

Plusieues autres étoiles ont de nuages en forme de disque autour d'elles qui paraissent être systèmes solaires en formation. En 1983, un téléscope infra-rouge en espace a pris en photographie un tel disque autour de Véga, l'étoile la plus lumineuse dans la constellation Lyra. Cette découverte a représenté le premier témoignage direct de tel matériau autour d'aucune étoile sauf le soleil. En 1984, des astronomes ont pris en photographie un disque similaire autour de Beta Pictoris, étoile en la constellation du sud Pictor.

Depuis les 1990s, les astronomes ont découvert plusieures planètes en orbite autour d'étoiles distantes, bien que les planètes ne peuvent pas se voir directement. Par étudiant les masses et orbites de cettes planètes, les astronomes espèrent apprendre plus concernant de systèmes solaires en général. Par exemple, nôtre propre système solaire contient quatre petites planètes rocheuses presque le soleil—Mercure, Vénus, la Terre, et Mars—et quatre planètes géantes et gazeuses plus loine—Jupiter, Saturne, Uranus, et Neptune. Les astronomes se sont surpris à découvrir qu'autres étoiles ont de planètes géantes et gazeuses en orbites proches. Par exemple, une planète presqu'a la grandeur de Jupiter est en orbite autour de l'étoile 51 Pegasi plus proche que l'orbite de Mercure autour de nôtre propre soleil.

Bientôt vers les 2000s, les astronomes ont eu découvert que plus que 50 étoiles semblables à nôtre soleil ont de planètes en orbite autour d'elles. En presque tous cases, ils n'ont découvert qu'une planète par étoile. Toutes les planètes découvertes sont probablement gazeuses avec pas de surface solide.[2]

Actualités

Références

  1. Arnett, Bill. "An Overview of the Solar System." The Nine 8 Planets, le 25 août 2005. Accédé le 10 mars 2008.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 Worldbook at NASA: Solar system par National Aeronautics and Space Administration (États-Unis)
  3. « Entrée pour 'planète', » Wiktionnaire, le 9 janvier 2008. Accédée le 14 janvier 2008.
  4. "Our Solar System." NASA. Accédé le 10 mars 2008.
  5. "The Final IAU Resolution on the definition of "planet" ready for voting." Union international astronomique, le 24 août 2006. Accédé le 10 mars 2008.
  6. God and Cosmos par John Byl. p17-18


Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Liens apparentés

Voyez aussi

[[inclut::{{#ask:membre de::Système solaire|link=none|limit=250|sep=| ]][[inclut::}}| ]]