Triton

De CreationWiki
Triton
Triton1 Voyager2.jpg
Image à couleurs vraies du pôle du sud de Triton, par Voyager 2
Date de découverte Date de découverte::10 octobre 1846[1]
Nom de découvreur Découvreur::William Lassell[1][2]
Origine du nom Origine du nom::Demi-dieu et fils de Poséidon et Amphitrite.[1]
Caractéristiques de l'orbite
Classe céleste Membre de::Lune
Primaire Primaire::Neptune
Ordre du primaire Ordre::7
Périposéide Périapside::354 754 km[3]
Apoposéide Apoapside::354 766 km[3]
Axis semi-majeur Axis semi-majeur::354 760 km[4]
Excentricité orbitale Excentricité orbitale::0,000016[4]
Mois sidéral Période sidérale::-5,876854 da[4]
Inclination Inclination::157,345° à l'équateur de Neptune[4]
Caractéristiques de rotation
Jour sidéral Jour sidéral::-5,876854 da[4]
Inclination axiale Inclination axiale::0°
Caractéristiques physiques
Masse 2,14 * 1022 kg[4]
Moyenne densité Densité planétaire::2050 kg/m³[4]
Radius moyen Radius moyen::1353,4 km[4]
Gravité de surface Gravité de surface::0,77955 m/s²
Vitesse d'évasion Vitesse d'évasion::1,4526 km/s[3]
Aire de surface Aire de surface lunaire::23 017 715 km²
Température moyenne Température moyenne::34,5 K[5]
Constitution [[Constitution::25% glace d'eau, 75% roche]][5]
Couleur Couleur::#FF9999
Albédo Albédo::0,76[4]
Triton2 Voyager2.jpg

Triton, ou Neptune I, est la septième lune de Neptune en ordre de distance, la première lune de Neptune de se découvrir, et la lune la septième plus grande dans tout le système solaire. C'est aussi la seule lune, assez grande de se qualifier comme planète naine si elle n'était pas de satellite, qui tourne autour son primaire avec une motion rétrograde à la propre rotation de son primaire autour son axis. Cet objet remarquable ainsi pose une problème intéressante pour les théories astronomiques uniformitariennes.

Découverte

L'astronome britannique William Laskell a découvert Triton en le 10 octobre 1846, moins qu'un mois après la découverte de Neptune elle-même.[2][5] Laskell a observé ce qu'il a crus d'abord d'etre un anneau, mais qui s'ést preuvé plus tard d'être artefact de la distorsion que son nouveau téléscope produisait. Mais Laskell a observé aussi un satellite grand, et cette image n'était pas due à distorsion.[6]

Triton a le nom d'un demi-dieu de la mer, le fils de Poséidon et son amoureuse Amphitrite. L'astronome français Camille Flammarion se crédite avec la suggestion de ce nom.[1] Depuis plus d'un siècle, Triton était le seul satellite de Neptune connu à l'homme.

Caractéristiques orbitales

L'attribut le plus remarquable de cet objet est sa motion rétrograde.[2][5] Triton complète une orbite autour Neptune en 5,876854 jours juliensmdash;et elle tourne en une direction opposée de la propre rotation de Neptune.[4] Ceci rend Triton unique parmi les lunes assez grande que leurs propres gravités les forcent dans une forme d'équilibre hydrostatique (c'ést-a-dire sphéroïdale). Mais l'orbite de Triton est presque circulaire; son excentricité est la moins de celles des treize satellites de Neptune et une des moins des excentricités de tous les objets dans le système solaire.[4]

Caractéristiques de rotation

Triton se verrouille de la marée et ainsi présente toujours la même face vers Neptune. Ainsi son mois et jour sidéral ont la même durée, et en outre son jour sidéral est aussi rétrograde.

Caractéristiques physiques

La masse de Triton et 2,14 * 1022 kg, plus que 29% cela de la lune de la Terre et la masse la septième plus grande de toutes les lunes dans le système solaire. Avec une densité de 2.050 kg/m³, elle a beaucoup plus de roche et beaucoup moins de glace d'eau que le noyau de Neptune.[5]

Triton est aussi l'objet la plus froide en histoire dans le système solaire, avec une moyenne température de seulement 34,5 K. Ceci est probablement dû à l'albédo géométrique inhabituellement haute de Triton's, qui la cause de refléter energie du soleil qu'elle peut outrement absorber comme chaleur.[5] Mais durant la décennie après le rendez-vous de Voyager 2 avec Triton en 1989, l'atmosphère vestigiale de Triton s'est épaissie, et sa moyenne température s'est levée par deux ou trois kelvins, un tiédissement proportionnel radical. Ceci peut être dû à l'inclination orbitale inhabituelle de Triton, et l'exposition de son pôle du sud de plus de rayonnement solaire que d'habitude.[7]

La surface de Triton se considère relativement jeune, et de n'avoir plus que 10 millions d'ans par de modèles uniformitariens.[8] Les géologues dénombre 100 cratères d'impacte sur l'hémisphère avancée (celle qui face en la direction de sa motion autour Neptune) et suspectent que débris de collisions qui ont engagé les lunes intérieures ou extérieures de Neptune a frappé Triton sur cette surface avancée.

Triton a plusieurs abîmes profonds sur sa surface. En outre, Mission visitante::Voyager 2 a documenté plusieurs éruptions ressemblant aux geysers du gaz de nitrogène et poussière d'au-dessous de la surface. Ce gaz a crée une « atmosphère » de très petite pression qui est le seule attribute ressemblant une atmosphère d'aucun corps du système solaire autre que la Terre d'avoir nitrogène comme sa composante principale.[2]

L'hémisphère derrière de Triton a une surface cloquée avec peu de crètes et vallons largement espacés et beaucoup plus peus de cratères d'impacte. Ce « terrain de cantaloup » ne s'est pas observé sur aucun autre corps célèste.[9]

Théories d'origine

L'orbite rétrograde de Triton continue d'être une enigme pour les astronomes séculaires. Presque aucun d'eux ne croient que Triton s'est formée à la fois que Neptune; l'hypothèse de nébuleuse simplement ne la permettrait pas.Le consensus général est donc que Triton est un objet trans-neptunien attrapé et peut être venu de la ceinture de Kuiper.[2][5][10] Quelques authorités suggèrent que la capture et ses séquelles peut avour causé l'intérieur de Triton de se fondre et se différencier.[2][5][11]

Mais comment cette capture peut s'être passée reste une question irrésolue. Les deux théories favorites sont:

  1. Triton a entré en collision avec un autre objet, les reliquats duquel persistent aujourd'hui comme partie du système d'anneaux de Neptune.[5] La difficulté primaire de cette théorie, autrement qu'aucune autre théorie de capture, est la question d'où sont les reliquats d'aucun objet assez grand de décélérer Triton pour permettre Neptune de l'attraper. Le système d'anneaux de Neptune n'apparaît d'avoir de matière suffisante d'expliquer la destruction d'un tel objet.
  2. Triton originellement faiait partie d'un système binaire ou quasi-binaire, similairement au système de Pluton et Charon, et Neptune a séparé Triton de son ancien compagnon en passant.[10][12][13][14] Mais Agnor et Hamilton, les auteurs de cette proposition de capture à trois corps, ne font aucun essai d'identifier l'ancien compagnon de Triton, si elle en a eu un. Comme complication en outre, Triton elle-même est plus grande qu'aucun autre objet dans la ceinture de Kuiper sauf la planète naine Pluton. L'orbite de Pluton est, bien entendu, si excentrique que sa périapside est moins de l'apoapside de Neptune, afin que l'orbite de Pluton l'apporte de temps à autre plus proche du soleil que Neptune. Mais selon un commentateur,
« La nature inhabituelle de l'orbite de Triton, la similarité des propriétés de masse entre Pluton à Triton, et la nature hautement excentrique et Neptune-croisant de l'orbite de Pluton suggèrent quelque connexion historique entre ces deux objets. Mais exactement qu'est-ce que ceci peut être est strictement de conjecture à ce temps.[5]  »


Une problème additionnelle pour aucune théorie de capture est que l'orbite de Triton, bien qu'elle est rétrograde, est presque parfaitement circulaire. Immédiamment après sa capture, l'orbite de Triton aurait été nécessairement très excentrique. Ćuk et Gladman admettent que la décélération seule de marée aurait exigé une période plus longue que l'âge supposé du système solaire (c.-à-d. plus longue que 4,5 milliards d'ans) pour se circulariser. Ainsi quelques autres mécanismes doivent avoir agi pour produire le résultat observé. Ćuk et Gladman proposent des collisions répétées avec des autres satellites et l'absorption du débris résultant par Triton.[15]

L'orbite rétrograde de Triton suggère une « condamnation » théoretique pour Triton. Avec chaque orbite, les forces de marée décélèrent Triton par une quantité minime. Au taux présent, les astronomes séculaires font le devis qu'après 1,4 ou 3,6 milliards d'ans, Triton se passera dans la limite de Roche de Neptune et se désintégrera.[16]

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 "Gazetteer of Planetary Nomenclature: Planetary Body Names and Discoverers." US Geological Survey, Jennifer Blue, ed. Le 31 mars 2008. Accédé le 9 mai 2008.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 Hamilton, Calvin J. "Entry for Triton." Views of the Solar System, 1997. Accédé le 9 mai 2008.
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 Calculated
  4. 4,00, 4,01, 4,02, 4,03, 4,04, 4,05, 4,06, 4,07, 4,08, 4,09 et 4,10 Neptunian Satellite Fact Sheet, NASA, 22 janvier 2008. Accédé le 9 mai 2008.
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4, 5,5, 5,6, 5,7, 5,8 et 5,9 Arnett, Bill. "Entry for Triton." The Nine 8 Planets, 13 octobre 1998. Accédé le 9 mai 2008.
  6. "Triton: Neptune's Largest Moon." Astronomy Picture of the Day, NASA, 23 novembre 1997. Accédé le 9 mai 2007.
  7. "MIT researcher finds evidence of global warming on Neptune's largest moon," Massachusetts Institute of Technology, le 24 juin 1998. Accédé le 9 mai 2008.
  8. Schenk, Paul M., and Zahnle, Kevin. "On the Negligible Surface Age of Triton." Icarus, 192(1):135-149, le 1 décembre 2007. <doi:10.1016/j.icarus.2007.07.004 > Accédé le 9 mai 2008.
  9. "Neptune's Moon Triton." The Planetary Society. Accédé le 10 mai 2008.
  10. 10,0 et 10,1 Goudarzi, Sara. "Neptune Might Have Captured Triton." <http://www.space.com/>, le 10 mai 2006. Accédé le 10 mai 2008.
  11. "Entry for Triton." The Internet Encyclopedia of Science. Accédé le 10 mai 2008.
  12. Clark, Stuart. "How Neptune snagged a passing moon." New Scientist, 2551:8, le 10 mai 2006. Accédé le 10 mai 2008.
  13. Stephens, Tim. "New capture scenario explains origin of Neptune's oddball moon Triton." UC Santa Cruz Currents, le 15 mai 2006. Accédé le 10 mai 2008.
  14. Agnor, Craig B., and Hamilton, Douglas. "Neptune's capture of its moon Triton in a binary–planet gravitational encounter." Nature, 441:192-194, le 11 mai 2006. <doi:10.1038/nature04792> Accédé le 10 mai 2008.
  15. Ćuk, Matija, et Gladman, Brett. J. "Constraints on the Orbital Evolution of Triton." Astrophys. J. 626(2):L113-L116, juin 2005. Accédé le 10 mai 2008.
  16. Chyba, C. F.; Jankowski, D. G.; Nicholson, P. D. "Tidal evolution in the Neptune-Triton system." Astronomy and Astrophysics, 219(1-2):L23-L26, juillet 1989. Accédé le 10 mai 2008.


Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Liens apparentés