Géochronologie

De CreationWiki
L'image est venue d'un seul appareil sentant-écarté-le spéctro-radiometre d'imagerie à résolution modérate de NASA, (MODIS)

Chronologie est l'étude de temps, ou une chronique d'événements en l'ordre de leur occurrence (frise chronologique). Géochronologie, comme activité scientifique, est un essai de déterminer la séquence temporelle d'événements apparentés à la formation de la planète et l'histoire de la vie sur la Terre. C'est de ce champ d'étude que les artefacts se datent basé sur l'âge des formations géologiques dans lequels ils se trouvent. Les géologues déterminent l'âge des roches, fossiles, et sédiments en utilisant une variété de méthodes y compris la datation relative et absolue.

En datant n'import quel objet, les géologues:

  1. Observent l'état présent du système.
  2. Mesurent un taux d'un processus dans le système.
  3. Assument certaines choses concernant le passé.
  4. Calculent le temps nécessaire de ce processus pour produire l'état présent.

Prémisses

En datant un objet, un géologue mesure quelque attribut physique de l'objet, qui se croit de fournir de témoignage regardant son âge. Toutes les méthodes de datation dépendent de prémisses concernant le passé. Ces prémisses se basent sur les axiomes ou vue de monde dans laquelle le scientifique opère. Cette vue-de-monde est la base pour un système entier de théories. La science de création et un système théorique et l'évolution est un autre. Ainsi même lorsque les créationnistes et les évolutionnistes utilisent les mêmes méthodes de datation, ils plus souvent que non atteindront de résultats radicalement différents.

En utilisant ces méthodes de datation, les évolutionnistes assument qu'il n'y avait pas de déluge global comme décrit en la Bible ou Coran. Ainsi, initiale,emt ces méthodes se utilisent par les investigateurs qui cherchent à prouver leur interprétation des données. Les méthodes se calibrent ultimement aux dates relatives de la colonne géologique, afin que données en conflit avec la position d'un fossile ou d'une roche en la colonne géologique s'excuse par le système théorique évolutionnaire. Par exemple, carbone-14 se pourrirait à rien en beaucoup moins qu'un million d'années, afin que si carbone-14 se trouve en le reliquat d'un dinosaure il s'interprète comme résultat de contamination. Le résultat est que la colonne géologique est le norme ultime pour autres méthodes de datation. Ce ne seulement fait les autres méthodes de datation paraître plus conséquentes qu'elles sont vraiment, mais aussi rendre la vraie existence de la colonne géologique inessayable.

Ainsi ces méthodes de datation ne produisent que de vieux âges pour la Terre dans le système théorique évolutionnaire, et donc ces résultats sont insignifiants dans le système théorique créationniste.

Méthodes de datation absolue

Article principal: Datation absolue
Hourglass drawing.jpg

Datation radiométrique

Article principal: Datation radiométrique

Datation radiométrique se utilise les taux de pourriture de certaines atomes radioactives pour dater des roches ou des artefacts. Les géologues uniformitariens considèrent cette forme de datation témoignage fort que la Terre a milliards d'années. Mais la recherche par créationnistes a révélé un grand nombre de problèmes avec la datation radiométrique. En quelques cas tels que datation de carbone-14, la datation radiométrique donne vraiment un témoignement fort pour une jeune terre, bien que les autres méthodes tels que la datation de K-Ar et datation des isochrones se basent sur de prémisses fautives et sont assez infiables qu'être inutiles.

Datation de carbone-14

Article principal: Datation de carbone-14

Datation de carbone-14 est une technique de datation radiométrique se utilisant pour déduire l'âge approximatif des reliquats biologiques par mesurant la quantité de l'isotope ¹⁴C dans l'échantillon et la comparant avec le niveau atmosphérique courant. L'isotope normal de carbone se trouvant en les organismes vivants, ¹²C, est stable, bien que ¹⁴C n'est pas stable. Il se forme quand le rayonnement cosmique frappe un atome de ¹⁴N (azote), le convertant en ¹⁴C, et l'atome se repourrit en ¹⁴N, avec une demi-vie de 5760 ans.

Datation des isochrones

Article principal: Datation des isochrones

Les scientifiques ont reconnu qu'il y a de difficultés en traitant les prémisses de datation radiométrique. La datation des isochrones s'est développée en un essai de résoudre telles problèmes. Selon la théorie, l'échantillon initialement a des isotopes filles présents aux ratios constants vis-à-vis l'un et l'autre, mais le ratio de ces isotopes à l'isotope parent est arbitraire. Comme résultat il forme une ligne droite horizontale sur une graphe. Comme l'isotope parent se pourrit à sa fille, les ratios changent et la ligne droite reste mais assume un angle. La pente de la ligne est égale au multiple de la demi-vie que l'isotope parent s'est passé après la solidification.

Datation concordie

Article principal: Datation concordie

La datation concordie est une forme de datation utilisant uranium et plomb qui utilise un diagramme concordie. La théorie constate que lorsque les zircons se cristallisent ils perdent tout de leur plomb et pourvu que le cristal reste fermé ces ratios plomb/uranium démontraient une tendance prédictable. Il se théorise en plus que parce que tous les isotopes du même élément sont chimiquement identiques, ils se remouraient en quantités proportionnelles, formant une ligne droit en le diagramme concordie, qui traverse la courbe concordie aux dates de cristallisation et contamination. La perte d'uranium meuve le point en haut et à droite, bien que la perte de plomb meuve le point en bas et à gauche.

Datation fission-traquante

Article principal: Datation fission-traquante

La datation fission-traquante engage le comptage des traques de dommage laissés par les fragments de la fission spontanée de uranium-238. La fission spontanée de ²³⁸U a un taux connu, et donc le nombre de traques se connecte théoriquement à l'âge de l'échantillon. Parce que la datation fission-traquante exige un comptage manuel des traques de fission, le processus et plus prône à l'erreur humain et partialité qu'autres méthodes de datation radiométrique. Cette problème se fait pire parce que autres types de défauts de cristal peuvent se compter facilement comme traques de fission.

Dendrochronologie

Article principal: Dendrochronologie

Dendrochronologie est une technique de dater les changement climatiques en le passé par le moyen d'une étude de la croissance des anneaux des arbres. Chaque année un arbre ajoute un niveau de bois de son tronc et ses branches et donc crée les anneaux annuels que nous voyons en visionnant une section transverse. D'anneaux larges se produisnet durant les années mouillées et d'anneaux étroites durant les années sèches. Cette technique a posé une problème différente pour les créationnistes, parce que cette méthode de datation ne utilise pas directement la pourriture accélérée. Par utilisant la dendrochronologie les scientifiques ont daté certaines arbres vivants d'avoir d'âges à peu près 4600 années. Cette découverte a montré le modèle courant pour la datation de carbone-14 être incorrecte, et donc les scientifiques ont recalibré leur modèle de ¹⁴C basé sur ces arbres.

Méthodes de datation relative

Article principal: Datation relative
Séquence de niveaux deroche sédimentaire (strates) du Lac Mead.

Stratigraphie

Article principal: Stratigraphie

La datation relative est une technique qui utilise les positions « relatives » de niveaux et fossiles pour assigner de dates estimées aux strates. Les géologues uniformitariens ont commencé à utiliser les principes de stratigraphie pour assigner de dates aux niveaux des fossiles dans la colonne géologique aux 1700s tardives. La datation relative utilise une combinaison d'études de fossiles et interprétation structurelle pour former de conclusions concernant l'histoire géologique d'une région.

Noyaux de glace

Main Article: Noyau de glace

Les noyaux de glace s'obtiennet par forant d'échantillons à noyau de glace dans les régions glaciées, telles que celles près des pôles. D'anneaux visibles clairs et foncés se trouvent dans tels noyaux qu'on puis analyse pour déterminer l'âge de la glace. Ces niveaux se présument être le résultat de fluctuations annuelles en climat, et en utilisant cette méthode, les uniformitariens prétendent de documenter d'âges de plus que 100 000 années. Créationnistes, tels que Michael Oard, maintiennent que ces laminages sont des événements subannuels, y compris la litrage due à poussière qui se prédit en un âge de glace après le déluge. Il discute cette théorie brèvement ici. La formation subannuelle se soutient par observations que plusieurs tels niveaux de neige et glace peut être le résultat des tempêtes dans un seul saison d'hiver.

Problèmes avec les méthodes de datation

N'importe quelle méthode de datation dépend d'une norme fixe, ou d'ailleurs elle produit de dates arbitraires. Les géologues uniformitariens préfèrent croire, et prétendre, que chacune de leurs méthodes utilise une telle norme fixe. Mais un examen soigneux des « normes » soi-disantes de datation révèle que chacune de leurs méthodes dépends d'une prémisse a priori concernant l'histoire de la terre. Par continant à utiliser telles méthodes, les uniformitariens faisent leur propre affirmation principale, que la terre a milliards d'années, inessayable. En faisant tellement, ils tiennent d'idées de logique fallacieuse de preuve par affirmation et raisonnement circulaire.

En outre, chaque méthode de datation a de problèmes avec la méthode elle-même et problèmes avec l'interprétation de ces résultats. Quelques des « ajustements » qui les uniformitariens faisent aux dates que leurs procédés produisent sont semblables à la pratique détestable qui s'appelle en anglais « dry-labbing » selon laquelle un investigateur malhonnête construit d'observations de sa propre imagination. Les ajustements des dates de carbone-14 pour les rendre en accord avec les autres méthodes de datation est un cas en point.

Beaucoup d'endroits reçoivent des étiquettes d'un certain âge basé sur le partis pris évolutionnaire, mais plus tard se redatent aux âges beaucoup plus jeuns. Un bon exemple de ça est le dépôt Barberton. Il s'est croit être le produit d'un bouche hydrothérmique Archéen, mais apparémment on parle maintenant qu'il a son origine d'un système hydrologique cénozoïque. (Lowe et Byerly; 2007)

Témoignements pour une jeune terre

Article principal: Témoignements pour une jeune terre

Des scientifiques créationnistes qui affirment une jeune terre croient que l'échelle de temps évolutionnaire est dans l'erreur.[1][2][3] Ils pointent aussi vers multiples lignes de preuve du champ de géologie qui montrent que la terre est jeune.[4][5][6][7] Les présumptions uniformitariennes se rejetent, en faveur des processus catastrophiques connexes au déluge global étants résponsables pour la plupart vaste des traites géologiques de la Terre. On doit noter que le catastrophisme s'accepte de plus en plus dans le champ de géologie. [8][9] Les créationnistes jeune-terre affirment aussi que la géologie uniformitarienne vielle-terre a nombreuses anomalies. Par exemple, William R. Corlissa catalogué nombreuses anomalies dans le paradigme uniformitaren vielle-terre de géologie. [10][11]

Plus d'arguments qui soutiennent une jeune terre:

Références

  1. Woodmorappe, John, The Geologic Column: Does It Exist? Journal of Creation 13(2):77–82, 1999
  2. Morris, Henry, Geology and the Flood Impact 6 août 1973
  3. Geologic Time Scale - The Misconceptions (All About Creation)
  4. Geology Questions and Answers (Answers in Genesis)
  5. Geology (Creationism.org)
  6. Geology Links (Northwest Creation Network)
  7. Baumgardner, John, Genesis Flood 28 juillet 2003.
  8. The Mexico Earthquake - Some Afterthoughts de Ariel A. Roth, Origins 12(2):61-63(1985)]
  9. Up with Catastrophism! de Henry Morris, Ph.D. August, 1976
  10. The Sourcebook Project: Catalog of Anomalies du gagnant du concours de science Omni Edge, décembre 1996
  11. Polystrate Fossils and the Creation/Evolution Controversy de Joe Deweese de Bert Thompson, Ph.D. Apologetics Press :: Reason & Revelation, 20[12]:93-95 décembre 2000.


Créationniste

Séculaire

  • Géochronologie par Wikipédia
  • Lowe DR, et Byerly GR (2007), « Ironstone bodies of the Barberton greenstone belt, South Africa: Products of a Cenozoic hydrological system, not Archean hydrothermal vents! » GSA Bulletin, janvier 2007, Vol. 119, No. 1 pp. 65-87, doi:10.1130/B25997.1.
Creationwiki french scientifique portal.png
Naviguez


Liens externels

Voyez aussi