Histoire de la Bible

De CreationWiki
Une Bible latine écrite à la main en 1407 AD.
L'histoire de la Bible concerne cette ancienne collection d'écritures, y compris 66 livres distincts, écrits depuis à peu près 1 600 ans, mais à moins 40 auteurs distincts. L'Ancien Testament contient 39 livre écrits d'à peu près 1500 à 400 av.-J-C, et le Nouveau Testament contient 27 livres écrits d'à peu près 40 à 90 ap.-J-C. La Bible juive (Tanakh) est la même que l'Ancien Testament crétien, sauf son arrangement de livres. L'Ancien Testament original est écrit principalement en hébreu, avec quelques passages en araméen, bien que le Nouveau Testament original est écrit en grec commun.[1]

L'histoire de la « Bible » commence avec les Écritures juives. Les plus anciens livres de la Bible sont certainement les cinq livres du Torah et Job. Dans 1_Rois 6:1 , Salomon est dit d'avoir commencé de bâtir le Temple en le 480ème année après la sortie des enfants d'Israël du pays d'Égypte. Il est établi par des érudits de des historiens que Salomon a commencé de bâtir le Temple en le quatrième année de son royaume; ceci est cru par divers authorités d'avoir eu lieu en 961 BC ou 1015 BC, mettant la date de l'Exode sous Moïse sur 1446 BC ou 1491 BC. Durant les quarantes ans suivants Moïse a écrit le Torah et Job, les complètant avant sa mort sur Mt. Nebo a environ 1406 BC ou 1451 BC. Selon l'érudit et historien Robert D. Wilson le Torah comme il reste se date du temps de Moïse, et les cinq livres constitue une oeuvre continue, et est écrit par un seul individual, Moíse lui-même.[2]

Les livres restants de l'Ancien Testament sont écrits à divers temps après la mort de Moïse; Malachi, le dernier livre de l'Ancien Testament, est écrit à environ 455 BC. Durant cette période chacun des livres est écrit et récrit en parchemin ou papyrus, les rédacteurs s'occupant très fort à leur travail. Un seul livre biblique écrit à la main maintenant peut exiger des semaines de compléter. Les plus anciens rouleaux sont disposés par enterrement ou destruction systématique lorsqu'ils se sont esquintés en usage normal; par suit, les plus anciens manuscrits survivants sont ceux qui sont préservés soigneusement ou par actions directes des personnes (tant que les religieux), ou par enlévement des forces de pourriture. Actuellement, les plus anciens manuscrits survivants sont ceux trouvés dans les cavernes de Qumran en 1948 et connus commes les Rouleaux de la Mer Morte, qui se datent de 250 BC à AD 70; le rouleau complet d' Ésaïe dans cette collection se date sur 150 BC.

À environ 200 BC le Septuagint, une version grecque de l'Ancien Testament, est complété. Ceci arriva parce que l'hellénisation des régions larges du Moyen-Est après la conquète par Alexandre le Grand, qui a mis le grec la langue franche pour les communications et les affaires ordinaires. Le Septuagint marque le premier fois dans l'histoire que la Bible est traduite en une langue étrangère.

Les Apocryphes

Les Apocryphes sont écrits durant les quatre cent ans entre le dernier livre de l'Ancien Testament et la naissance de Jésus-Christ. Le terme lui-même vient du mot grec apokruphos (« caché » ou « occulte »), et bien qu'ils ont une histoire vraie et un valeur litéraire vrai, les quatorze Apocryphes sont rejetés comme non-canoniques par la foi juive et la plupart des dénominations d'église chrétienne à cause des inexactitudes historiques, géographiques, ou litéraires; l'enseignement des doctrines que contradisent l'Écriture inspirée; et un manque d'éléments et de structure qui donnent à l'Écriture authentique sa caractéristique unique.[3] Les églises Roman-Catholique et Orthodoxe-Orientale, parmi d'autres, incluent les Apocryphes dans leurs versions de la Bible et les considèrent comme canoniques. Les liens suivants sont aux livres le plus fréquemment référés par le titre d'Apocryphe:

Entre 90-95 AD le Conseil de Jemnia juif a révisé le canon de l'Ancien Testament, en rendant certain que les livres engagés se conformaient au Torah, sont écrits dans la langue hébraïque, sont écrits en Palestine, et sont écrits avant 400 BC. Par suite, les Apocryphes sont retranchés au canon. [4]

La première histoire du Nouveau Testament

En 1_Timothée 5:8 Paul a cité comme Écriture:

« Le travailleur est digne de ses gages.  »

Cette ligne ne se trouve point ailleurs dans la Bible sauf Matthieu 10:10 et Luc 5:7 . Dans 2_Pierre 3:15-16 , Pierre groupe les lettres de Paul avec les « autres écritures ». Les deux lignes indiquent la notation et l'usage général du Nouveau Testament avant de 60 AD.[5] Les « évangiles » spécieux qui sont sus d'être arrivés vers AD 100, faisent des références au Nouveau Testament. Clement de Rome, écrivant dans sa propre lettre aux Corinthiens en AD 95, réfère à Matthieu, Luc, Corinthiens, Hébreux, 1er Timothée, et 1er Pierre.[6]

Le plus ancien fragment survivant du Nouveu Testament dequel il y a une date fiable est le fragment de John Rylands (P52) de l'Évangile de Jean, qui se date sur 117-138 AD, seules décennies après que l'Évangile est écrit d'abord. La période entre l'écriture du Nouveau Testament et les plus anciens fragments survivants sont bien sous deux cents d'ans. Par comparaison, chacun des classiques grecs tant que les oeuvres de Hérodotus, Plato, Euripidés, et Homére a une période de bien plus qu'un mille d'ans entre la date de son plus ancien fragment d'écriture et le temps durant lequel il est écrit d'abord.

La Vulgate

Jerome, érudit latin profondement intéressé en l'étude des Écritures, a complété la seconde édition de la Bible dans la langue latine. La Vulgate s'est comptée de remplacer les inexactitudes de l'édition plus tôt, la Vetus Latina, la Bible ordinaire de l'église catholique jeune. Jerome a déménagé à Jerusalem en 382, et a commencé à travail en ce qu'est eventuellement venu une traduction fraîche de la Bible du grec du Septuagint au latin. De 390-405 il a décidé à retraduire son Ancien Testament directement du hébraïque alors en usage par la communauté juive. La Vulgate a été une influence marquée sur l'histoire de l'église, et restait la Bible latine ordinaire dans l'Église Romaine-Catholique pour des siècles, qui était la période de son usage avant qu'elle est remplacé par la Nova Vulgata en 1979.

La Bible de Gutenberg

Johannes Gutenberg de Mainz, Allemagne, a inventé le premier imprimerie méchanique en 1448. Sa machine consistait en un large pressoir que, lorsqu'il est tourné en bas, pressait une page de papière sur une plate-forme sur laquelle sont mises milles de lettres metailles encrées (qui s'appelaient « type meuble »), mise en lieu pour se lire pour une page particulière. Le premier livre en histoire imprimé par cette méthode était la Bible de Gutenberg, dans la version de la Vulgate, de laquelle 180 copies sont imprimées, et environ 50 survivent maintenant en divers conditions autour du monde. La Bible de Gutenberg a marqué un autre premier événement: des Bibles pouvaient se produire en masse pour se placer dans les mains de beaucoup plus de peuple pour un coût plus bas que si elles étaient imprimées à la main.

L'histoire plus tard de la Bible en Europe

Pour une histoire détaillée des versions anglaises de la Bible, commencez ici.

La version française la plus commune de la Bible est la Version Louis Second, imprimée en 1910 par l'Alliance Biblique Universelle. C'est une traduction presque exacte de la Version Authorisée, alias la Version Roi-Jacques, imprimée d'abord en 1611 en Grande-Bretagne.

La Société Internationale de la Bible (IBS) a imprimé la Bible de Semeur en 1999. Cette traduction est « basée sur sens » et donc n'est pas exacte.

Maintenant, la Bible est disponible en beaucoup de versions en presque chaque langue sur la Terre, y compris la traduction actuelle en « klingonais » une langue factice suggéré par l'universe d'histoire factice de la série de télévision américaine qui s'appelle Star Trek (Voyage aux Étoiles).[7] Les deux décennies passées ont vu l'émergence de l'internet; ainsi la création de la Bible comme application informatique était inévitable, et plusieurs telles applications, telles que E-Sword et Theophilos, sont disponibles gratis et incluent une richesse de matériau pour l'étude de la Bible.

Références

  1. History of the Bible par All About The Journey.
  2. Wilson, Robert D. A Scientific Investigation of the Old Testament, Sunday School Times, Inc, Philadelphia, PA, EEUU, 1926, p. 11.
  3. Unger, op. cit., p. 70.
  4. Agard, Bill and Margaret. « History of the Bible. » Accedé le 8 janvier 2008.
  5. Halley, Henry H. Halley's Bible Handbook, Zondervan, Grand Rapids, Michigan, EEUU, 1965, pp. 741-742
  6. Halley, op. cit., p. 743
  7. Wilson, Kevin, co-ordinateur. « Klingon Bible Translation Project » (Projet de traduction de la Bible en klingonais). Le 31 janvier 2004. Accedé le 8 janvier 2008.