Galaxie

De CreationWiki
La galaxie Sombrero

Une galaxie est un grand groupe d'étoiles et gaz et poussière interstellaire qui meuve autour un centre commun de gravité. Le terme « galaxie » vient du radical grec galakt, qui veut dire « lait » (une référence à nôtre propre Voie lactée). Il y a probablement plus que cent milliards (1011) de galaxies dans l'univers observable, chacune desquelles ont en moyenne presque cent milliards d'étoiles. Galaxies s'échellonnent en grandeur des naines ayants assez peu que dix millions (107) d'étoiles aux géantes ayants un billion (1012) d'étoiles.[1]

Structures galactiques

Il y a quantres types ou structures connues de galaxies dans l'univers. (Les astrophysiciens spéculent concernant l'existence de matière sombre et énergie sombre inobservées et inexpliquées en leurs essaies à expliquer la nature et fonction des galaxies.) Ces corps célèstes sont incroyablement ordonnées et structurées aussi bien qu'être les objets les plus beaux en espace.

Galaxie spirale à barreau NGC 1300

Spirale

Un des types les plus commun de galaxies ont la forme spirale ou d'une roue. Celles-ci sont facilement identifiable à cause le leurs formes plates d'un disque vaste souvent avec beaucoup de matière interstellaire et petits groups des étoiles récemment nées s'éjectant du centre. Les formations actives stellaires des bras embrassants d'une galaxie spirale contiennent plusieures étoiles chaudes, jeunes, bleues et bleu-blanches qui ont facilement visibles. Les jeunes étoiles dans le disque se classifient comme population stellaire I, et les plus vieilles étoiles en saillie comme population II. [2]

Bien que ça est une déscription générales des structures des galaxies spirales il y a aussi plusieurs types de sub-structures spirales qui peuvent se classifie comme:

S0 galaxies

Celles-ci sont d'habitude le pont entre les galaxies ellipsoïdes et galaxies spirales parce qu'ils partagent d'attribute et de caractéristiques des deux types. Cette structure s'est définée longtemps après le système de classification s'est déjà établi. D'habitude ces types de galaxies ont un nucléus lumineux qui s'entoure par un bombement lisse et monotone et un revètement extérieur expirant.

Sa galaxies

Ces types normaux de spirales s'embombinent serrément plaçant les bras beaucoup plus proches au centre.

Sb galaxies

Les spirales sont plus étalées et moins lisses en apparence avec un nuléus de moyenne grandeur. Très peu de systèmes observés montrent vraiment de formes chaotiques ou au hasard de poussière interstellaire sur les bras spiraux serrément embombinés. Quelques sont vraiment lisses avec de bras spiraux épais mais moins lumineux.

Sc galaxies

Les caractéristiques de la structure Sc incluent un petite bombement central avec multiples bras spiraux émanant du centre, très étalés l'un de l'autre. Les bras sont plus grumeleux avec plus grands fragments de matière apparents presque plus épais à cause des nuages distribués d'étoiles, petits groups d'étoiles, et nuages de gaz connu comme nébuleuses d'émission.

Allan Sandage a identifié six subdivisions de Sc galaxies, y compris:

  1. bras finement branchés qui s'embombinent vers l'extérieur d'un mini-nucléus et branchent en multiples segments,
  2. multiples bras qui commence à un anneau lumineux centré sur le nucléus,
  3. bras spiraux qui sont mal-définés et qui traversent l'image entière de la galaxie,
  4. formes spirales qui ne peuvent pas se tracer facilement au point d'origine,
  5. celle avec de bras épais et desserrés qui ne se définent pas bien,
  6. et les types de transition, qui sont presque si manquant en ordre qu'elles pourraient se considére comme galaxies irrégulières.[3]

Lenticulaires

Galaxy NGC 5866 (Lenticulaire)

Les galaxies lenticulaires sont aussi formées comme disque. Mais les évolutionnistes concluent qu'elles représentent un type plus vieux de galaxie à cause du manque de bras émanants visibles à cause de leurs étoiles jeunes et chaudes. Autres concluent que les bras proéminants ne sont pas là parce que les objets avoisinants ne possèdent pas assez de gravité pour traîner la matière interstellaire du centre en forme de disque. Les contenus stellaires des galaxies lenticulaires (par-ex., type spectral) rassemblent plus ceux des elliptiques au lieu des spirales et souvent ont été mes-classifiée comme ça.[2]

Elliptiques

Les structures des galaxies elliptiques sont vraiment ellipsoïde en forme et des observations scientifiques directes c'est sauf présumer qu'il n'y a pas de vitesse acquise angulaire globale effective. En d'autres termes ces types de galaxies ne se pivotent pas comme unité. Les étoiles sont encore en orbite autour du centre mais s'orientent statistiquement afin qu'il y a peu de net de vitesse acquise totale. D'observations rares de formes disques se voient aussi par les scientifiques, afin que peut-être les galaxies elliptiques sont à une limite de la gamme des galaxies en forme de disque surcambrante.[2]

Centaurus A (Galaxie elliptique)

Irrégulières

On croit que parce qu'il n'y a pas de corps avoisinants ayants assez de masse pour former ces galaxies par la tirage de gravité, elles restes irrégulières en forme. Ils ne montrent pas de disques ou de formes ellipsoïdes, mais une sous-classe de galaxies en forme de disque commencent de s'observer. Les galaxies irrégulières sont très importantes pour l'étude de comment se forment les galaxies, en pas seulement le contexte de cosmologie créationniste mais aussi en le context de la théorie de la Grande explosion. L'abondance des examples proches permet l'étude détaillée de mouvements galactiques. Autres tels mesures recueillis sont d'occurrences des vents galactiques. Avec leur haut contenu de gaz les évolutionnistes les présument similaires aux conditions galactiques plus jeunes et plus primordiales.[2]

Groupes et amoncellements

Groupes et amoncellements peuvent contenir de dix à milliers de galaxies. Les amoncellements eux-mêmes souvant s'associent avec de groupes plus vastes qui s'appellent suramoncellements.

Groupes

Ceci est la forme la plus petite d'agrégation de galaxies et consiste normalement de plus peu que 10 à 50 galaxies de types mélangé traversant à peu près 5 000 000 années-lumières. Le group qui contient nôtre propre galaxie, la Voie lactée, s'appelle le groupe local. Groupes se présument s'être formés relativement récemment selon le modèle de créationnisme. Selon la cosmologie évolutionnaire ils n'ont que 10 milliards d'années.

Amoncellements

Les amoncellements sont plus grandes que groupes de galaxies, mais rien de ligne clair entre les deux groupements ne peut s'établir vraiment. Lorsqu'elles s'observent, les amoncellements apparaissent être de collections de galaxies tenus ensemble par l'attraction mutuelle gravitationnelle, mais leurs vélocités sont beaucoup trop grandes pour elles rester liées gravitationnellement. Autres observations au moyen de rayon-X ont montré que les amoncellements de galaxies vraiment contiennent de grandes quantités de gaz intergalactique connu comme le médium inter-amoncellement. C'est un gaz très chaud entre 107K et 108K. Ce gaz émet de rayons-X en forme de bremsstrahlung (electromagnetique) et émission à ligne atomique.

Amoncellements de galaxies normalement montrent ces caractéristiques:

  • De 50 à 100 galaxies, de gaz très chaud émitant de rayons-X et matière sombre présumée.
  • Distribution égale de ces composants d'un bout à l'autre de l'amoncellement.
  • Ils ont un total de 1014 à 1015 masses solaires.[4]

Suramoncellements

Suramoncellements ne se sont pas vraiment connues jusque les 1980s quand nouveaux types de téléscopes et senseurs se sont créés qui ont permis les scientifiques de regarder même plus loin en l'univers ayant beaucoup d'âges (selon les évolutionnistes) et en créer d'images à trois dimensions. Celles-ci sont groupements d'amoncellements de galaxies et se sont crues une fois être les plus grandes structures en nature. Mais celles se comprendent maintenant comme plus petites que les murs ou plaques énormes (complexes de suramoncellements) qui traversent plus que 5% de l'univers observable. [5]

Suramoncellements typiquement sont de torons longs et assez fins de plusieurs amoncellements de galaxies, gazes inter-amoncellements, et, comme les cosmologistes évolutionnaires présumeraient, matière sombre. [5]

Cosmologie de la Grande Explosion et Galaxies

Présumptions

Assez récemment que 2004 une équipe d'astronomes y compris Dr. Povilas Palunas, Dr. Paul Francis, Dr. Harry Teplitz, Dr. Gerard Williger, et Dr. Bruce E. Woodgate ont utilisé un téléscope de 400 centimètres en Chili pour régarder le bord distant de l'univers. Ils ont effectivement vu 11 milliards d'années dans le passé présupposant la théorie de la Grande explosion est correct en effet. Les présumptions impliquées par tel science d'origines sont évidentes afin qu'ils présumeraient qu'ils observeraient le résultat 2 milliards d'années après la grande explosion s'est passée.

Selon Dr. Woodgate,

« ... nous regardons en arrière quatre cinquièmes de la voie au commencement de l'univers comme résultat de la grande explosion.[6]  »


Observations

Ce qui s'est vu initialement à la Siding Springs Observatory en Australie a confirmé qu'en effet l'amoncellement de galaxies qu'ils ont vu était réel. Ils présumaient voir groupements d'hydrogène, essentiellement galaxies jeunes qui viennent de commencer à se former. Au contraire, ce qu'ils ont vu était une amoncellement magnifique et mature de galaxies.[7] Cette amoncellement est vraiment en une formation en ficelle qui est à moins 300 millions d'années-lumières en longueur et 50 millions d'années-lumières en largeur. À cause de la grandeur immense les astronomes peuvaient identifier 37 galaxies uniquee et un quasar dans la ficelle, mais « il y a presque certainement beaucoup plus que ça. » Dr. Povilas Palunas a dit aussi que la « ficelle probablement contient beaucoup milliers de galaxies. »

Mais le vrai pouvoir de cette observation est que l'équipe de scientifiques ont comparé ce qu'ils ont découvert contre une simulation par surordinateur de l'univers primitif, et cette simulation ne peuvait pas produire de données conséquents pour soutenir leurs observations scientifiques. Selon Dr. Francis, « Les simulations nous ditent qu'on ne peut pas faire prendre la matière en l'univers primitif et la mettre en ficelles assez grandes. » Il a dit aussi que « Il simplement n'y avait assez de temps après la grande explosion pour former de structures assez colossales. » [6]

Conclusion

On peut dire qu'ou l'univers est beaucoup plus vieux que prédit par l'échelle de temps évolutionnaire, qui est probablement le chemin qui la plupart des scientifiques suivront afin que l'évolution naturalistique se soutient par la plupart des scientifiques. Ou, les galaxies se forment vraiment plus vite que prédit d'abord et dans le context de créationnisme à cause de l'observation des galaxies matures, plus loin nous regardons en espace, plus nous découvrons qu'en effet les galaxies se forment beaucoup plus vite que prévieusement cru, et que c'est un jeune univers.

Galerie

Références

  1. Galaxie par Wikipédia
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Galaxy par SEDS (Students for the Exploration and Development of Space) (Étudiants pour l'exploration et développment de l'espace)
  3. Galaxy Encyclopedia Britannica 2007, Ultimate Reference Suite
  4. Galaxies, Groups and Clusters par Answers.com
  5. 5,0 et 5,1 Superclusters
  6. 6,0 et 6,1 Giant Galaxy String Defies Model of How Universe Evolved University of Texas McDonald Observatory
  7. Young galaxies too old for the big bang par Andrew Rigg

Liens externels

Liens créationnistes

Liens séculaires

  • Galaxies University of Cambridge Cosmologie
Feature star.jpg
Article promu
Reconnu pour qualité et valeur exceptionnelle. Voyez aussi autres articles promus.


Voyez aussi