Neptune

De CréationWiki
Neptune
Neptune Full-browse.jpg
Photographie de Neptune prise par Voyager 2 en 1989
Symbole Symbole::♆
Date de découverte Date de découverte::23 septembre 1846[1][2]
Nom de découvreur Découvreur::Johann Gotfried Galle[1][2]
Origine du nom Origine du nom::Dieu romain de la mer[1]
Caractéristiques de l'orbite
Classe céleste Membre de::Planète
Primaire Primaire::Soleil
Périhélie Périapside::4 444 450 000 km[2]
Aphélie Apoapside::4 545 670 000 km[2]
Axis semi-majeur Axis semi-majeur::4 495 060 000 km[2]
Prédiction Titius-Bode Prédiction Titius-Bode::38,8 AU
Circonférence Circonférence::188,925 au
Excentricité orbitale Excentricité orbitale::0,0113[2]
An sidéral Période sidérale::164,79 a[2]
An synodique Période synodique::367,49 da[2]
Moyen vitesse orbitale Vitesse orbitale::5,432 km/s[2]
Inclination Inclination::1,769° à l'écliptique
Caractéristiques de rotation
Jour sidéral Jour sidéral::16,11 h[2][3]
Inclination axiale Inclination axiale::28,32°[2]
Caractéristiques physiques
Masse 1,0243 * 1026 kg[2]
Moyenne densité Densité planétaire::1638 kg/m³[2]
Radius moyen Radius moyen::24 622 km[2]
Radius polaire Radius polaire::24 341 km[2]
Gravité de surface Gravité de surface::11,00 m/s²[2]
Vitesse d'évasion Vitesse d'évasion::23,50 km/s[2]
Aire de surface Aire de surface planétaire::7 619 000 000 km²
Température moyenne Température moyenne::53 K
Nombre de lunes Satellites::13
Constitution Constitution::80% hydrogène, 19% hélium, 1,5% méthane, 192 ppm hydrogène deutéride, 1,5 ppm éthane, traces d' aérosol de glace d'ammoniaque, glace d'eau, ammoniaque hydrosulfide, et glace de méthane.[2]
Couleur Couleur::#3366FF
Albédo Albédo::0,41[2]
Magnétosphère
Densité de fondant magnétique Densité de fondant magnétique à surface::0,142 G[2]
Moment de dipôle magnétique modern 1,5 * 1024 N-m/T[4]
Moment de dipôle magnétique à création 2,42 * 1025 N-m/T[5]
Temps de pourriture Temps de pourriture magnétique::2200 a[6]
Demi-vie Demi-vie magnétique::1525 a[6]

Neptune est la huitième et plus loine planète du soleil. Depuis longtemps après sa découverte, astronomes n'avaient aucune notion de comment remarquable Neptune se preuverait être, jusqu'a le rendez-vous de Voyager 2 avec elle en 1989. Neptune continue de laisser perplexe les astronomes, et produire plus de témoignements pour un jeune système solaire, avec presque chaque observation fait.

Découverte

En 1613, Galiléo Galiléi a observé d'abord ce qu'il croyait d'être une étoile proche à Jupiter. Depuis les prochaines deux nuits cette « étoile » s'était mue vis-à-vis une autre étoile vraie. Puis l'objet s'est sorti de son champ de vue, et des intempéries sont prevenus Galiléo de l'observer encore. Il ne saurait jamais la magnitude de son omission.[7]

En 1781, William Herschel a découvert Uranus, jumelle de Neptune. Mais astronomes se sont apercevus que l'orbite de la planète a dévié du modèle stricte d'Isaac Newton. découvreur::John Couch Adams et découvreur::Urbain Le Verrier ont prédit indépendamment une autra planète au-delà d'Uranus pour expliquer ces motions irrégulières. Bien qu'Adams n'a jamais publié ses prédictions, Le Verrier a publié les siennes. Johann Gottfried Galle et son étudiant découvreur::Heinrich L. d'Arrest ont usé ces prédictions pour l'aider de chercher le ciel, et il a trouvé la huitième planète à moins d'un degré d'où les nombres de Le Verrier ont prédit elle de se trouver.[8]

Une dispute durant entre les Britanniques et les Français est née concernant les droits de nommage et du nom proposé de la planète.[7] Galle à une fois a proposé de donner à la planète le nom de Le Verrier. Mais à la longue, la communauté des astronomes a choisi le nom Neptune, le nom du dieu romain de la mer et frère de Jupiter. Ils ont aussi choisi comme symbole pour Neptune le trident, le sceptre à trois dents que le Neptune de mythologie a porté.

En effet, les prédictions d'Adams et de Le Verrier ne seraient pas vraies pour beaucoup plus de temps, et la meilleure raison pourquoi Galle a trouvé Neptune quand il l'a fait est qu'il a agi très bientôt après Le Verrier a publié ses prédictions, quand elles seraient vraies encore.[7]

Caractéristiques orbitales

Neptune maintient une distance moyenne du soleil de 4,49506 milliards de kilomètres 30,048 au).[2] Elle est donc le premier et le seul corps sphéroïdal en orbite autour le soleil le placement orbital duquel enfreint la Loi Titius-Bode. La planète naine Pluton se trouve vraiment proche à la distance que la Loi Titius-Bode prédit pour le neuvième objet en orbite du soleil.

L'orbite de Neptune est plus presque circulaire que celle d'aucun autre satellite du soleil sauf Vénus. Son an sidéral est 164,79 ans juiens. Son orbite s'incline légèrement à l'écliptique, par 1,769 degrés.[2]

Caractéristiques de rotation

Le jour sidéral de Neptune dure 16,11 heures. Voyager 2 a déterminé ceci par mesurant la période du champ magnétique de Neptune, l'axis duquel s'incline 49 degrés de l'axis de rotation de la planète.[2][3]

Caractéristiques physiques

Neptune a un rayon de 24.764 km. Son atmosphère contient à peu près 80% hydrogène, 19% hélium, and 1,5% méthane. Malgré d'être la planète plus loine du soleil, Neptune rayonne plus que bis le chaleur qu'elle reçoit du soleil. Les vents de Neptune sont les plus forts dans le système solaire, et se mesurent 2000 km/hr.[7][9] La source de l'energie qui fait ces vents reste inexpliquée.[7]

L'attribute la plus proéminente de la planète était sa Grande Tache Foncée, une tempète similaire à la Tache Grande Rouge de Jupiter. En 1989, lorsque Voyager 2 l'a révélé, elle mouvait vers l'ouest à 300 km/s.[7][8] Voyager 2 a aussi révélé une nuage irrégulière, mouvant vers l'est, qui était appelé la « trottinette », apparemment mouvant avec la rotation de la planète. La plupart des astronomes croient que c'est une panache qui se lève d'un niveau plus bas de nuages.[7][9]

Quand l'équipe du Hubble Space Telescope ont pris Neptune en photographie en 1994, la Grande Tache Foncée est disparue. Une autre grande tempète de grandeur comparable s'est formée plusieurs mois plus tard.[7]

Magnétosphère

Le champ magnétique de Neptune a un moment de dipôle magnétique évalué différemment à 1,5 * 1024 ou 2,1 * 1024 N-m/T. L'axis du dipôle aussi s'incline à peu près 47 degrés de l'axis de rotation, et se déplace du centre par environ 13.500 km.[9]

Système d'anneaux

NeptuneFraternity.jpg
Comme toutes les géantes gazeuses, Neptune a un système d'anneaux. Observations de la Terre n'ont jamais résolu d'anneaux complèts, mais Voyager 2 les a résolu. La plupart des anneaux ont les noms des astronomes qui se sont engagés en la découverte de Neptune; de l'extrème à l'intime ils ont les noms d'Adams, Le Verrier, et Galle.[7][9]

L'anneau d'Adams se subdivise en trois arcs majeurs proéminents, qui s'appellent Liberté, Égalité, et Fraternité. Cet ammassage des anneaux en arcs de luminosité inégale, qui un fois a causé les scientifiques de soupçonner les anneaux d'être incomplets, reste inexpliqué.[8] Curieusement, l'arc d'anneau Fraternité apparaît de s'entrelacer, bien qe l'ensemble de personnel à JPL insistent que l'entrelaçage est artefact de la photographie. Une version selon le protocole JPG de la photographie apparaît à gauche, afin que le spectateur peut décider. Ceci ne serait pas le seule anneau entrelacé dans le système solaire; Saturne aussi a d'anneaux entrelacés.

Satellites

Neptune a treize satellites en total. Le premier de se découvrir était Triton, une lune très inhabituelle qui est le seule satellite naturel assez grand qu'un planète naine avec une motion rétrograde autour son primaire. [[satellite::{{#ask:primaire::Neptune|link=none|limit=250|sep=| ]][[satellite::}}| ]] {{#ask: Primaire::Neptune |?Périapside#km=Périposéide |?Apoapside#km=Apoposéide |?Excentricité orbitale=Excentricité |?Période sidérale#da=Mois sidéral |?Inclination#° |?Masse lunaire#M☾=Masse |?Jour sidéral#h |format=table |mainlabel = Nom |default = Ce corps n'a pas de satellites. |intro = Table des satellites, en ordre du plus intime au plus extrème: |sort=Axis semi-majeur |order=asc |}} {{#ask:Date de découverte::+Primaire::Neptune |?Date de découverte |?Découvreur |?Origine du nom |?Membre de=Classe céleste | sort=Date de découverte | order=ascending | format=timeline | timelinebands=DECADE,CENTURY | timelinesize=200px | timelineposition=end }}

Difficultés pour les théories uniformitariennes

Formation de la planète

L'hypothèse de nébuleuse ne même pas permettrait Neptune et sa jumelle, Uranus, de former à la distance formidable d'elle du soleil depuis le laps généralement alloti. Comme le journal Astronomy a dit la problème:

« Pssst … les astronomes qui modélisent la formation du système solaire ont été gardant un petit secret sal: Uranus et Neptune n'existent pas. Ou au moins les simulations par ordinateur n'ont jamais expliqué comment planètes assez grande comme deux géantes gazeuses peuvaient se former si loin du soleil. Les corps étaient en orbite si lentement dans les extérieures parties du disque protoplanétaire du soleil que le processus lent d'accrétion gravitationnelle exigeraient plus de temps que l'âge du système solaire pour former des corps avec 14,5 et 17,1 fois la masse de la Terre.[10]  »


Bien sûr, le temps alloti pour la formation du système solaire s'assume généralement d'être l'âge alloti de la Terre. La problème est que Uranus et Neptune exigeraient plus que deux fois l'âge supposé de la Terre pour accréter leurs masses présentes. Selon théorie, le système solaire peut avoir plus d'ans que la Terre elle-même, mais pas beaucoup plus. Le système solaire a d'autres corps dans lui qui sont beaucoup plus « jeunes ». De plus, le cité ci-dessus n'explique pas les témoignements qui indiquent que le système solaire est en effet très jeune.

Boss, en 2002, a suggéré la rétablissement de la vieille hypothèse d'instabilité de disque pour la formation planétaire, selon laquelle Uranus et Neptune se sont formées à moyen d'instabilité gravitationnelle dans un disque gazeux proto-planétaire, et puis une étoile a enlevé en passant beaucoup des enveloppes gazeuses des deux mondes et les a laissé beaucoup comme elles sont aujourd'hui.[11] Thommes et al. ont suggéré une autre théorie: que Uranus et Neptune se sont formées à la même distance générale du soleil comme Jupiter et Saturne et puis ont migrées à ses orbites présentes.[12]

Desch[13], d'autre part, soutien une altération radicale de l'hypothèse de nébuleuse qui exige un disque de décrétion au lieu d'accrétion. Mais même son modèle exige que Uranus et Neptune échange de place tôt dans le processus, primairemant parce que Neptune, bien qu'elle est à peu près 10 au plus loine du soleil que Uranus, est encore plus massive.

Le climat

Les scientifiques ont cru d'abord que Neptune, si loine du soleil, serait une planète froide et morte. La source internelle de chaleur de Neptune, ses vents formidables, et ses tempètes qui se forment, se dissipent, et puis se reforment, démente cette caractérisation.

Le champ magnétique

La force du champ magnétique de Neptune contredit la théorie populaire « dynamo » des champs magnétiques célèstes. Ce modèle exige un noyau liquide, mais le noyau de Neptune est solide, pas liquide. Mais après Voyager 2 a démontré que Uranus (qui aussi a un noyau solide) a un champ magnétique, les astronomes apparaissent d'avoir révisé leurs modèles pour suggérer qu'aucune planète ayant une source internelle de chaleur peut avoir un champ magnétique. Russell Humphreys a prédit la force du champ magnétique de Neptune à bien dans les tolérances observationnelles, cinq ans avant que Voyager 2 a eu son rendez-vous avec Neptune. Dans sa seconde communication[4] Humphreys a reconnu que le modèle actuel pour les champs magnétiques planétaires apparaît d'avoir prédit le champ de Neptune également bien que son propre modèle. Toutefois, Humphreys a publié sa prédiction deux ans avant que les astronomes ont eu aucunes données vis-à-vis Uranus pour suggérer à eux que leurs modèles peut être défectueux et s'exiger de révision.

Exploration

Le seul vaisseau spatiale d'avoir aucun rendez-vous avec Neptune a été Mission visitante::Voyager 2. Aucuns autres missions à profond-espace à Neptune ne sont projetés aujourd'hui. Mais NASA donne des fonds /pour une étude de faisabilité d'un projet de mettre une fusée-sonde à profond-espace nucléaire à Neptune pour étudier Neptune et ses satellites, notamment Triton, en profondeur.[14]

Le Hubble Space Telescope et plusieurs téléscopes très puissants basés sur la Terre continent d'observer Neptune de la Terre.[15]

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 "Gazetteer of Planetary Nomenclature: Planetary Body Names and Discoverers." US Geological Survey, Jennifer Blue, ed. Le 31 mars 2008. Accédé le 17 avril 2008.
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12, 2,13, 2,14, 2,15, 2,16, 2,17, 2,18, 2,19, 2,20, 2,21 et 2,22 Neptune Fact Sheet, NASA, le 29 novembre 2007. Accédé le 6 mai 2008.
  3. 3,0 et 3,1 "Neptune." Encyclopædia Britannica. 2008. Encyclopædia Britannica Online. Accédé le 6 mai 2008.
  4. 4,0 et 4,1 Humphreys, D. R. "Beyond Neptune: Voyager II Supports Creation." Institute for Creation Research. Accédé le 30 avril 2008
  5. Humphreys, D. R. "The Creation of Planetary Magnetic Fields." Creation Research Society Quarterly 21(3), décembre 1984. Accédé le 29 avril 2008.
  6. 6,0 et 6,1 Calculé du moment présent observé de dipôle magnétique et du moment de dipôle magnétique attendu à création.
  7. 7,0, 7,1, 7,2, 7,3, 7,4, 7,5, 7,6, 7,7 et 7,8 Arnett, Bill. "Neptune." The Nine 8 Planets, 2 septembre 2004. Accédé le 6 mai 2008.
  8. 8,0, 8,1 et 8,2 Smith, Bradford A. "Neptune." World Book Online Reference Center, NASA, 2004. Accédé le 6 mai 2008.
  9. 9,0, 9,1, 9,2 et 9,3 Hamilton, Calvin J. "Entry for Neptune." Views of the Solar System, 2001. Accédé le 7 mai 2008.
  10. R.N., Birth of Uranus and Neptune, Astronomy '28'(4):30, 2000
  11. Boss, Alan P. "Formation of gas and ice-giant planets." Earth and Planetary Science Letters 202(3-4):513-523, 30 septembre 2002. <doi:10.1016/S0012-821X(02)00808-7> Accédé le 7 mai 2008.
  12. Thommes, Edward W., Duncan, Martin J., and Levison, Harold F. "The formation of Uranus and Neptune among Jupiter and Saturn." Astron. J. 123:2862, 2002. <arXiv:astro-ph/0111290v1> Accédé le 7 mai 2008.
  13. Desch, S. J. "Mass Distribution and Planet Formation in the Solar Nebula." Arizona State University, 21 septembre 2007. Accédé le 29 avril 2008.
  14. Sanders, Jane. "Solar System Secrets: Nuclear-Powered Mission to Neptune Could Answer Questions About Planetary Formation." Press Release, Georgia Institute of Technology, 9 décembre 2004. Accédé le 8 mai 2008.
  15. "Hubble Makes Movie of Neptune's Dynamic Atmosphere." Space Telescope Science Institute, release no. STScI-2005-22, 1 septembre 2005. Accédé le 8 mai 2008.


Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Liens apparentés