Miranda

De CreacionWiki.

Miranda
MirandaVoyagerColor.jpg
Image de Miranda composée à couleurs vraies par Voyager 2
Date de découverte 16 février 194816 février 1948
6 Adar 5708 Hé
6 Adar 5951 AM
[1]
Nom de découvreur Gerard P. Kuiper[1][2][3]
Origine du nom Rôle femelle menant dans la pièce par William Shakespeare qui s'appelait The Tempest[1][3]
Caractéristiques de l'orbite
Classe céleste Lune
Primaire Uranus
Ordre du primaire 14
Périourane 129 450 km8,653198e-4 au[4]
Apoourane 130 150 km8,69999e-4 au[4]
Axis semi-majeur 129 800 km8,676594e-4 au[5]
Excentricité orbitale 0,0027[5]
Mois sidéral 1,413 da0,00387 a[5]
Inclination 4,22°0,0737 rad
4,689 grad
à l'équateur de Uranus
Caractéristiques de rotation
Jour sidéral 1,413 da33,912 h[5]
Vitesse de rotation 0,0121 km/s43,56 km/h[4]
Inclination axiale 0 rad
0 grad
Caractéristiques physiques
Masse 6,59 * 1019 kg8,968061e-4 M☾
1,102746e-5 M⊕
[5]
Radius moyen 234,2 km[5]
Radius polaire 232,9 km[5]
Gravité de surface 0,0802 m/s²0,00818 g
Vitesse d'évasion 0,194 km/s698,4 km/h
Aire de surface 689 261 km²0,0182 A☾
0,00135 A⊕
Température maximale 86 K-187,15 °C
-304,87 °F
154,8 °R
[2]
Constitution Glace et roche
Couleur #F5CAF5
Albédo 0,27[5]

Miranda ou Uranus V est la quatorzième lune d'Uranus en ordre orbitale, et facilement la plus remarquable. C'est aussi le cinquième satellite de se découvrir.

Sommaire

Découverte

Gerard P. Kuiper a découvert Miranda en 1948. Il a refusé d'abord de nommer le satellite selon un fils d'Uranus, parce que plus tôt les astronomes ont eu déjà utilisé les noms des fils d'Uranus pour les noms des lunes de Saturne. Il donc a suivi l'exemple de Messrs. Lassel et Herschel[1] et a nommé Miranda selon une caractère dans une des pièces dramatiques de William Shakespeare.[3]

Lorsque Voyager 2 a eu son rendez-vous avec Uranus en 1986, Miranda était la lune la plus proche au parcours de Voyager, et donc était l'une que Voyager 2 a étudi la plus intensivement. L'équipe de Voyager n'ont eu pas projeté originalement de faire une mission à une assez petite lune, mais ils ne pouvait faire aucun autre chose; Voyager devrait fair un parcours hyperbolique précis à Uranus pour se conduire vers Neptune, et Miranda est venue à se trouver dans la voie. Mais enfin les scientifiques de Voyager ont reconnu l'occaion d'examiner cet objet remarquable.[6][7]

Caractéristiques orbitales

L'orbite de Miranda est une des moins excentriques de celles des cinq « lunes majeures » d'Uranus. Bien que quelques des lunes d'Uranus ont d'orbites moins excentrique par un niveau de magnitude, l'orbite d'Umbriel est significativement plus excentrique que celle de Miranda, et plusieurs des autres satellites ont d'orbites encore plus excentriques.

De plus, l'orbite de Miranda s'incline vis-à-vis l'équateur d'Uranus par plus de quatre degrés. C'est l'inclination la plus haute parmis les orbites des « lunes majeures, » bien que quelques des lunes d'Uranus ont d'orbites qui s'inclinent par plus de quarante-cinq degrés.

Caractéristiques de rotation

Miranda tourne autour Uranus une fois par 33 heures, et se verrouille de marée de Uranus. Cette verrouillage de marée ne permet pas Miranda d'avoir une inclination axial significative.

Caractéristiques physiques

La masse de Miranda est moins de 0,09% de la masse de la lune de la Terre. C'est aussi la moins dense, avec une densité de seulement 1200 kilogrammes par mètre cubique, moins même que cells du soleil. Sa densité est plus proche à celle d'eau, et donc Miranda est crue de se composer primairement de glace avec de roche.

Miranda a la surface la plus frappante d'aucun corps célèst sphéroïdal autre que la terre. Ses caractères de surface sont plus remarquables dans leur variété étrange et relief aigu, presque suggérant que Miranda est un objet que quelqu'un a assemblé de metal de casse.[8] Des gorges 20 kilomètres en hauteur[6][7] précède de régions de cratères[8] et autres régions presque vide de cratères. Le mélange de régions géologiquement « vieilles » et « jeunes » est très énigmatique.[6]

Difficultés pour les théories uniformitariennes

L'activié géologique exigée pour produire le mélange frappant de caractères de la surface de Miranda défie l'explication.[9]

Bientôt après le rendez-vous de Voyager 2, des astronomes ont proposé que Miranda s'est brisée cinq fois par de collisions et puis rassemblée par attraction mutuelle gravitationnelle.[9][7][8][6] Mais une telle petite lune probablement ne tiendrait pas le coup de même une collision, et certainement pas cinq. Cette théorie n'est plus dans les bonnes grâces de la communauté des astronomes.

La théorie favorisée couramment est que Miranda était formellement dans une résonance orbital 1:3 avec Umbriel, et puis s'est échappée de cette résonance. Pendant que Miranda se résonnait avec Umbriel, son orbite a gagné d'excentricité et ainsi l'assujetti à chauffage de marée. Pour soutenir cette théorie, les astronomes indiquent que l'orbite de Miranda, qui s'incline à 4,22° de l'équateur d'Uranus, s'incline plus sévèrement que celle d'aucun autre satellite dans le système uranien.[10][11][12] Quelques géologues croient que cette chauffage de marée a causé déformations de glace qui a produit quelques des caractères les plus prononcées de la surface de Miranda.[13]

Mais ceci ne répond à la question de comment forment les résonances orbitale, ou comment un satellite, après d'entrer en une telle résonance, s'en échapperait. Mais de plus, l'orbite de Miranda n'est pas la plus significativement excentrique dans le système uranien. Même parmi les lunes majeures, cette distinction appartient à Umbriel et pas Miranda.

Galerie

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 "Gazetteer of Planetary Nomenclature: Planetary Body Names and Discoverers." US Geological Survey, Jennifer Blue, ed. Le 31 mars 2008. Accédé le 17 avril 2008.
  2. 2,0 et 2,1 Hamilton, Calvin J. "Entrée pour 'Miranda, A Moon of Uranus'." Views of the Solar System, 2007. Accédé le 18 avril 2008.
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 Kuiper, Gerard P. "The Fifth Satellite of Uranus." Publications of the Astronomical Society of the Pacific, 61(360):129, juin 1946. Accédé le 28 avril 2008.
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Calculated
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4, 5,5, 5,6 et 5,7 "HORIZONS on Miranda." Solar System Dynamics, Jet Propulsion Laboratory, NASA, le 2 août 2007. Accédé le 28 avril 2008.
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 Harvey, Samantha. "Uranus: Moons: Miranda." Our Solar System, NASA, le 23 février 2007. Accédé le 28 avril 2008.
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Arnett, Bill. "Miranda." The Nine 8 Planets, le 15 décembre 2004. Accédé le 28 avril 2008.
  8. 8,0, 8,1 et 8,2 "Uranus' Moon Miranda." The Planetary Society. Accédé le 28 avril 2008.
  9. 9,0 et 9,1 Chaikin, Andrew. "Birth of Uranus' Provocative Moon Still Puzzles Scientists." <http://www.space.com/> Le 16 octobre 2001. Accédé le 28 avril 2008.
  10. Tittemore, William C., and Wisdom, Jack. "Tidal evolution of the Uranian satellites II. An explanation of the anomalously high orbital inclination of Miranda." Icarus 78(1):63-89, mars 1989. Accédé le 28 avril 2008. <doi:10.1016/0019-1035(89)90070-5>
  11. Tittemore, William C., and Wisdom, Jack. "Tidal evolution of the Uranian satellites III. Evolution through the Miranda-Umbriel 3:1, Miranda-Ariel 5:3, and Ariel-Umbriel 2:1 mean-motion commensurabilities." Icarus 85(2):394-443, juin 1990. Accédé le 28 avril 2003. <doi:10.1016/0019-1035(90)90125-S>
  12. Malhotra, Renu, and Dermott, Stanley F. "The role of secondary resonances in the orbital history of Miranda." Icarus 85(2):444-480, juin 1990. <doi:10.1016/0019-1035(90)90126-T>
  13. Pappalardo, R. T., S. J. Reynolds, and R. Greeley (1997), Extensional tilt blocks on Miranda: Evidence for an upwelling origin of Arden Corona, J. Geophys. Res., 102(E6), 13,369–13,379.


Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Lien apparenté

Récupérée de « http://creationwiki.org/fr/Miranda »
Outils personnels
Autres langues