Cosmologie

De CreationWiki
Universe cosmology.jpg

Cosmologie est un rameau d'astronomie qui se concerne avec l'origine, la structure et les relations de l'espace et le temps de l'univers. Le mot se dérive de deux mots grecs, cosmos qui veut dire « univers » ou « ordre » et logos qui veut dire « mot. »

Cosmologie créationniste

Article principal: Cosmologie créationniste

Aux créationnistes cet étude enceind pas seulement le monde physique et naturel observable mais aussi les moyens métaphysiques par lesquels Dieu gouverne et soutient la création. Cosmologie donc se concerne avec le temps et cherche de comprendre la relation de Dieu avec Sa création, du commencement au fin de temps.

Le champ profond, par le téléscope Hubble

L'âge de l'univers communément accepté est beaucoup au-delà de ce qu'un scientifique créationniste typique envisagerait. En réponse, plusieurs cosmologies créationnistes conséquent avec un jeune univers se sont proposées.

C-pourriture

Article principal: C-pourriture

Un nombre de théoriciens ont suggéré que la vitesse de lumière se pourrit continuellement et donc était beaucoup plus vite durant la création qu'elle est aujourd'hui. Cela expliquerait l'âge de l'univers (et la terre) tenant à la datation radiométrique, et indique aussi que le changement de Doppler, la méthode commune pour la datation des objets loins, n'est pas causé par changement-rouge kinématique ou relativistique. Cette cosmologie a le mérite d'expliquer le quantisation du changement rouge, bien que la plupart des cosmologies actuelles échouent de l'expliquer.

La cosmologie du trou blanc

Article principal: Cosmologie du trou blanc

Un trou blanc presque la terre (ou le centre de la galaxie) au commencement de l'univers s'est proposé pour expliquer l'existence de la lumière des étoiles distantes en un jeune univers. Ceci causerait, à cause des facteurs relativistiques, un changement en le temps apparent. Bien que ce modèle est acceptable par ceux qui présument un paradigme créationniste, il a été attaqué pour les raisons anthropocentriques par les scientifiques séculiers. Docteur Russell Humphreys, l'auteur de cette cosmologie, a été esquinté par ceux chagrinés par son modèle.

Le modèle du centre cosmique

Robert Gentry aussi a suggéré un cosmologie anthropocentrique, basé sur un univers statique avec une coque de matière créant l'energie de cavité dans nôtre région. Sa théorie est sophistiquée et fait appel à un changement rouge gravitationnel et relativistique causé par la répulsion de gravité en vacuum. Sa théorie s'explique en détaille en plusieurs dissertations disponibles à la Fondation Orion. Andrew Repp, créationniste, a publié un challenge à sa cosmologie en le Creation Society Research Quarterly. Gentry répond de ce critique et autres critiques en la dissertation « Big Bang Collapse » (Effondrement de la grande explosion) [1] et autres rapports qui se trouvent dans sa page de rapports publiées [2] Brian Pitts a critiqué aussi la modèle de Gentry.

Relativité cosmologique

Article principal: Relativité cosmologique

Dr. John Hartnett a développé une cosmologie créationniste jeune-terre basée sur la théorie de relativié cosmologique de Dr. Moshe Carmeli. Similaire à la cosmologie du trou blanc de Russell Humphreys, le modèle de Dr. Hartnett utilise la dilation de temps en un univers bondi. Mais cette dilation est le résultat d'une expansion rapide de l'espace au lieu de la gravité d'un trou blanc.

La cosmologie de Hartnett explique facilement la structure de grandes-échelles de l'univers sans server ou la matière foncée ou l'energie foncée.

Cosmologie historique

Article principal: Géocentricité

Commençant avec Aristotle, les philosophes occidentals croiaient typiquement que la terre était au centre du cosmos. Cette idée, qui s'appelle géocentricité, suivait naturellement de l'appréciation intuitive de la Terre comme objet fixe et les « places naturelles » des éléments de matière (crues d'être la terre, l'eau, l'air, et le feu). Mais bien que les observations astronomiques sont devenues plus sophistiquées et précises, ce système est devenu moins satisfaisant. La lune, bien entendu, décrit un sentier circulaire autour de la terre. Le soleil peut aussi se décrire d'être en orbite autour de la terre, si on croiait que le soleil était entièrement de feu et n'avait pas d'appréciation de la masse formidable du soleil vis-à-vis la masse de la terre (une idée qui probablement devrait attendre Sir Isaac Newton avant d'avoir l'appréciation commune). Mais les autres planètes ne se meuvent pas, vis-à-vis la terre, avec régularité avec laquelle elles se meuvent vis-à-vis le soleil. Au moins une des planètes (Mars) apparaît de s'arrêter et renverser de direction vis-à-vis la terre.

Dans les siècles après Aristotle, et Hipparchus, qui a développé le premier modèle technique géocentrique, les scientifiques feraient au moins deux essaies de résoudre les paradoxes mathématiques avant que Nicolas Copernic défendrait la mise-au-rebut entière de géocentricité.

Le système ptolemaïque

L'univers géocentrique selon Peter Apian, de Cosmographicus Liber (1539). Visibles sont les sphères internes de la terre, l'eau, l'air, et le feu—les 4 substances basiques desquelles tous les choses se sont crus de consister.[3]

Claudius Ptolemy était le premier astronome d'essayer de resoudre la problème. Il a commencé avec le système de sphèrers concentriques inventé par Hipparchus et a ajouté plusieures modifications mathématiques pour expliquer les mouvements particuliers irréguliers. Dans son système, les éléments positionnels de chaque corps célèsts étaient:

  1. L'excentrique, ou le déplacement du centre du sphère célèste du corps de la terre elle-même.
  2. L'épicycle, un plus petit « cercle sur cercle » mis-au-centre sur un point sur la grande sphère. Le corps concerné se mouvait sur l'épicycle, et le centre de l'épicycle était en orbite autour de la terre.
  3. L'équant, ou le déplacement du centre de mouvement de l'épicycle (ci-dessus) du centre géométrique de la sphère du corps célèste.[4]

Avec ce système, Ptolemy pouvait prédire les motions de la Lune, les planètes Mercure et Vénus, le Soleil, et les planètes Mars, Jupiter, et Saturne aux limites de l'exactitude des observations astronomiques de son temps.[5] Mais dans le processus il a enfreint le géocentrisme strict d'Aristotle et aussi a enfreint le Rasoir d'Occam. Ceci était le raison primaire pourquoi les contemporains de Ptolemy ne se sont satisfaits complètement avec son système, même avant que le téléscope détruirait le valeur prédictive du système ptolemaÏque.

Le système tychonien

Le système tychonien

Tycho Brahe a développé quelques des premiers instruments qui permettaient les astronomes à achever une exactitude précédemment sans précédent. Il a réalisé tôt que le système ptolemaïque était simplement incapable de prédire les motions des corps célèstes après que cettes motions se sont sues avec la précision améliorée maintenant disponible. Mais il n'était pas agréable, comme était Copernic, à mettre au rebut la notion de la terre comme centre de l'univers. Faire cela enfreindrait la physique aristotelienne, avec son emphase sur la « place naturelle » de tous les choses.

Ainsi Tycho a fait un compromis. Dans son système, la Terre restait au centre, avec la Lune et le Soleil en orbite autour de la Terre et les étoiles fixes sur une sphère mise au centre à la Terre. Mais les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, et la seule comète connue alors, étaient en orbite autour le soleil, pas la terre.[6]

La cosmologie moderne

Aux scientifiques séculiers, la cosmologie est l'étude de l'origine, l'état actuel, et l'avenir du cosmos. Elle applique les mesures et l'analyse astrophysiques pour comprendre l'histoire, la structure, et la dynamique constituante de nôtre univers.

La grande explosion

Article: Grande explosion

La théorie la plus populaire de l'origine de l'universe s'appelle la Grande Explosion. Elle avance l'idée que toute la matière dans l'univers a commencé comme un point de densité et température infinie connu comme une singularité. Selon cette théorie, il y a environ 13,7 milliards d'ans cette singularité a ressenti un gonflage rapide de matière qui a évolvé eventuellement en les étoiles, les galaxies, et les planètes. La Grand Explosion n'était pas d'explosion au sens conventionnel du terme, mais une expansion d'espace et de temps. Mais, comme une explosion, elle était très énergique et chaotique.

La théorie des ficelles

La théorie des ficelles est ou « une théorie en physique [selon laquelle] tous les particles elementaires sont manifestations des vibrations des ficelle uni-dimensionnelles, »[7] ou un « concept que tous les particles peuvent se représenter comme ficelles ou boucles-ficelles d'une longueur incroyablement minute, oscillant aux fréquences varieuses. »[8] Telles ficelles, dit la théorie, existent dans dix ou onze dimensions desquelles six ou sept sont des structures inconcevablement minutes attachées à chaque point dans nôtre continuum quatre-dimensionnel de l'espace et de temps.

La théorie des ficelles s'assume d'expliquer tout de relativité et méchanique quantique à l'existence vraie des particles basiques. C'est maintenant un foyer central de la physique. Bien qu'elle se célèbre dans l'établissement scientifique moderne, on peut réaliser de toute évidence qu'elle se concerne de plus avec la science des origines qu'avec la science opérationnelle. Un des disciples proéminents et maintenant sceptiques de la théorie des ficelles est Lee Smolin, qui dans son livre, The Trouble with Physics comme Martin Gardner dit dans un compte rendu, dit maintenant que la théorie des ficelles est

« ... seulement un ensemble des conjectures curieuses cherchant une théorie. Vraiment, elle a de grande puissance explicative, mais une théorie viable doit avoir plus que ça. Elle doit faire des prédictions qu'one peut falsifier ou confirmer.[9]  »


Actualités cosmologiques

News.JPG
  • L'alternatif de la science à un créateur intelligent: la théorir des multiverses Les constantes physiques de l'univers sont trop reglès d'être coïncidentaux. Ainsi les scientifiques spéculent d'une variété infinie d'univers pour expliquer nôtre présence sans Créateur. Discover 10 novembre 2008
  • Machine de 'grand explosion' reussit aux examens majeurs Le plus grand collideur de particules du monde incite d'espoir pour les scientifiques pour la compréhension de la constitution de l'univers. Actualités AOL (en anglais). 10 septembre 2008
  • La Terre, Mars, et la Lune a une origine différente, dit étude. En défiance directe à la hypothèse de nébuleuse, Guillaume Caro, géologue français, dit que les chimies internes de ces trois corps célèstes sont inconséquentes avec, et inexplicables par, ce modèle. National Geographic. Le 19 mars 2008.
  • Télescope Hubble détecte molécule organique sur une planète extrasolaire. La molécule concernée est méthane (CH4), et la planète concernée est trop proche à son primaire d'être hospitalière à la vie. NASA annonce de presse. Le 14 mars 2008.
  • Creation Cosmologies Solve Spacecraft Mystery. D. Russell Humphreys, PhD, démonte que la « ralentissement » apparent du vaisseaux spatials Pioneer 10 et 11 est bien un témoignement d'une accélération de la vitesse de lumière dans l'espace extra-solaire. Cela est donc un témoignement en faveur d'une interprétation franche biblique de la déscription de l'« étendue des cieux » en Jours 2 et 3 de la création. Articles d'impacte, Institut pour la recherche de la création, le 1 octobre 2007.
  • The Big Bang and the Bucks Set to Collide in Inner Space Les scientifiques en Pékin ont dévoilé une conception pour une machine à longeur de 20 miles (32 kilomètres) qui torchonnera en claquant des électrons et des positrons, « pour produire des bolides d'énergie pour recréer les conditions dominants lorsque l'universe n'avait qu'une trillion-partie d'une seconde. » Censément, le projet coûtera $6.7 milliards (EEUU) et 13.000 « personne-années » de travail pour construire NY Times. Le 9 fébrier 2007.
  • Big Bang Afterglow Fails An Intergalactic Shadow Test L'absence apparente des ombres où des ombres s'attendaient lève des nouvelles questions à propos de la lueur expirante du rayonnement micro-onde saluée un fois comme preuve que l'univers a créé par une « grande explosion ». Moondaily. Le 3 septembre 2006.
  • Vers le 23 juillet 2005 la conférence de la crise en cosmologie a lieu en Portugal sous les auspices de la Groupe pour une cosmologie alternative pour considérer l'état présent de la compréhension de l'univers à propos du nombre croissant des observations qui défient le modèle cosmologique conventionnel.
  • Mystery of extrasolar planets' eccentric orbits - témoignements suggèrent que, parmi les systèmes planétaires, nôtre système solaire peut être très spécial en effet. Le 19 avril 2005
  • Discovery By UCSD Astronomers Poses A Cosmic Puzzle: Can A 'Distant' Quasar Lie Within A Nearby Galaxy? Un équipe international des astronomes a découvert dans la coeur d'une galaxie spirale proche un quasar, le spectre lumineux duquel indique qu'il est milliards d'années-lumières distant. Par Kim McDonald. UDSD News le 10 janvier 2005
  • Le 22 mai 2004 une lettre ouverte à la communauté scientifique s'est publiée en New Scientist, défiant les hypothétiques qui jetent le pont sur le décalage entre ce théorie et les observations.
  • Mysterious cosmos Pourquoi est nôtre univers en tel accord exquis pour recevoir la vie? Nous sommes veinards d'être vivants. Extraordinairement veinards. Nature le 6 août 2004.
  • Glimpse At Early Universe Reveals Surprisingly Mature Galaxies Une entrevue rare arrière en temps dans l'évolution première a révélé quelque chose ébouriffant: galaxies mature et pleinement formées où les scientifiques attendaient ne découvrir que plus des galaxies enfantines. Space Daily le 8 juillet 2004
  • Speed of Light May Have Changed Recently La vitesse de lumière peut avoir changé récemment--et pas en quelque coin loin de l'univers, mais même ici en la Terre. New Scientist le 30 juin 2004
  • Massive Black Hole Stumps Researchers - Les astronomes ont découvert un trou noir colossal si ancien, ils ne sont pas certains comment il avait le temps suffisant de s'augmenter à son grandeur courant. Le 28 juin 2004
  • Newly Discovered Baby Planet Confounds Expectations Des matériaux crus pour des planètes logeables autour des étoiles surprenamment jeunes. Science Daily le 11 juin 2004


Références

  1. Collapse of Big Bang Cosmology and the Emergence of the New Cosmic Center Model of the Universe Robert V. Gentry. Perspectives on Science and Christian Faith 56, 4 (décembre 2004)
  2. Published Reports par Earth Science Associates.
  3. God and Cosmos par John Byl. p17-18
  4. "Ptolemaic System." The Galileo Project, Rice University, Houston, Texas. Accédé le 15 avril 2008.
  5. Les six planètes nommées sont les seules planètes que les anciens connaissaient; les astronomes plus tards découvriraient Uranus et Neptune et les planètes naines Cérès, Pluton, et Éris.
  6. "Tycho Brahe." The Galileo Project, Rice University, Houston, Texas. Accédé le 15 avril 2008.
  7. "Entry for String Theory." Merriam-Webster's Online Dictionary. Accédé le 15 avril 2008.
  8. "New String-Theory Notion Redefines the Big Bang." <Physorg.com>, le 31 mars 2006. Accédé le 15 avril 2008.
  9. Gardner, Martin. "M is for messy." The New Criterion, 25:90, avril 2007. Accédé le 15 avril 2008.
Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Voyez aussi