Prescience scientifique biblique

De CreationWiki
Prescience scientifique dans la Bible
101 Scientific Facts & Foreknowledge - Achetez-le

La prescience scientifique biblique est la croyance que la Bible contient de savoir qui montre une compréhension de savoir scientifique au-delà de celui cru d'exister au temps que la Bible s'est composée. La prescience scientifique biblique se voit comme témoignage que la Bible s'est inspirée par Dieu et inerrante.

Les sceptiques rejettent la prescience scientifique biblique comme témoignage pour l'inspiration divine ou inerrance de la Bible. Ils prétendent que l'information s'est développée par des efforts des hommes,était de savoir commun, en quelques instances ne s'est fait que pour les buts religieux, ou dépend des interprétations post hoc et hors-contextes. Quelques individus constatent qu'ils sont des chrétiens ou juifs religieux et rejettent aussi la prescience scientifique biblique. (Tels personnes sont souvent aux dénominations libéraux.)

Les sceptiques et douteurs ont tort. Le niveau de savoir scientifique dans le texte de la Bible s'est avancé significativement au-delà de celui des varieuses civilisations contemporaines aux anciens Israëlites. En outre, d'étude soigneuse du texte fournit de guidance diététique et d'autres types de santé que n'importe quel individu réaliserait être très bénéfique.

Historical Context

Le Torah (les premiers cinq livres de l'Ancien Testament) s'est écrit depuis quarante années après l'Exode d'Israël. Cet événement a lieu en 1491 av.-J-C selon James Ussher, ou 1446 av.-J-C comme suggéré par les oeuvres d'Edwin Thiele. À ce temps, plusieures anciennes civilisations avaient de villes qui avaient telles choses comme des documents médicaux (par exemple, les documents égyptiens - le papyrus chirurgique d'Edwin Smith, le papyrus d'Eber et le papyrus de Hearst), des systèmes d'assainissement publique,[1] et codes légaux écrits comme le Code Hammarabi (bien que le Code Mosaïque était plus équitable[2]). Les érudits sont en désaccord concernant la précision, l'exactitude, et les méthodologies utilisées pour dater ces civilisations et quand varieux événements y ont lieu.[3][4][5][6] Les techniques chirurgiques détaillées en le papyrus égyptien d'Edwin Smith était très rationnelles pour la période donnée,[7] bien que le papyrus égyptien chirurgique d'Edwin Smith contient une incantation féerique contre la pestilence et une prescription pour un ridicide qui transformerait un vieillard en un jeune, selon le New York Academy of Medicine.[8][9] En outre, le papyrus d'Ebers contient varieuses pratiques (incantations) inefficaces avec des témoignements de médicine rationnelle.

Bien que l'ancienne médecine avait quelques pratiques efficaces, telles que plusieurs des techniques chirurgiques détaillées en le papyrus d'Edwin Smith, elle n'etait pas sans ses pratiques inefficaces et quelquefois nuisibles. Par exemple, l'Odyssée de Homer a déclaré regardant les anciens égyptiens que « les égyptiens étaient capables en médecine plus qu'en aucun autre art. »[10] Mes les historiens de médecine croient que l'ancienne pharmacologie égyptienne était pour la plupart inefficace.[11] Par exemple, Michael D. Parkins observe que 72% de 260 prescriptions médicales en le papyrus de Hearst n'ont rien d'éléments curatifs.[11] En outre,la pharmacologie d'eaux sales a commencé d'abord en ancien Égypte et s'est continuée à travers les Moyens-Âges.[11] Bien que les crottins d'animaux ont des attributs curatifs, ils ne sont pas sans risque. Par exemple, Mamtani, Malhotra, Gupta, et Jain ont découvert en leur étude comparative de tétanos urbain et rural en les adultes que tels pratiques que l'application de crottin de vache aux blessures, la perçage des oreilles et le tatouage, et des infections chroniques d'oreille étaient des facteurs importants en la développement de tétanos.[12] En outre, le gardiens de soin pakistanais qui utilisent des antibiotiques topiques pour les blessures de circoncision de leurs bambins au lieu des crottins, de ghée, d'urine, etc, préviennent ces bambins de contracter de tétanos néonatal.[13] Frank J. Snoek, PhD a écrit que la médecine égyptienne utilisait des taches de mouche, de sang de lézard, des dents des porceau, et autres tels remèdes, qu'il croit peut avoir été nuisibles.[14]

Santé et médecine dans la Bible

Moses: The First Author of Health par Jay Nelson - Achetez-le

Beaucoup des techniques de santé du Code Mosaïque montrent de prescience remarquable. Le Code Mosaïque détaille de médecine saine préventive, mais les documents médicaux de ses voisins, tels qu'Égypte, reflètent un mélange de médecine saine et erroné.[10][15]

Max Neuberger, écrivant en son « History of Medicine » (Histoire de médecine) constate:

« Les commandes concernent la prophylaxie et la suppression des épidémies,[16] la suppression des malades vénériennes et la prostitution, le soin de la peau, des bains,[17] la nourriture, le logement et l les habits, le règlement de travail, de la vie sexuelle, la discipline des gens, etc. Plusieurs de ces commandes, tels que le repos du sabbat, la circoncision,[18][19] lois concernant la nourriture (l'interdiction de sang et du porc), des politiques concernantes les femmes ayant leurs règles et les femmes s'accouchantes,[20] et ceux souffrants de la gonorrhée, l'isolement des lépreux, et l'hygiène du camp sont, en vue des conditions du climat, surprenamment rationnels.[21]  »


Selon Dr. Harold Spinka et l'Encyclopédie Biblique Wycliffe, la lèpre biblique décrit un nombre de conditions. Le Dr. Spinka constate qu'en outre de la lèpre moderne (maladie de Hansen), la lèpre biblique peut inclure aussi varieuses conditions de peau, la syphilis et la variole, et pas seulement la maladie de lèpre comme nous la connaissons au cadeau.[22] (Les savants apparaissent divisés concernant si la lèpre biblique inclut la lèpre moderne.[23][24] L'Encyclopédie Biblique Wycliffe et la revue Perspectives in Biological Medicine constatent que la lèpre biblique peut inclure le moisi; ceci se discutera subséquemment plus longuement.[25])

Dr. Harold Spinka a écrit concernant la loi lévitique en la lèpre biblique,

« Une révision de Lévitique de l'Ancien Testament montre que les prêtres étaient responsables des maladies infectieuses, aussi bien que le bien-être moral et religieux de la nation. Le diagnostic différentiel entre les maladies infectieuses et non-infectieuses de peau est très moderne.[22]  »


Semblablement, Arturo Castiglioni en A History of Medicine (une histoire de médecine) a écrit,

« Les lois contre la lèpre en Lévitique 13 peut se regarder comme le premier modèle d'une législation d'assainissement.[26]  »


Castiglioni a constaté en outre,

« L'étude des textes bibliques apparaît démontrer que les anciens peuples sémites, en accord avec les principes les plus modernes d'épidémiologie, imputaient plus d'importance aux transmetteurs animaux des maladies, tels que le rat et la mouche, que l'individu contagieux.[26]  »


En son livre, None of These Diseases (rien de ces maladies), S.I. McMillen, M.D. a écrit que le temps optimal pour accomplir une circoncision, du point de vue médical, était en le huitième jour.[27] En Genèse 17:12 Dieu a commandé à Abraham de circoncire les enfants mâles sur le huitième jour de leures vies.

La Loi de Moïse a introduit un nouveau principe révolutionnaire pour conserver la force humaine. La Loi de Moïse avait une provision pour un jour hebdomadaire de repos. (Exode 20:8-10 ) Cette loi s'appliquait à tout le monde dans le pays y compris les esclaves. L'historien médical Karl Sudhoff a dit:

« Si le Judaïsme n'a eu donné rien plus aux hommes que l'établissement d'un jour hebdomadaire de repos, nous devrions encore le proclamer un des plus grands bienfaiteurs de l'humanité.[28]  »


Peter Baldwin en son livre Contagion and the State in Europe, 1830–1930 a écrit que le jour de repos donné en le Torah était mésure d'hygiène publique (la fatigue en un individu peut le rendre susceptible aux maladies).[29] Selon H. Kawato, en Japon à peu près 10 000 morts des travailleurs se passent chaque année à cause de la « mort par travail » (en japonais la « mort par travail » s'appelle karoshi).[30] Le Manuel confidential du Ministère des Travaux en Japon a constaté que le surmenage ne peut pas être la cause de mort sinon le travailleur s'engagait continuellement pour 24 heures jusqu'a sa mort ou travaillait pour à moins 16 heures per hour pour sept jours consécutifs avant sa mort.[30][31]

Un médecin hongrois du dix-neuvième siècle, Ignaz Semmelweis, comprenait le contrôle des maladies infectieuses mortelles par le moyen de lavage. Malgŕe ses grands essais de persuader la communauté médicale d'y se plier, ils résistaient et à la fin le Dr. Semmelweis a subi une dépression[32] et s'est suicidé. Mais les anciens Israëlites se lavaient en l'« eau courante » en traitant ceux affligés avec les décharges infectieuses ou venant en contact avec des chose que les décharges ont eu contacté. Par exemple, le Loi Mosaïque constate en le livre de Lévitique:

Lorsqu'il sera purifié de son flux, il comptera sept jours pour sa purification; il lavera ses vêtements, il lavera sa chair avec de l'eau vive, et il sera pur. Lévitique 15:13

En la Guerre Entre les États américaine, plus que 50% des soldats qui mouraient ne sont pas tué en combat mais simplement sont morts de telles maladies de camp que la fièvre typhoïde, la pneumonie, la dysenterie, et telles maladies d'enfance que la rougeole et la varicelle.

« Milliers sont morts des blessures de combat relativement mineures qui sont venues infectées. Rien s'est connu concernant comment et pourquoi les blessures venaient infectées...Le nombre des hommes qui simplement se sont rendus malades et sont morts, ou ont subi une égratignure ou coupure mineure et puis ne pouvaient faire rien de contôler l'infection était épouvantable.[33]  »


En son livre A History of Medicine, Arturo Castiglioni a écrit,

« Les règlements en Deutéronome concernant comment les soldats devraient prévenir le danger d'infection de leur excrément par le couvrant avec du sol constituent un document très important de la législation sanitaire.[34]  »


Le Code Mosaïque avait aussi des provisions concernantes la conservation des ressources naturelles qui étaient avancées pour leur jour et peut se voir comme prescience scientifique biblique. Celles incluaient des provisions pour la conservation des arbes (Deutéronome 20:19-20 et des oiseaux (Deutéronome 22:6-7 ).

L'étude de Macht concernant la toxicité des animaux et autres études et enquêtes

En 1953 Dr. David I. Macht, rechercheur à Johns Hopkins University, a conduit des essaies de toxicité sur plusieurs espèces différentes d'animaux et poissons et a conclu que la toxicité des animaux « impurs » (selon Lévitique) était plus haute que celle des animaux « purs », et que la corrélation avec la description en Lévitique était 100%.[35] L'étude de Macht, vis-à-vis la classification des animaux cashers et non-cashers assortait à la classification casher produite par James W. Atz, Ph.D., conservateur et doyen-bibliographe en le département d'ichthyologie de la Musée américaine de l'histoire naturelle, NY, NY et professeur adjoint de biologie, Graduate School of Arts and Sciences (école des laureats des arts et des sciences) de New York University. La liste par Dr. Atz des animaux cashers et non-cashers s'est publiée par l'Union orthodoxe en le bulletin Kosher Guide (Guide casher) et dans l'Orthodox Union Kosher Consumer Directory (Directoire casher pour les consommateurs par l'Union orthodoxe).[36] Selon une liste des poissons cashers et non-cashers publiée par l'Union des Congrégations Juives Orthodoxes d'Amérique, la décision concernant quels poissons ont d'écailles, en la communauté juive orthodoxe, apparait d'engager la sémantique, parce que les écailles qui ne sont pas visibles à l'oeil humain ou les écailles qui ne peuvent pas se remouvoir sans déchirer le peau ne se considère pas des « écailles » en termes de la loi du Torah pour déterminer quels poissons sont cashers. Il apparaît que les autorités religieux juifs faisent appel aux commentateurs bien-connus du Torah.[37] En outre, la classification par Dr. Macht des cygnes comme casher est en accord avec la recherche aux Instituts Ohr Somayach en Jérusalem, Israël.[38] En outre, Dr. Macht constate dans la revue révisée au pair Science que l'essai de toxicologie qu'il a utilisé était méthode fiable pour détecter des toxines zoologiques parce qu'il est un essai de toxicologie sensible à ces types de toxines, et donc on pourrait conclure qu'il serait convenable aussi pour essayant les niveaux de toxicité pour les poissons, la viande, et la volaille.[39] (La méthode toxicologique que Dr. Macht a utilisé s'est citée aussi en la revue Journal of Laboratory and Clinical Medicine.[40] En outre, Dr. Macht était expert en le venin des cobras, une toxine zoologique. Mais les conclusions de Macht se sont défies par trois de ses pairs en la communauté scientifique en une publication de l'Église adventiste du septième jour, bien qu'un a affirmé partialement son étude.[41] Ceci partialement tenait à une infamiliarité possible avec quelles nourritures sont cashers et non-cashers. En outre, peut-être ils ne conaissaient pas l'essai de toxicité que Dr. Macht a utilisé, et son efficacité apparent en essayant les toxines zoologiques.

À court terme, mangeant les nourritures non-cashers apparaît souvent n'avoir rien des effets mauvais dramatiques en général. Par exemple, les Arabes, qui ne suivent pas de régime casher, considèrent la viande de chameau être délicatesse. Évidemment, les Arabes non-cashers ne se meurent pas jusqu'après mangeant la viande de chameau. Mais l'optimalité à long terme de mangeant les viandes pures ou impures est une question sans réponse de la science. En outre, le manger des nourritures non-cashers a évidemment de quelque bénéfice nutritionnels. Par exemple, les crevettes et le porc contiennent de protéine. Le Nouveau Testament déclare,

Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu'on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière. 1_Timothée 4:4-5

Au regard au verset susnommé, on peut raisonner que la prière sanctifie les nourritures. La Bible a beaucoup de versets regardant la protection par Dieu. En outre, on peut raisonner que les bénéfices sont plus importants que les coûts en toutes les nourritures et donc toute la nourriture est bonne. Évidemment il y a de quelque bonté nutritionnel en les comestibles que le Torah a déclaré impurs (par exemple, les crevettes ont de protéine). Quels comestible sont optimaux d'un point de vue de la science essayée empiriquement est souvent controversé. En résumé, au regard à suivre une régime strictement casher versus une régime non-casher, la science n'a rien de réponse définitive au cadeau. D'un point de vue théologique chrétien, on peut raisonner que la nourriture doit ne pas être empêchement à aucune personne faisant une décision de venir chrétien. En outre, les chrétiens orthodoxes croyants en la prescience scientifique biblique croient que les chrétiens peuvent manger la nourriture qui s'est déclarée impures en l'Ancien Testament, et 1_Timothée 4:4-5 et Galates 2:7-16 ça fait très évident.

En outre de l'étude susnommée essayante les comestibles cashers et non-cashers pour les niveaux de toxicité, Macht a développé de témoignage indiquant que la combinaison de la viande et du lait tendait être plus toxique que n'importe quel aliment seul.[42] En outre, il a comparé l'abbatage conventionnel versus l'abbatage casher et a déterminé que l'abbatage casher produisait de viande moins toxique.[42]

Une étude en 1985 par Nanji et French a découvert qu'il y avait une corrélation significative entre la cirrhose du foie et la consommation du porc. (Macht a prétendu que le porc était plus toxique que la viande des animaux que la Bible déclarait purs).[43] La méthodes modernes de la production de porc sont différentes des anciennes méthodes d'élever les porcs, afin que le résultat de cette étude peut être difficile à appliquer aux anciens ou ceux qui élevent les porcs par les méthodes d'agriculture biologique, sans server des hormones ou des antibiotiques.

Jane Cahill a rapporté en Biblical Archaeological Review que les toilettes d'une maison juive en Jérusalem se sont examinées et rien de parasites ou d'pathogenes infectieux ne se sont découverts.[44]

Au cadeau, quelques praticiens de la « médecine alternative » ne recommandent pas de porc à leurs patients ou leurs conseillés abonnés. Leures raisons incluent le contenu possible d'hormones, d'antibiotiques, et de pesticides, et en outre la régime indiscriminatoire du porc. Joseph Mercola, DO, qui a une pratique privée en la médecine générale alternative, écrit:

« Les porcs sont des animaux fouillants et mangeront presque n'importe quel comestible. Leur appetit pour les nourritures moins-que-salubres fait les porcs un vivier pour des infections potentiellement dangereuses. Même la cuisine de porc pour des périodes longues ne suffit pas pour tuer plusieurs des rétrovirus et autres parasites que plusieurs d'eux contiennent.[45]  »


Dr. Mercola même ne recommande pas de porc élevé à pâturage, parce que des sangliers sauvages infecteront souvent des manades de porc avec la Trichinella spiralis ou autres parasites.[45]

Pollution de l'air à l'intérieur

Comme mentionné ci-dessus, l'Encyclopédie Biblique Wycliffe et la revue Perspectives in Biological Medicine constatent que la lèpre biblique peut inclure le moisi.[25]

Aux États-Unis, la pollution de l'air à l'intérieur est devenue une préoccupation à plusieurs en la décennie 1970.[46] Tels experts que l'Agence pour la Protection de l'Environnement considèrent le moisi avoir quelquefois des effets très négatifs en les personnes.[25][46][47][48]

Selon Ellen McCrady, le première mention de moisi et du nettoyage de moisi est en la Bible.[49]

Le livre de Lévitique a une déclaration regardant une plaie de lèpre biblique qui peut se considérer un autre exemple de prescience scientifique biblique:

Le sacrificateur y retournera le septième jour. S'il voit que la plaie s'est étendue sur les murs de la maison, il ordonnera qu'on ôte les pierres attaquées de la plaie, et qu'on les jette hors de la ville, dans un lieu impur. Il fera râcler tout l'intérieur de la maison; et l'on jettera hors de la ville, dans un lieu impur, la poussière qu'on aura râclée. On prendra d'autres pierres, que l'on mettra à la place des premières; et l'on prendra d'autre mortier, pour recrépir la maison. Si la plaie revient et fait éruption dans la maison, après qu'on a ôté les pierres, râclé et recrépi la maison, le sacrificateur y retournera. S'il voit que la plaie s'est étendue dans la maison, c'est une lèpre invétérée dans la maison: elle est impure. On abattra la maison, les pierres, le bois, et tout le mortier de la maison; et l'on portera ces choses hors de la ville dans un lieu impur. Celui qui sera entré dans la maison pendant tout le temps qu'elle était fermée sera impur jusqu'au soir. Celui qui aura couché dans la maison lavera ses vêtements. Celui qui aura mangé dans la maison lavera aussi ses vêtements. Si le sacrificateur, qui est retourné dans la maison, voit que la plaie ne s'est pas étendue, après que la maison a été recrépie, il déclarera la maison pure, car la plaie est guérie. Lévitique 14:39-48

Végétarisme

Lions qui ne mangent pas de viande et la Bible

Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. Genese 1:30

La concordance de Strong rend le mot hébreu oklah comme nourriture/viande.[50] Ésaïe 11:6 et Ésaïe 65:25 parlent d'un temps lorsque les carnivores viveraient paisiblement avec les non-carnivores.

Une lionne végétarienne a été décrite. La lionne, nommée Little Tyke (Petite marmotte), comme jeune lionne a refusé de manger de viande et ne mangerait que du lait, des oeufs, et des grains cuits. Little Tyke s'est citée comme cas de prescience scientifique biblique.[51][52][53][54] Little Tyke est documentée d'avoir véçue paisiblement avec des agneaux et d'autres herbivores. En outre on rapporte qu'« elle a étonné la nation avec des représentations en télévision montrant l'affection aux petits poulet, des chatons, et des agneaux. »[52] Un conservateur de zoo visitant apparemment a prétendu que Little Tyke était l'individue la plus saine de son espèce sur laquelle il a eu jamais tombé.[51][53]

La lionne Little Tyke est morte à l'âge de 9 à cause d'avoir attrapant la pneumonie viral en passant trois semaines en Hollywood pour jouer dans un film, selon un livre écrit par les propriétaires de la lionne. Quelques-uns devinent que le changement soudain de climat peut avoir été facteur contributant, mais sans autopsie la cause de mort est difficile à déterminer. (La durée moyenne de vie d'un lion farouche est à plus 16 années. En captivité, ils vivent fréquemment 10 années au-delà.)[55][56] Défenseurs de prescience scientifique biblique pointent aux commentaires documentés du conservateur concernant la santé robuste de la lionne et la possibilité que le changement de climat a causé sa maladie bien que les détracteurs de prescience scientifique biblique pointent à la morte tôt de l'animale.

Les chats de maison (Felis domestica) typiquement refuseront de manger des bananes. Mais Professeuse Wanda Wyrwicka a pu entraîner les chattes maternes d'en faire par stimulant électriquement leurs hypothalamus. Lorsque les chatons ont vu leure mère mangeant des banane, 15 de 18 des chatons ont commencé aussi de manger des bananes.[57]

Le créationniste qui écrit sous le nom de plume John Woodmorappe constate: « Van der Pijl a compilé nombreux cas d'herbivoire féline, ou manger des plantes, tels que jaguars et chats sauvages mangeant d'avocat.... »[58]

Défi scientifique des lions qui ne mangent pas de viande: Little Tyke apparaît très dificile à expliquer. Normalement les lionnes adultes exigent 11 poids en moyenne de viande par jour, et les lions mâles adultes exigent 15,4 poids.[56] Sans viande Little Tyke devrait se développer la cécité et la cardio-myopathie dilatée (CMD), une maladie dégénérative qui rend grasse les muscles de la coeur et les limite la capacité de pomper le sang à cause d'une déficience de taurine.

Peu connu en la décennie 1950, la recherche à UC Davis en 1976 a prouvé que taurine est aliment essentiel pour les félines, et la manque de lui causerait de dégénération de la rétine. En outre, la recherche plus tardive a impliqué les niveaux insuffisants de taurine en la cardio-myopathie dilatée. Selon un site d'internet végétarien, taurine n'existe pas en les sources naturelles non-animales. C'est présent en quantités minutes en le lait et les oeufs. Little Tyke pourrait obtenir sa quantité exigée de taurine du lait, si elle boirait 500 gallons (2000 litres) par jour, ou des oeufs, si elle mangerait plus que 4000 par jour.[55]

Une critique du récit de Little Tyke est que les lions sauvages ne peuvent pas obtenir du lait ou des oeufs facilement. Mais le créationniste John Woodmorappe croit que les animaux se changeront mais pas nécessairement dramatiquement.[58] Ésaïe a prophétisé,

Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, Et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Ésaïe 11:8

Les érudits bibliques Jamieson, Fausett & Brown ont cru que ce verset probablement voulait dire que la nature se changerait et se restituerait à un état comparable à Éden.[59]

Végétarisme en les humains

Les médecins conventionnels regardent normalement les humains comme omnivores obligés. Les humains exigent une substance (Vitamine B12) qui habituellement n'est disponible qu'en la viande animal ou des sources laitières. Sans elle, les humains souffrent d'une forme d'anémie et une forme de neuropathie périphérique.[60]

Vitamine B12 est le seul aliment essentiel en lequel un végétarien stricte peut être déficient. Les plantes ne synthétisent pas de vitamine B12, bien qu'ils synthétisent toutes les autres vitamines couramment identifiées. Mais les plantes peuvent l'obtenir des sols riches en lesbactéries, les levures, les fongus, et les moisis. Ainsi un humain peut obtenir des quantités adéquates de vitamine B12 des haricots cultivés et fermentés et des vareches.[60] La prévalence augmentée de la maladie de déficience de vitamine B12 peut donc être due à l'abandonnement des pratiques traditionnelles d'agriculture biologique en faveur de l'agriculture chimique, qui tend à rendre le sol beaucoup plus pauvre en les micro-organismes qui produisent de vitamine B12.

Le Rev. Dr. George Malkmus a formulé une régime diététique—la régime Alléluia—qui ne prescrit que des végétables et des fruits, et que ces praticiens mangent à moins 85 pourcent de ces aliments crus. En son livre décrivant sa régime et les raisons pour elle, Malkmus maintient que l'anatomie humaine partagent plus de caractéristiques avec les herbivores qu'avec les carnivores ou même avec les omnivores. Il montre aussi que la viande animal de n'importe quel type se mouvra à travers le système digestif beaucoup plus lentement que la matière des fruits ou des végétables. Son autorité biblique pour une régime strictement végétarienne est Genèse 1:29-30 , en laquelle Dieu a donné à l'homme des fruits et des végétables pour la nourriture. (Dieu n'a pas ajouté la viande à la régime humaine jusqu'après le déluge global; voyez Genèse 9:1-3 .)[61]

Comment les lions tuent leure proie et la Bible

Jusque récemment, les zoologistes croient que les lions tuaient leure proie en mordrant à travers le cou ou par cassant le cou avec un coup, ou calotte, de la patte.[62] Mais en 1972, George B. Schaller a observé des lions lui0même, depuis 2 900 homme-heures depuis trois ans. Il a examiné aussi leure proie pour déterminer la cause de mort.

La Bible déclare:

Le lion déchirait pour ses petits, Étranglait pour ses lionnes;... Nahum 2:12

La traduction littérale décrit la méthode de tuer comme « étranglant ». [62]

Schaller a observé:

« Ils [lions] rampent, pressent la proie, accrochent un flanc pour la descendre, puis tuent lentement en étranglement. (Reader's Digest/Sélections (édition anglaise), juin 1978)  »


Les cous de la proie ne se sont cassé point.[62]. Au cadeau la plupart des zoologistes comprennent que les lions tuent en étranglants leure proie. Ce n'était pas toujours connu—mais la Bible le constate clairement.[62]

Fourmis et la Bible

La Bible suggère que « le fourmi » emmaganise la nourriture durant la moisson pour la consommation future. Les naturalistes du dix-neuvième siècle insistaient que ça avait tort.[63] En effet, les fourmis mentionnés en la Bible sont des fourmis moissonnants. Ces fourmis sont communs en le Moyen-Orient mais ne se connaissaient pas en Europe au temps de la Renaissance. L'étude récente soigneuse des fourmis en varieuses régions du monde révèle plusieurs espèces des fourmis moissonants, donc justifiante la Bible.[63]

Origine des langages

Plusieurs linguistes notés raisonnent que les plusieurs familles différentes des langages peuvent se tracer à un groupe minime des proto-langages distincts. Ceci est conséquent avec la bouleversement par Dieu des langages au Tour de Babel.[64][65][66][67] En outre, l'origine des langages pose une problème pour la position de macro-évolution,[68] et le développement des langages différents ne ressemble point à l'évolution biologique.[69]

Astéroïdes

L'Apôtre Jean en le livre d'Apocalypse a prophétisé,

Le second ange sonna de la trompette. Et quelque chose comme une grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer; et le tiers de la mer devint du sang, et le tiers des créatures qui étaient dans la mer et qui avaient vie mourut, et le tiers des navires périt. Apocalypse 8:8-9

L'idée que des roches énormes d'espace tombent occasionnellement à la Etter et pourraient avoir de grande influence sur sa vie n'était acceptée vastement que jusqu'à la décennie 1980.[70] La catastrophisme, y compris les impacts des astéroïdes, n'était pas à la mode et se considérait non-scientifique. Il contredisait l'uniformitarianisme qui s'est fait populaire par Sir Charles Lyell en son ouevre, Principles of Geology (principes de géologie) (1830-33).

Mais NASA maintenant a son Near Earth Object Program (programme pour les objets près de la terre) et il se croit que tels objet que l'un qui a frappé Sibérie en 1908 peut avoir des effets catastrophiques.[71]

La Bible d'Étude de MacArthur constate regardant le verset ci-dessus, « Probablement un météore ou astéroide colosse... Son impact créera un raz-de-marée, détruisant un tiers des navires du monde. La mer est devenue du sang. Peut référet à un événement qui s'appelle des marées rouges, causées par millions des micro-organismes morts empoisonnants l'eau - en ce cas le résultat d'une collision météorique ou il peut être vrai sang, un acte évident de jugement eschatologique. »[72]

Parce que le contexte est important en l'exégèse de la Bible, c'est notable qu'un verset qui précède directement l'incident de la « grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer » en Apocalypse 8:8-9 est un verset décrivant comment « gréle et feu mélangés avec sang...jetés sur la terre » (Apocalypse 8:7 ). Subséquent à l'incident de la « grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer, »

Le troisième ange sonna de la trompette. Et il tomba du ciel une grande étoile ardente comme un flambeau; et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. Apocalypse 8:10

En résumé, les versets précédant et subséquent parlent des choses tombantes de haut en le ciel.

La Terre est sphérique

Ésaïe suggère que la terre est sphérique et pas plate comme plusieures personnes croyaient depuis longtemps.

C'est lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre,... Ésaïe 40:22

Le mot traduit « cercle » ici est le mot hébreu chuwg qui se traduit aussi « tournée, » ou « compas » (dépendant du contexte). C'est-à-dire, il indique quelque chose sphérique, arrondie, ou arquée—pas quelque chose plate ou carrée. Le livre d'Ésaïe s'est écrit longtemps avant qu'Aristote même a conçu la terre d'être sphérique. Ceci s'est cité comme autre exemple de prescience scientifique biblique.[73]

Montagnes dans l'océan

Jonad a constaté le suivant lorsqu'il était dans la panse d'unne baleine (grand poisson selon le Hébreu):

Les eaux m'ont couvert jusqu'à m'ôter la vie, L'abîme m'a enveloppé, Les roseaux ont entouré ma tête. Je suis descendu jusqu'aux racines des montagnes, Les barres de la terre m'enfermaient pour toujours; Mais tu m'as fait remonter vivant de la fosse, Éternel, mon Dieu! Jonas 2:5-6

La concordance de Strong donne le commentaire suivant sur le mot traduit « racines » ci-dessus:

qetseb (keh'-tseb) from 'qatsab' (7094); shape (as if cut out); base (as if there cut off):--bottom, size.[74]

Ou en français: forme, base, fond, grandeur.

Le géologue Harold L. Levin a écrit:

« Les scientifiques du dix-huitième siècle avaient peu de savoir de la topographie des planchers de l'océan. Ils vivaient à un temps quand les métrés de la profondeur se sont faites par laisser tomber une masse de plomb au bout d'une corde. Cette méthode était pas seulement consommante de temps, mais au large c'était vraiment impossible de prévenir l'erreur de la dérive latérale de la masse, ou du navire, ou des deux. Comme résultat de ces problèmes, seulement un nombre limité de sondages se sont faits sauf en baies et régions jusqu'aux littoraux où telle information était indispensible pour la navigation sauve. Les océanographes interprétaient le peu des mésures disponibles comme indiquant que les planchers d'océan étaient des plaines plates et monotones. Avec la venue des profils continueux topographiques des appareils d'écho-sondage, il s'est montré que les planchers d'océan sont assez irréguliers que la surface des continents. Au-dessous des ondes se trouvaient des canyons plus profonds que le Grand Canyon, et chaînes de montagnes plus magnifiques que le chaîne Rocky.[75]  »


Une critique de cet exemple de prescience scientifique biblique est que quelques traductions bibliques (y compris le Louis Segond) traduisent ce verset « racines des montagnes ». Les racines étendent quelquefois loin des arbres originels bien qu'on peut dire que les « racines » des montagnes d'océan étaient proche à la source.

L'Univers a eu un commencement

Aristote (ca. 384 av.-J-C – 322 av.-J-C) a cru que l'univers était éternal. Dans le 20ème siècle, Fred Hoyle a proposé un modèle pour un univers éternel.

Il y a multiples linéaires de témoignements pointants à la conclusion que l'univers a eu un commencement et que l'âge de l'univers est jeune.[76][77][78] (Voyez aussi: Chronologie cosmique.) Une de ces linéaires, et la plus droite, est la déduction de la deuxième loi de thermodynamique. Basé sur cette loi, l'univers doit être très jeune. Si l'univers aurait toujours existé, il serait déjà mort et froid selon les implications de cette loi.

Origine de la vie

En un contexte moderne, la Bible montre de prescience scientifique regardant l'origine de la vie, qu'elle constate a été miracle. Abiogénèse, l'hypothèse que la vie a émergé naturellement, se sombre completement. Lee Strobel, en son livre A Case for Faith (Un cas pour la foi), cite William Bradley comme constatant:

« L'optimisme de la décennie 1950 s'en est allé. L'humeur à la Colloque Internationale de l'Origine de la Vie en 1999 s'est décrite comme désespérée—pleine de frustration, pessimisme et désespoir.  »


Le Nobel lauréat Francis Crick (co-découvreur d'ADN), en son livre de 1981 Life Itself (La Vie Elle-même), insiste que la probabilité de l'origine au hasard de la vie défie simplement la calculation. Crick, athée, dit:

« Ce que c'est si frustrant pour nôtre but présent est qu'il paraît presque impossible pour donner aucune valeur numérique à la probabilité de ce que paraît une série assez improbable d'événements... Un homme honnête, armé avec tout le savoir disponible maintenant au cadeau, ne pourrait constater qu'en quelque sens, l'origine de la vie apparaît en ce moment être près d'un miracle.  »


Stephen B. Meyer en sa rédaction, DNA BY Design: An Inference To the Best Explanation for the Origin of Biological Information (ADN par dessein: inférence à la meilleure explication pour l'origine de l'information biologique), montre pourquoi les explications naturalistes pour l'origine de la vie sont entièrement faillies.[79] Il y a simplement trop d'empêchements de surmonter pour l'hypothèse d'abiogénèse, et l'information contenue en les organismes biologiques parle d'un projeteur intelligent.[80][81]

Young Earth Creationism

En l'environnement courant de la communauté scientifique, qui étreint la position évolutionnaire, la créationnisme jeune-terre peut se voir comme prescience scientifique biblique. Les scientifiques créationnistes jeune-terre ont nombreuses raisonnements envoûtantes pour la créationnisme jeune-terre,[82][83][84] et aussi ont nombreuses raisonnements envoûtantes contre la vue évolutionnaire. One ne doit allez plus que la liste à Dissent From Darwin (dissidence de Darwin) de plus que 600 scientifiques doctorats constatant de scepticisme concernant « des mutations et de sélection au hasard » étants responsables pour les changements biologiques exigés pour l'évolution.

En le champ d'astronomie, one peut trouver plusieurs exemples de la littérature scientifique indiquants que les explications naturalistes courantes pour les planètes, des systèmes solaires, les étoiles, et l'univers ont échoué. (Voyez: Citations astronomiques). La théorie de la grande explosion y a plusieures erreurs massives. L'un engage l'antimatière et le besoin pour plus d'elle en nôtre univers. Les défendeurs de ce modèle ne l'adressent pas et offrent plus de spéculation. La rédaction honorée, Antimatter and the Big Bang (Antimatière et la grande explosion), de Answers in Genesis, discute ce défaut en plus grand détail.

Dans le champ de géologie, la catastrophisme, que les créationnistes jeune-terre ont toujours affirmé, se reconnaisse maintenant comme une partie normale de l'histoire de la terre et se soutient par tels scientifiques menants en le champ que Dr. John Baumgardner.[85] En anthropologie, la position évolutionnaire offre une qualité pauvre de témoignage; la science raisonnable mésure l'antiquité de l'homme sur une échelle de temps conséquente avec une jeune terre.[86][87] En outre, la chronique de fossiles parle fort pour la créationnisme avec la stase et l'apparences et désapparences soudaines des organismes. En effet quelques invertébrés étaient plus complexes et s'ils se sont changés se sont dévolués des plus anciennes formes du même organisme.[88] Même l'évolutionniste Mark Ridley a constaté en la revue scientifique New Scientist:

« De toute façon, rien de vrai évolutionniste, si gradualiste ou ponctuationniste, utilise la chronique de fossiles comme témoignage en faveur de la théorie d'évolution comme opposée à la création spéciale.[89]  »


En outre, le champ de génétique montre que les varieuses especes d'animaux se sont fixées. Les mouches de fruit ont restés mouches de fruit durant les environ 100 ans d'expérimentation sur elles. Certaines bactéries telles que pseudomonas et flavobacterium, même avec des mutations acquises sont encore identifiables par les mêmes caractéristiques que lorsqu'elles se sont découvertes d'abord un centaine d'ans avant.

Dinosaures

Le livre de Job se considère être un des plus anciens livres de la Bible par plusieurs érudits. Job décrit deux créatures larges qui s'appellent béhémoth et léviathan. Béhémoth était évidemment assez grand qu'un dinosaure parce qu'il se décrit d'avoir une queue comme un cèdre. Léviathan est une créature également massive de la mer.

Il y a de raisons saines pour identifier le béhémoth comme un dinosaure sauropod et léviathan avec le Kronosaurus.[90]

Les gorges des baleines

Jonas 1:17 constate que Jonas s'est dégluti par un « grand poisson ».[91][92] Un cachalot est une identification possible pour le « grand poisson » qui a dégluti Jonas; les cachalots se trouvent encore dans la Mer Méditerranné.[93]

Des critiques au dix-neuvième siècle raisonnaient souvent que les baleines ont une gorge trop petite pour admettre un être humain et des personnes continuent à le dire au cadeau. En outre, apparemment même une version populaire de la Bible l'a constaté!

F.T. Bullen a écrit:

« En effet, il y a pas trop d'ans un M.P. populaire, en écrivant à un des journaux religieux, a permis à lui-même de dire que « la science n'ouira point d'un baleine avec une gorge capable à admettre aucun objet plus large que le poing d'un homme. »— une pièce d'ignorance grossière, qui se perpétre aussi dans l'appendice à une édition très largement distribuée de la Version Autorisée de la Bible. Cet opinion, assez drôlement, se tient presque universellement....[94]  »


Pinney (1964) a cité le Directeur d'une musée de l'histoire naturelle:

« Plusieures personnes m'ont demandé si le récit en la Bible de Jonas est vrai. Un homme pourrait-il se déglutir par une baleine? Puis je m'ai poussé le corps partialement à travers la gorge l'un cachalot mort à soixante pieds. Je pourrais me serrer à travers à peine. Un homme gros ne réussirait pas.[95]  »


Keith Robinson, instructeur aîné de science marine à la station d'amusement Seaworld (monde de mer), a constaté que les cachalots larges ont les oesophages qui se mesurent autant qu'un pied et une moitié (un demi-mètre) en diamètre. Plusieurs hommes souvent se mesurent plus qu'un demi-mètre à travers leurs épaules, afin que si le grand poisson était cachalot, Jonas devrait être d'un habitus de corps très léger.[96]

Enfin, le miraculeux se mentionne à travers le livre de Jonas. Le survie de Jonas dedans un « grand poisson » est un miracle lui-même, afin que peut-être Jonas se déglutant est miracle aussi.[91]

Divers prétensions de prescience scientifique biblique

Quelques-uns croient que la Bible était correcte en prédisant que le monde finira par quelque processus engageant la fission nucléaire[97] et que les serpents ouïssent la musique d'un charmant des serpents (L'Encyclopédie Britannique s'est révisée récemment concernant cette matière).[98]

La raisonnement du savoir commun est contre-témoignage et implausible

Les croyants et les sceptiques croyaient que les anciennes cultures ont accumulé un corps significatif de pratiques médicaux basé sur des traditions oraux et manuscrits écrites. Le même peut se dire d'autres domaines de savoir au regard au monde naturel. Les sceptiques raisonnent que le Torah est résultat de tels processus et que la prescience scientifique biblique n'est pas le résultat d'inspiration surnaturelle. En outre, quelques critiques de prescience scientifique biblique essaient de montret que le Torah est livre tard-écrit. Ils raisonnent aussi pour la date la plus tôt pour varieux documents médicaux égyptiens et prétendent que la médicine hébreue n'est qu'un raffinement de la médicine égyptienne. Critiques de la prescience scientifique biblique pointent au papyrus d'Edwin Smith et le papyrus d'Ebers, qui contiennent un certain degré de savoir médical exacte. Par exemple, le papyrus d'Ebers donne une description surprenamment accurate du systèm circulatoire et réfère à telles maladies que diabète sucré.[99]

Mettant de coté le sujet de datation des documents, les défendeurs de prescience scientifique biblique croient qu'en ordre pour évaluer le sujet de prescience scientifique biblique on doit examiner tous les témoignements et pas exclure aucun témoignement. Par exemple, lors de considérer le papyrus d'Edwin Smith, d'Ebers, et de Hearst, les erreurs surmentionnées doit s'inclure aussi bien que les aspects plus positifs.

L'Odyssée de Homer constate, comme noté au-dessus,

« [L]es Égyptiens étaient capables en médecine plus qu'en aucun autre art.[10]  »

En outre, les Égyptiens ont utilisé la pharmacologie des égouts et autres pratiques que les experts médicaux prévieusement mentionnées ont dit pourraient être nuisibles ou étaient inefficaces. Comme Bruce Allen a écrit en sa rédaction, 4 Reasons Why You Should Read the Bible (Quatre raisons pourquoi vous devez lire la Bible),

« Pratiques assez dégueulasses au cadeau, mais on croirait que si les pratiques médicaux de ces cultures soient si respectés par la reste du monde, la Bible ne ferait qu'imiter ce qu'elles enseignaient. Mais non! De toutes les écritures sacrées de chaque religion majeure du monde, la Bible seulement échappe aux erreurs qui se sont répandus dans les science médicaux de son temps. En effet, les érudits sont presque unanimes en attribuant le premier système de lois d'assainissement aux preceptes dits en les premiers cinq livres de la Bible.[10]  »

L'ancienne medicine n'est pas seule en ayant des pratiques erronées. Par exemple, dans la médicine des 17ème et 18ème siècles la pratique de saignée des patients se utilisait encore.[100] En outre, selon la revue British Medical Journal, seulement 15% des techniques médicaux se sont documentés de se soutenir par aucune documentation.[101][102] Considérant l'existence de médecine erronée à travers l'histoire jusqu'au cadeau (recollections des médicaments, manque de documentation, etc.) et l'absence apparente de médecine erronée du Torah et une abondance de techniques excellentes et très avancées de santé et d'assainissement, la raisonnement que la Bible contient de savoir commun est implausible, même si on concède des dates tardives pour le Torah et dates tôts pour les Égyptiens.

Le papyrus chirurgique d'Edwin Smith se croit par la plupart des érudits de dater de 1600 av.-J-C. Ces érudits croient aussi que cet ancien traité médical est une copie d'une oeuvre datant de c. 3000 av.-J-C.[103] Dr. Carol Reeves a raisonné que les mots archaïques dans le papyrus d'Edwin Smith indiquent que c'est une copie d'un texte plus tôt d'environ 2 500 av.-J-C.[104] La raisonnement de l'usage des mots pour dater un texte a subi des échecs en avance selon le linguist et érudit biblique Robert Dick Wilson, érudit qui a appris 45 anciens langages. En sa rédaction, What is an expert? (Qui est-ce que c'est qu'un expert), Dr. Wilson constate que les essais pour dater l'Ancien Testament tardivement par les anachronismes allégués a subi un échec. Bien entendu, l'usage des mots peut être utile mais on doit exercer de diligence due et prudence érudite. Ainsi, si les dates tardives pour le papyrus d'Ebers et Hearst se sont concédées, le papyrus d'Ebers se date communement à à peu près 1550 av.-J-C. et le papyrus de Hearst se date à 1450 B.C.[105][106]

Il y a varieux sujets contestables et désaccords entre les érudits concernant la chronologie égyptienne et sa fiabilité, comme mentionné ci-dessus. L'égyptologue proéminent du 20ème siècle, Gardiner, en notant la pauvreté des inscriptions historiques et son croyance apparente que les égyptologues ont montré une tendance d'exagérer leur cas, a écrit,{{Ce qu'est annoncé orgueilleusement comme histoire égyptienne n'est qu'une collection de loques et haillons.[107]}} Autres égyptologues ont exprimé aussi des arrières-pensées concernant la chronologie égyptienne. Ceci peut avoir de répercussions ailleurs, parce que plusieures anciennes chronologies se basent sur la chronologie d'Égypte.[108] Le considérant, quelques érudits essaient de dater le Torah tardivement et nier la paternité Mosaïque. Ils raisonnent que l'hypothèse documentaire est correcte. D'autre part, les érudits conservateurs croient qu'elle manque de témoignage externelle et ont des fondations peu solides.[109][110] Les érudits bibliques Kenneth Kitchen (égyptologue et érudit biblique notable) et Gleason Archer ont critiqué aiguement et rejeté l'hypothèse documentaire en utilisant varieuses linéairres de raisonnement.[111][112][113][114] Dr. Yohanan Aharoni, en son oeuvre Canaanite Israel during the Period of Israeli Occupation constate que les découvertes archéologiques montrent que les auteurs ou rédacteurs derniers ne pourraient pas assembler ou inventer ces récits centaines d'ans après ils se sont passés.[115] En outre, Roger N. Whybray, George W. Coats, et Claus Westermann maintiennent que le récit de Joseph en Genèse 37-50 était unité.[116] En 1999, Josh McDowell a écrit une oeuvre titrée New Evidence that Demands a Verdict (nouvelles témoignements qui exigent une décision) en laquelle il revoit les raisonnements des érudits qui croient que l'hypothèse documentaire est invalide. McDowell cite l'objections de tels premiers érudits que Umberto Cassuto et cite tels érudits plus récents que Kenneth Kitchen aussi.[117] En outre, une équipe des critiques israëlis et allemands (rapporté en Zeitschrift für die Alttestamentaliche Wissenschaft) ont conduit une analyse par ordinateur du style et du langage de la Bible. Selon l'analyse par ordinateur il n'y a apparemment pas de question que le Torah est le produit d'un seul auteur.[115]

Enfin, Professeur Yechezkel Kaufman, critique séculaire de la Bible, faire un résumé très bon en A History of the Jewish Faith (Hebrew):

« La criticisme biblique se trouve au cadeau en une situation unique. Il y a une théorie dominante, mais personne ne sait pas pourquoi elle domine. Dans l'histoir des idées, des théories ou des conceptes basés sur certains principes acceptés jouissent souvent d'une existence désincarné longtemps après ces principes se sont discrédités. C'est exactement ce qui s'est passé à l'étude scientifique de la Bible en nôtre temps ... [Pendant le dix-neuvième siècle] Wellhausen ... a basé ses théories sur un système emboîtant de preuves qui paraissaient de se complementer, formant de niveaux des fondations intellectuelles solides sur lesquelles il a dressé l'édifice définitif de ces idées. Mais cependant, ces fondations se sont désintégrées une à une. Ces preuves se sont refutées totalement ou à moins se sont questionnées sérieusement. Les érudits de l'école Wellhausen se sont forcés à concéder que la plupart des preuves ne restent pas debout sous l'analyse critique. Néanmoins, ils n'ont pas abandonné les conclusions.[115]  »


Mary Douglas et autres vues

Mary Douglas a raisonné que les lois Mosaïques diététiques et cérémonielles se sont projetées comme lois de pureté.[118] En outre, il y a ceux qui raisonnent que quelques des lois Mosaïques telles que les lois diététiques avaient l'intention de sanctifier le peuple juif. Les approches ne sont pas mutuellement exclusives de prescience scientifique biblique, parce que les lois de pureté et lois pour créer de séparation peut avoir telles autres raisons que des bénéfices sanitaires et autres bénéfices de santé.

Prudence érudite et sources affirmantes et niantes la prescience scientifique biblique

L'examen des sources regardant l'affirmation ou la dénégation de prescience scientifique biblique exige de prudence érudite et diligence due. L'enquête de prescience scientifique biblique est pour la plupart une entrepris pluridisciplinaire engageant la science et l'exégèse biblique (qui engage le savoir des langages bibliques, ancienne culture proche-orientale, etc.). Parce que quelques sources échouent de faire leure diligence due ou échouent de révéler toute l'information pertinente, l'attitude de « l'acheteur prenez garde » se mérite regardant les sources individuelles. Comme a constaté Salomon,

Le premier qui parle dans sa cause paraît juste; Vient sa partie adverse, et on l'examine. Proverbes 18:17

L'analyse du malentendu commun concernant la nature exacte de la science et une analyse de vérité scientifique serait bénéfique a tous les apologistes.

Références

  1. Gray, Harold Farnsworth. « Sewerage in Ancient and Medieval Times. » Sewage Works Journal, Volume 12, No. 5 (sept. 1940), pp. 939-946. Accédé le 12 septembre 2008
  2. « Mosaic and Ancient Near Eastern Laws. » Quartz Hill School of Theology, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  3. Bass, Alden. « Which Came First, the Pyramids or the Flood? » Apologetics Press, 23(11):97-101, novembre 2003. Accédé le 12 septembre 2008.
  4. Brantley, Garry K. M.A., M.Div. « Dating in Archaeology: Challenges to Biblical Credibility » Apologetics Press, 1993. Accédé le 12 septembre 2008.
  5. « How Do We Reconstruct Ancient Egyptian History? » Brooklyn Museum of Art, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  6. « Difficulties in Egyptian Chronology. » Nothing New Press, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  7. « Medicine of the Pharaohs - For Every Malady a Cure. » Coptic Medical Society (UK), 18 août 2002. Accédé le 12 septembre 2008.
  8. « Academy Papyrus to be Exhibited at the Metropolitan Museum of Art. » New York Academy of Medicine, 27 juillet 2005. Accédé le 12 septembre 2008.
  9. « Entry for Medicine. » Oxford University Press, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 Allen, Bruce. « 4 Reasons Why You Should Read the Bible. » Faith-Friends, 2003.
  11. 11,0, 11,1 et 11,2 Parkins, Michael D. (Preceptor, J. Szekrenyes) « Pharmocological Practices of Ancient Egypt. » Proceedings of the 10th Annual History of Medicine Days, Faculty of the University of Calgary, W. A. Whitelaw, ed., 23-24 mars 2001. Accédé le 12 septembre 2008.
  12. Mamtani R, Malhotra P, Gupta PS, et Jain BK. « A comparative study of urban and rural tetanus in adults. » Int J Epidemiol. 1978 juin, 7(2):185-188 Accédé le 12 septembre 2008.
  13. Nishioka, Sérgio De A. « Topical Antibiotic use and Circumcision-Associated Neonatal Tetanus: Protective Factor or Indicator of Good Wound Care? » International Journal of Epidemiology 2000, 29:600-601 Accédé le 12 septembre 2008.
  14. Snoek, Frank J. PhD. « The Mind Matters. » Diabetes Spectrum 14:116-117 Accédé le 12 septembre 2008.
  15. Wise, David. « The first book of public hygiene. » Creation décembre 2003, 26(1):52-55. Accédé le 12 septembre 2008. Accueillé aussi à <http://www.creationontheweb.com/content/view/522/>
  16. Wise, David A. « Modern medicine? It's not so modern! » Creation ex nihilo, décembre 1994, 17(1):46-49. Accédé le 12 septembre 2008.
  17. Garner, Carl B. « WASH YOUR HANDS! » Southwest School of Bible Study, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  18. Circumcision Information Site
  19. Morris, Brian. « Medical Benefits from Circumcision, » avec des annotations offries en réfutation. Décembre, 1998. Accédé le 12 septembre 2008.
  20. Ben-Noun LL. « What is the Biblical attitude towards personal hygiene during vaginal bleeding? » Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2003 Jan 10, 106(1):99-101. Accédé le 12 septembre 2008.
  21. Neuburger, Max. History of Medicine. Oxford University Press, 1910, Vol. I, p. 38.
  22. 22,0 et 22,1 Spinka, Harold M., MD. « Leprosy in Ancient Hebraic Times. » Journal of the American Scientific Affiliation (JASA), XI, March 1959, 17-22. Accédé le 12 septembre 2008.
  23. Wycliffe Bible Encyclopedia, 1986, « Diseases » (maladies), page 461, Moody Bible Press, Chicago, Illinois
  24. Wycliffe Bible Encyclopedia, 1986, « Leper, leprosy », pages 461, 1026-1027, Moody Bible Press, Chicago, Illinois
  25. 25,0, 25,1 et 25,2 Heller RM, Heller TW, et Sasson JM. « , Mold: 'tsara'at,' Leviticus, and the history of a confusion. » Perspect Biol Med. 2003 Automne; 46(4):588-91. Accédé le 12 septembre 2008.
  26. 26,0 et 26,1 Castiglioni, Arturo, A History or Medicine, 2nd ed. New York: Alfred A. Knopf, 1958, pages 70-71.
  27. Thompson, Bert, PhD. « Biblical Accuracy and Circumcision on the 8th Day. » Apologetics Press, 1993. Accédé le 12 septembre 2008.
  28. Cecil Roth, The Jewish Contribution to Civilisation, East and West Library, Londres, 3ème édition, 1956.
  29. Baldwin, Peter M. « Contagion and the State in Europe, 1830-1930. » Cambridge University Press, n.d. Accédé le 12 septembre 2008.
  30. 30,0 et 30,1 Katsuo Nishiyama et Jeffrey V. Johnson. « Karoshi-Death from overwork: Occupational health consequences of the Japanese production management. » Sixth Draft for International Journal of Health Services, 4 février 1997. Accédé le 12 septembre 2008.
  31. Rengou, Tsushin, Re: karoshi, Asahi Shimbun, 19 mai 1990
  32. Harder, Eugene P., pasteur. « The Medical Accuracy of the Bible. » New Hope Community Church, British Columbia, Canada 11 janvier 1998. Accédé le 12 septembre 2008.
  33. Bruce Catton, Reflections on the Civil War, Berkeley, New York, 1982, p. 43.
  34. Castiglioni, op. cit., p. 70
  35. Macht, David I., MD. « An Experimental Pharmacological Appreciation of Levitcus XI and Deuteronomy XIV. » Bulletin of the History of Medicine 27(5):444-450, September-October, 1953. Accédé le 12 septembre 2008.
  36. Atz, James W., contrib. « KASHRUT.COM - Kosher and Non-kosher fish » Scharf Associates, 2008. Accédé le 12 septembre 2008.
  37. Goldberg, Chaim. « Consumers’ FAQ’s on Kosher fish. » Union of Orthodox Jewish Congregations of America, 2004. Accédé le 12 septembre 2008.
  38. « Ask the Rabbi - Are swans kosher? » Ohr Somayach Website, Ohr.edu, 24 octobre 1998. Accédé le 12 septembre 2008.
  39. Macht, D.I. , Science 1930, 71 :302
  40. Macht, D.I. et Macht, M.B. Journal of Laboratory and Clinical Medicine 1941, 26: 597
  41. Harris, Lester E., Jr. « This Question of Unclean Meats. » Ministry Magazine, March 1953, p37-38. Accédé le 12 septembre 2008.
  42. 42,0 et 42,1 David I. Macht, Medical Leaves 1940; 3:174-184
  43. Nanji AA, et French SW. « Relationship between pork consumption and cirrhosis. » Lancet 1985 mars 23, 1(8430):681-3. Accédé le 12 septembre 2008.
  44. Cahill, Jane, et Warnock, Peter. « It had to happen: Scientist Examines Ancient Bathrooms of Romans, 586 B.C. » BAR mai/juin 1991
  45. 45,0 et 45,1 Mercola, Joseph, DO, ed. « Are There Deadly Superbugs In Your Pork? » (Y a-t-il des super-pathogènes mortels dans vôtre porc?) <http://www.mercola.com/>, 12 juillet 2008. Accédé le 12 septembre 2008.
  46. 46,0 et 46,1 Indoor Air Pollution in California, draft report to the legislature, California Air Resources Board, juin 2004. Accédé le 12 septembre 2008.
  47. « Introduction to Molds. » United States Environmental Protection Agency, 4 septembre 2008. Accédé le 12 septembre 2008.
  48. McCrady, Ellen. « Abbey Newsletter. » Liste d'articles concernant le moisi. Abbey Publications, 2003. Accédé le 12 septembre 2008.
  49. McCrady, Ellen. « Mold: The Whole Picture, Pt. 1. » Abbey Newsletter, Volume 23, Number 4 1999. Accédé le 12 septembre 2008.
  50. « Entrée pour 'Oklah' ». Strong's Hebrew Bible Dictionary, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  51. 51,0 et 51,1 Catchpoole, David. « The lion that wouldn't eat meat. » Creation ex nihilo 22(2):22-23, mars 2000. Accédé le 13 septembre 2008. Accueillé aussi à <http://www.creationontheweb.com/content/view/272>.
  52. 52,0 et 52,1 Butler, Joy. « Vegetarian Cats and Dogs. » Suite 101.com, 22 août 2005. Accédé le 13 septembre 2008.]
  53. 53,0 et 53,1 Mango. « Little Tyke, A Vegetarian Carnivore. » n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  54. Auteur inconnu. «The Lion Who Lay Down with the Lamb: The True Story of a Vegetarian Lioness. » Accédé le 13 septembre 2008.
  55. 55,0 et 55,1 Auteur inconnu. «Vegetarian Lioness: Little Tyke. » <http://www.vegetarismus.ch/>, 1 décembre 2007. Accédé le 13 septembre 2008.
  56. 56,0 et 56,1 Auteurs inconnus. «Entry for 'Lion' » The Honolulu Zoo, Honolulu, HI, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  57. Wyrwicka, Wanda. « Social effects on development of food preferences. » Acta Neurobiol Exp (Wars) 1993; 53(3):485-93. Accédé le 13 septembre 2008.
  58. 58,0 et 58,1 Woodmorappe, John. « How Will Lions Eat Straw Like the Ox? » Revolution Against Evolution, 5 juin 1999. Accédé le 13 septembre 2008.
  59. Jamieson, Robert; A.R. Fausset; et David Brown. « The Book of the Prophet Isaiah. » Commentaire critique et explanatoire sur la Bible entière. Blue Letter Bible. 19 fév 2000. Accédé le 13 septembre 2008.
  60. 60,0 et 60,1 Auteurs inconnus. «Entrée pour Vitamine B12. » World's Healthiest Foods, Fondation de George Mateljan, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  61. Malkmus, George. The Hallelujah Diet (la régime Alléluia). Shippensburg, PA: Destiny Image Publishers, 2006. 382 pages, brochage de papier. ISBN 9780768423211
  62. 62,0, 62,1, 62,2 et 62,3 Auteur inconnu. «Lions and the Bible. » Investigator 87, 2002. Accédé le 13 septembre 2008.
  63. 63,0 et 63,1 Williams, John H., et al. « Williams vs. Anon: 71-73 » (série de débats). Investigator issues 71-73, 2000. Accédé le 13 septembre 2008.
  64. Walton, John H. « Is there any reference to the confusion of languages at Babel in early Mesopotamian literature? » Bulletin for Biblical Research 5[1995]: 155-75. Accueillé à <http://www.christiananswers.net/> Accédé le 13 septembre 2008.
  65. Wieland, Carl. « Towering change. » Creation 22(1):22-6, décembre 1999. Accédé le 13 septembre 2008. Accueillé aussi à <http://www.creationontheweb.com/content/view/292/>.
  66. Walton, John H. « Is there archaeological evidence of the Tower of Babel? » Bulletin for Biblical Research 5[1995]: 155-75. Accueillé à <http://www.christiananswers.net/> Accédé le 13 septembre 2008.
  67. Jackson, Wayne. « The Tower of Babel – Legend or History? » Christian Courier, 17 décembre 1999. Accédé le 13 septembre 2008.
  68. May, Kevin. « Talking point. » Creation ex nihilo 23(2):42-45, mars 2001. Accédé le 13 septembre 2008. Accueillé aussi à <http://www.creationontheweb.com/content/view/406/>
  69. Steel, Allan K. « The development of languages is nothing like biological evolution. » TJ 14(2):31-40, août 2000. Accédé le 13 septembre 2008. Accueillé aussi à <http://www.creationontheweb.com/content/view/1638/>
  70. Oard, Michael J. « The extinction of the dinosaurs. » TJ 11(2):137-154, août 1997. Accédé le 13 septembre 2008.
  71. Hartmann, William K. « 1908 Siberia Explosion. » Planetary Science Institute, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  72. John MacArthur, MacArthur Study Bible, Word Publishing, 1997, page 2003
  73. Science and the Bible par Clarifying Christianity. Accédé le 13 septembre 2008.
  74. « Entry for 'Qetseb'. » Strong's Hebrew Bible Dictionary, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  75. Levin, B. L. Contemporary Physical Geography. CBS College Publishing, 1981, p. 320
  76. Hergenrather, John et Andy, eds. « Can Laws of Science Explain the Origin of the Universe? » Evidences for God from Space, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  77. <http://www.apologeticspress.org/articles/2329>
  78. Personnel. « Get answers: 'Young' age of the universe. » Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  79. Meyer, Stephen C. « DNA BY Design: An Inference To the Best Explanation for the Origin of Biological Information. » The Theory of Macrodevelopment, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  80. « Get Answers: Origin of Life. » Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  81. Ashton, John F. « Jerry R. Bergman, biology. » Science and origins testimony, Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  82. « Get Answers. » Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  83. The True.Origin Archive.» Accédé le 13 septembre 2008.
  84. Brown, Walt. In the Beginning: Compelling Evidence for the Creation and the Flood (Au commencement: témoignements envoûtants pour la création et le déluge). Center for Scientific Creation, 2008. Accédé le 13 septembre 2008.
  85. Roth, Ariel A. «Catastrophism: Is It Scientific? » Geoscience Reports Spring 1990 No. 11. Accédé le 13 septembre 2008.
  86. « Get Answers: Anthropology. » Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  87. Bass, Alden. « 'Reasonable Science' and the Antiquity of Man. » Apologetics Press. Accédé le 13 septembre 2008.
  88. « Get Answers: Fossils. » Answers in Genesis, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  89. Mark Ridley, Who doubts evolution?, New Scientist, vol. 90, 25 juin 1981, p. 831
  90. Walker, Tas. « Deluge disaster: Amazing Australian plesiosaur preservation. » Creation 26(3):28-31, juin 2004. Accédé le 13 septembre 2008.
  91. 91,0 et 91,1 Miller, Dave, PhD. « Miller, Dave Ph.D. Jonah and the 'Whale'? » Apologetics Press. Accédé le 13 septembre 2008.
  92. Vestrup, Eric. « Jonah vs. Matthew on What was Eating Jonah. » Tektonics, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  93. Williamson, Michael. « Info: Sperm Whale Sighting in Eastern Mediterranean. » Message envoyé 23 avril 1996. Accédé le 13 septembre 2008.
  94. Bullen FT 1923/1944 The Cruise of the Cachalot (la croisière du cachalot), J Murray, London
  95. Pinney R 1964 The Animals in the Bible Chilton Books USA pp.128, 153
  96. Harrison, Donald H. « What swallowed Jonah? Sea World educators identify the prime suspects. » San Diego Jewish Press-Heritage, 13 septembre 2002. Accédé le 13 septembre 2008.
  97. « Prophecies in the NT. » Faith in Evidence, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  98. Auteur inconnu. «The Bible and the Cobra: How the Bible Revised the Britannica. » Investigator 94, janvier 2004. Accédé le 13 septembre 2008.
  99. Auteur inconnu. «Ebers' papyrus. » Aldokkan, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  100. Auteur inconnu. «17th and 18th Century Medicine. » A Short History of Medical Careers, ThinkQuest.com, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  101. Smith R. Where is the wisdom: The poverty of medical evidence. British Medical Journal 1991; 303: 798-799
  102. Rosner, Anthony L. « White House Commission On Complementary and Alternative Medicine Policy: Testimony for Meeting on Obstacles and Barriers to CAM Research. » Foundation for Chiropractic Education and Research, 2008. Accédé le 13 septembre 2008.
  103. « [www.britannica.com/EBchecked/topic/179901/Edwin-Smith-papyrus Edwin Smith papyrus]. » Encyclopædia Britannica. 2008. Encyclopædia Britannica Online. Accédé le 13 septembre 2008.
  104. Carol Reeves, Egyptian Medicine, Buckinghamshire: Shire Publications, 1992, page 51.
  105. « [www.britannica.com/EBchecked/topic/177583/Ebers-papyrus Ebers papyrus]. » Encyclopædia Britannica. 2008. Encyclopædia Britannica Online. Accédé le 13 septembre 2008.
  106. Forsyth, Phyllis Young. « The Medicinal Use of Saffron in the Aegean Bronze Age. » Classical Views 44:19, 200. Accédé le 13 septembre 2008.
  107. Gardiner, A. Egypt of the Pharaohs. (Oxford 1961), page 46
  108. Mackey, Damien F. (MA. B PHIL.) « Sothic Dating Examined, The Sothic Star Theory of the Egyptian Calendar (A Critical Evaluation). » SpecialtyInterests, octobre 1995. Accédé le 13 septembre 2008.
  109. Closson, Don. « Did Moses Write the Pentateuch? » Leadership University, 14 juillet 2002. Accédé le 13 septembre 2008.
  110. Mitchell, Nigel B. « Documentary Hypothesis: Fallacies Vitiating the Methods of Modern Criticism. » John Mark Ministries, 1 juin 1999. Accédé le 13 septembre 2008.
  111. Archer, Gleason L., et Friedman, Richard E. « A Summary Critique: Who Wrote the Bible? » Christian Research Institute, 1987. Accédé le 13 septembre 2008.</ref name=Miller2>Miller, Glenn. « The Making of the OT: Before Moses. » Christian Think Tank, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  112. Auteur inconnu. « Moses: Is He the Author of the Pentateuch? » Bible Study Manuals, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  113. Ankerberg, John, et Weldon, John. « Biblical Archaeology - Silencing the Critics - Part 2. » Ankerberg Theological Research Institute, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  114. « The Bible and the Qur'an, Two Books with Many Similarities in their collection Chapter I The Documentary Hypothesis --- Its Effect on the Torah and the Qur'an. » Answering Islam, n.d. Accédé le 13 septembre 2008.
  115. 115,0, 115,1 et 115,2 Kaufman, Yechezkel. Biblical Criticism. (Excerpte de One People, Two Worlds, - pg. 183)
  116. Wong, Fook Kong. « History of Pentateuchal Research. » Hong Kong Baptist School Seminary, 3 avril 2008. Accédé le 13 septembre 2008.
  117. McDowell, Josh. New Evidence that Demands a Verdict Thomas Nelson, Inc, Publishers, 1999.
  118. Hutt, P. B. « Jewish Dietary Laws and Their Foundation. » Harvard University School of Law, 1994. Accédé le 13 septembre 2008.


External links

Feature star.jpg
Article promu
Reconnu pour qualité et valeur exceptionnelle. Voyez aussi autres articles promus.
Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez


Voyez aussi