Némésis

De CreationWiki
Némésis
RedDwarfAUMicroscopii.jpg
Une étoile naine typique de la classe à laquelle Némésis, si elle existe, appartiendrait.
Date de découverte Date de découverte::19 avril 1984(proposée)[1]
Nom de découvreur Découvreur::Richard A. Muller[2]
Origine du nom Origine du nom::Déesse grecque de rétribution[3]
Caractéristiques de l'orbite
Classe céleste Membre de::Étoile
Primaire Primaire::Soleil
Périhélie Périapside::8 800 au[4]
Aphélie Apoapside::167 200 au[4]
Axis semi-majeur Axis semi-majeur::88 000 au[1]
Excentricité orbitale Excentricité orbitale::0,9[1]
An sidéral Période sidérale::26 000 000 a[1]
Caractéristiques physiques
Masse 1 * 10-3 M☉[1]
Température minimale Température minimale::2300 K[5]
Température maximale Température maximale::2600 K[5]

Némésis est étoile-compagne du soleil, prédite par hypothèse et probablement factice. Elle se dit à étre trans-neptunienne et à entrer le Nuage d'Oort une fois depuis 26 millions d'années juliennes. Lorsqu'elle aussi entre le nuage, selon la théorie, elle le perturbe et met une averse de comètes dans l'intérieur du système solaire. Une portion significative de cettes comètes puis fèrent la terre et causent d'événements à niveau d'extinction. Jusqu'au cadeau aucun astronome n'a développé de témoignement définitif pour l'existence de l'étoile Némésis, bien que deux sondages comprehensifs du ciel qui peuvent départager le débat se sont couramment entamés, et un troisième sondage par fusée-sonde en orbite polaire se projète.

Formation de l'hypothèse de Némésis

En 1984, paléontologistes David Raup et Jack Sepkoski ont publié leur analyse de série-de-temps des strates géologiques que, selon la géologie uniformitarienne, se sont couchées depuis les derniers 250 millions d'années. Ils ont déterminé que douze événements à niveau d'extinction (EENNEE) se sont passés durant ce temps, et que le laps entre un ENE et le prochain était 26 millions d'ans.[6] Les investigateurs prévieux ont lié deux de ces EENNEE putatifs à larges impacts météoriques. Raup et Sepkoski ont donc conclus que tels événements (y compris l'extinction alléguée des dinosaures il y a 65 millions d'ans) se sont passés régulièrement et pouvaient avoir cause extraterrestre.

Proposition et nommage

Deux équipes indépendantes d'astronomes ont donc proposé le même type de cause: une étoile, compagne au soleil, ou une naine rouge ou une naine brune, ayant une période sidérale égale à la période du cycle des EENNEE de Raup et Sepkoski.[1][7] Subséquemment, Muller a publié un traitement de longeur de livre de la théorie de Némésis.[2][8]

Muller et d'autres ont appelé cette étoile Némésis, le nome de la déesse grecque de rétribution.[3]

Caractéristiques orbitales

Némésis, si elle existe, serait probablement en une orbite très excentrique, presque parabolique, autour du soleil. L'axis semi-majeur serait 88.000 au et l'excentricité 0,9.[1] La période sidérale de 26 millions d'ans s'inférerait de Raup et Sepkowski.[6]

Muller tient que Némésis est à ou presqu'à aphélie au cadeau et ne causerait pas d'autre ENE jusque l'an 15.000.000 après-J-C.[7] Yarris[9] a suggéré que Némésis serait visible dans la constellation d'Hydre.

Caractéristiques physiques

Whitmire et Jackson ont suggéré que Némésis aurait une masse variant de 2 * 10-4 à 7 * 10-2 fois la masse du soleil. C'est la gamme de masses des étoiles naines brunes ou noires. Muller a argumenté que l'étoile est naine rouge assez plus chaude, de magnitude entre 7 et 12.[2]

Controverse

Némésis a été sujet de controverse chauffée tant depuis la publication des communications par Whitmire et Jackson, et par Davis, Hut, et Muller.[10][11][12][13] Muller a peut-être aggravé la controverse en affirmant[2] que Némésis serait visible avec de jumelles ou un téléscope petit ou à grandeur moyenne. Aucun astronome, amateur ou professionnel, n'a même ni prétendu qu'il a vu Némésis, ni a eu fait confirmer une vision.[11][12]

Muller a suggéré que la Lune a subi un événement de bombardement assez récemment (selon les théories uniformitariennes) qu'il y a de 400 à 600 millions d'ans, et que Némésis peut avoir été la cause.[14] Mais aucun géologue n'a développé de témoinage pour bombardement périodique de la lune, en ligne avec les 12 EENNEE allégués sur la terre.

L'orbite de Némésis serait instable, et plusieurs astronomes tiennent que Némésis devrait s'échapper de la gravité du soleil il y a beaucoup de temps. Muller dispute ces réclamations et insiste que Némésis doit rester partie du système solaire depuis un autre milliard d'ans.[2]

Récemment, Walter Cruttenden à le Binary Research Institute (Institut pour recherche aux binaires) a décidé que Sedna, objet dans le disque épars, est vraiment en résonance orbitale avec Némésis.[15] L'année sidérale de Sedna s'estime à 12.000 ans terrestres. Si Sedna est en résonance avec Némésis, elle probablement aurait une période actuelle de 13.000 ans et serait en résonance à ratio 20:1 avec létoile hypothétique.

Mais même les géologues uniformitariens n'acceptent pas nécessairement la périodicité prétenue des EENNEE.[10][13]

Une perspective créationniste

L'hypothèse de Némésis dépend de la géologie uniformitarienne, et particulièrement l'acceptation de temps profond. Si, au lieu, on accepte le modèle du déluge global, on n'a rien de besoin d'une théorie d'une étoile-compagne (ou, à ce propos, un nuage de comètes en lequelle l'étoile plongerait). Les niveaux réguliers allégués d'espèces éteintes peuvent sourtout être le resultat des formes de flux laminaires durant le Déluge.

Cherchant Némésis

Comme mentionné, personne n'a vu encore Némésis. Un sondage récent du ciel a échoué de la détecter.[12] Mais à moins deux plus sondages de gamme vaste du ciel se projètent, par le Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System (Pan-Starrs)[16] et le Large Synoptic Survey Telescope (LSST)[17][2]

Vidéo

{{#ev:youtube|ERy-MTfgulc}} Lecture durant une heure par Richard A. Muller, donnée le 4 mai 2006 à le University of California, Berkeley, Californie, EEUUAA, cadrant la théorie de Némésis.

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 Whitmire, Daniel P., et Jackson, Albert A., IV. « Are periodic mass extinctions driven by a distant solar companion? » Nature 308:713-715, 19 avril 1984. doi:10.1038/308713a0 Accédé le 10 juin 2008
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 Muller, Richard A., ed. « Nemesis. » n.d. Accédé le 10 juin 2008.
  3. 3,0 et 3,1 Auteur inconnu. « The Nemesis Theory. » n.d. Accédé le 10 juin 2008.
  4. 4,0 et 4,1 Calculé
  5. 5,0 et 5,1 Suggérée par sa classe spectrale hypothésisée de N, R, ou S, conséquent avec sa classification probable comme étoile naine rouge ou brune. Voir « Harvard Spectral Classification, » Study Astronomy Online at Swinburne University, accédé le 22 avril 2008, et Irizarry, David, « The Secrets of the Harvard Classification Revealed, » The Webfooted Astronomer, Seattle Astronomical Society, février 2000, accédé le 22 avril 2008.
  6. 6,0 et 6,1 Raup, D. M., et Sepkowski, J. J. « Periodicity of extinctions in the geologic past. » Proc. Nat. Acad. Sci. 81(3):801-805, février 1984. doi:10.1073/pnas.81.3.801. Accédé le 10 juin 2008.
  7. 7,0 et 7,1 Davis, Marc, Hut, Piet, et Muller, Richard A. « Extinction of species by periodic comet showers. » Nature 308:715-717, 19 avril 1984. doi:10.1038/308715a0 Accédé le 10 juin 2008
  8. Muller, Richard A. Nemesis, the Death Star: The Story of a Scientific Revolution. Wiedenfeld and Nicolson, 1988. ASIN: B000LD03W6. Cité en Muller, Nemesis (site d'internet), op. cit.
  9. Yarris, Lynn. « Does a Companion Star to the Sun Cause Earth's Periodic Mass Extinctions? » Science Beat. Printemps 1987.
  10. 10,0 et 10,1 Britt, Robert Roy. « Nemesis: Does the Sun Have a Companion? » <http://space.com/>, 3 avril 2001. Accédé le 10 juin 2008.
  11. 11,0 et 11,1 Auteur inconnu. « Er...Is That Really a Second Sun Up There? » n.d. Accédé le 10 juin 2008.
  12. 12,0, 12,1 et 12,2 Schlyter, Paul. « Nemesis, the Companion Star, » dans « Hypothetical Planets. » The Nine 8 Planets, Bill Arnett, ed. 14 février 2006. Accédé le 10 juin 2008.
  13. 13,0 et 13,1 Mukai, Koji, et Christian, Eric. « The Nemesis Star. » Ask an Astrophysicist, Imagine the Universe!, NASA, 1 décembre 2005. Accédé le 10 juin 2008.
  14. Muller, Richard A. « Measurement of the lunar impact record for the past 3.5 billion years, and implications for the Nemesis theory. » Geological Society of America communication spéciale 356, pp 659-665 (2002). Accédé le 10 juin 2008.
  15. Ensemble. « Evidence Mounts For Companion Star To Our Sun. » SpaceDaily, 25 avril 2006. Accédé le 10 juin 2008.
  16. « Accueil du Pan-Starrs. »
  17. « Accueil du LSST. »


Creationwiki portail astronomique.png
Naviguez


Lien apparenté

Voyez aussi