Égypte

De CreationWiki
{{#set:Nom=Égypte}}
Nom long conventionnel::République arabe d'Égypte
[[Nom natif::جمهورية مصر العربية
Gumhūriyyat Miṣr al-ʿArabiyyah]]
Image de Égypte

Carte d'Égypte

Drapeau de Égypte Blason de Égypte
Drapeau Blason
Hymne: [[Hymne::بلادي بلادي بلادي
Bilady, Bilady, Bilady]]
Endroit de Égypte

Endroit d'Égypte dans l'Afrique du nord

Capitale
(et plus grande ville)
Capitale::Plus grande ville::Le Caire
{{#show:Le Caire|?Coordonnées}}
Official languages Arabique[1]
Démonyme Démonyme::Égyptien(ne)
Gouvernement
 - Type Type de gouvernement::République sémi-presidentielle
 - Président Président::Hosni Mubarak
 - Premier ministre Premier ministre::Ahmed Nazif
Établissement
Migration de Babel Migration de Babel::1816 AM
Indépendance Indépendance::28 février 1922
République déclarée République déclarée::18 juin 1953
Aire
 - Totale Aire de pays::1.002.450 km² (Rang d'aire::30ème)
 - Water Proportion aquatique d'aire::0,632 %
Population
 - Devis de Devis de population en::novembre 2008 Devis de population::75.500.662
 - Densité Densité de population::74 km⁻² (Rang de densité de population::120ème)
PIB (PPA) Devis de Devis de PIB PPA en::2007
 - Total $PIB PPA::404.293.000.000 (PIB PPA rang::27ème)
 - Par habitant $PIB PPA par habitant::5 495 (PIB PPA par habitant rang::97ème)
PIB (nominal) Devis de Devis de PIB nominal en::2007
 - Total $PIB nominal::127.966.000.000 
 - Par habitant $PIB nominal par habitant::1.739 
Monnaie Monnaie::Livre égyptien (Symbole de monnaie::ج.م) (Indicatif de monnaie::EGP)
Fuseau Fuseau horaire::EET (UTCDécalage horaire::+2)
 - Heure d'été (HE) Fuseau horaire d'été::EEST (UTCDécalage horaire d'été::+3)
Internet DPN Internet DPN::.eg
Indicatif téléphonique +Indicatif téléphonique::20
[2][3]

Égypte (Arabic: مصر‎, Miṣr or Maṣr; Égyptienne: Kemet; Coptique: Ⲭⲏⲙⲓ, kīmi; Hébreu: מִצְרַיִם, Mitzráyim; Grec: Αίγυπτος, Aígyptos; Latin: Ægyptus), connu maintenant comme la République Arabe d'Égypte, est hérittière d'une civilisation que la plupart des observateurs séculaires estiment d'avoir plus que 6 000 ans. C'était une des premières superpuissances qui est survenue après la dissémination de l'humanité du Tour de Babel. Les premiers de ses monuments démontrent les habiletés mathématiques, astronomiques, et architecturelles que les anciens Égyptiens avaient pour la construction des tombeaux en roche, des temples, et des pyramides—ceux-ci dédiées aux rois divins, les pharaons. Elle a joué plusieurs rôles proéminents en l'histoire des patriarches, les Hébreux, et les enfants d'Israël jusqu'à ce qu'elle ait tombé à Nabuchodonosor II, le premier de plusieurs conquérants.

Égypte occupe environ 1 million de kilomètres carrés d'un foyer géographique liant Afrique et Asie. La position stratégique d'Égypte l'a fait l'objet de nombreux conquêtes: d'abord par Nabuchodonosor, puis par Cyrus le Grand, et successivement par Alexandre le Grand de la Grèce, Auguste de Rome, l'Empire Byzantin, les Arabes, les Fatimids, les Mamelouks, les Ottomans, et Napoléon Bonaparte de la France. Les conquérants les plus récents, les Britanniques, ont accordé à Égypte l'indépendance partiale en 1922 et se sont retirés complètement en 1954. De ces gouverneurs étrangers, la conquête musulmane arabe, par le moyen de son arabisation et islamisation, a eu l'impact le plus important sur la vie et la culture égyptienne, en produissant la conversion de la majorité écrasante de la population à Islam et la propagation des institutions religieuses et éducatives de Sunni Islam.[4]

Environnement

Dans toute l'Égypte, il fait communement chaud ou très chaud dans la journée, et frais dans la nuit. Égypte n'a que deux saisons: un hiver doux de novembre à avril et un été chaud de mai à octobre. Les deules différences entre les saisons sont des variations en les températures de journée et changements en les vents dominants. Aux zones côtières, les températures varient entre un minimum moyen de 14° C en hiver et un maximum moyen de 30° C en été.

Les températures varient beaucoup en les zones déserts intérieures, spécialement en été, quand elles peuvent varier de 7° C à nuit à 43° C durant la journée. En hiver, les températures en le désert fluctuent moins dramatiquement, mais elles peuvent être assez basses que 0° C à nuit et assez hautes que 18° C durant la journée.

La température annuelle moyenne s'agrand vers le sud du delta du Nil à la frontière soudanaise, où les températures sont similaires à celles des déserts ouvertes vers l'est et vers l'ouest. Au nord, les températures plus fraîches d'Alexandrie en été ont rendu la ville une station populaire d'été. Dans tout le Delta et la vallée du nord du Nil, il y a des vagues occasionnelles de froid en hiver accompagnées par un gel léger et même la neige. À Assouan, au sud, les températures en juin peuvent être assez basses que 10°C à nuit et assez hautes que 41°C durant la journée quand le ciel est clair.

Égypte reçoit peu de quatre-vingts millimètres de précipitation annuellement en la plupart des zones. La plupart de la pluie tombe le long du côté, mais même la zone la plus mouillée, entour d'Alexandrie, ne reçoit qu'environ 200 millimètres de précipitation par année. Alexandrie a relativement haute humidité, mais les brises de mer aident de garder l'humidité à un niveau confortable. En traversant au sud, la quantité de précipitation diminue tout d'un coup. Le Caire reçoit un peu plus qu'un centimètre de précipitation chaque année. Mais la ville rapport l'humidité assez haute que 77 pourcent durant l'été. Mais durant la reste de l'année, l'humidité est basse. Les zones du sud du Caire ne reçoivent de traces de pluie. Quelques zones attendront des années sans pluie et puis subiront des averses soudaines qui ont des crues subites comme résultat. Le Sinaï reçoit un peu plus de pluie (environ douze centimètres annuellement au nord) que les autres zones de désert, et la région a nombreux puits et oasis, qui soutiennent des petits centres de population qui anciennement étaient des foyers en les routes de commerce. Le drainage d'eau vers la Mer Méditerranée du plateau principal fournit des quantités suffisantes d'eau pour permettre à quelque agriculture en la zone côtière, particulièrement près d'Al Arish.

Un phénomène du climat d'Égypte est le vent chaud du printemps qui souffle dans tout le pays. Les vents, connus aux Européens comme le sirocco et aux Égyptiens comme le khamsin, arrivent d'habitude en avril mais se passent de temps à autre en mars et en mai. Les vents forment en les petits mais vigoureuses zones de basse-pression en l'Isthme de Suez et s'engouffrent à travers le côté du nord d'Afrique. Sans obstruction par les traits géographiques, les vents atteignent des hautes vélocités et apportent des grandes quantités de sable et poussière des déserts. Ces tempêtes de sable, accompagnées souvent par des vents assez rapides que 140 kilomètres par heure, peuvent causer les températures de monter assez que 20° C en deux heures. Les vents soufflent intermittemment et peuvent continuer depuis plusieurs jours, provoquer des maladies en des gens et des animaux, endommager des récoltes, et de temps à autre endommager des maisons et l'infrastructure.[4]

Religion

Religion a été traditionnellement une force sociale omniprésente en Égypte. Depuis plus que 1 000 ans, le pays a été islamique plur la plupart. Toutefois, il y a une minorité indigène chrétienne, les Coptes, qui constituent assez que 8,5 pourcent de la population en tout. Autres chrétiens qui vivent en le pays incluent environ 750 000 adhérents des divers rites latins et catholiques-orientaux, des églises orthodoxes grecques et arméniens, et des dénominations Protestants; beaucoup de ces chrétiens ont émigré après la guerre de 1956. Environ 1 000 Juifs vivaient en Égypte en 1990. Ces Juifs étaient un fragment d'une communauté de 80 000 qui vivaient dans le pays avant 1948. La constitution de 1971 d'Égypte garantit la liberté de religion.

La ferveur religieuse a agrandi parmi toutes les classes sociaux après la défaite d'Égypte en la guerre de juin 1967. Les individus pieux reprochaient souvent au manque de foi en Égypte les reverses du pays. La reprise en la pratique publique de religion et démonstrations de dévotion ont persisté vers le fin de la décennie 1980. Un assouplissement de la censure de la presse en 1974 a stimulé la croissance des publications religieuses. L'activisme politique inspiré par la religion et la participation en les ordres de Soufisme s'est intensifié parmi les segments urbains, éduques, et anciennement séculaires de la populace.[4]

Histoire

Article principal: Ancienne Égypte
Sphinx et Pyramides d'Égypte

Il y a environ 4 200 ans, Misraïm, fils de Cham, a amené sa tribu de l'état-ville échoué de Babel au fleuve Nil. Ussher calcule que cela s'est passé en été de 1816 AM (2188 av. J-C). Il cite Constantinus Manasses comme déclarant que « l'état égyptien a duré depuis dix-sept cent et soixante-trois ans, » et marche en arrière de la conquête d'Égypte par Cambyses, roi de Perse et cousin de Cyrus.[2]

Dedans le grand marche d'histoire égyptienne, certains événementa ou époques ont été crucials au développement de la société et la culture égyptienne. Un de ceux était l'unification de l'Égypte Haute et l'Égypte Basse à quelque temps en le deuxième millénaire avant J-C. Les anciens Égyptiens regardaient cet événement comme l'événement le plus important en leure histoire, comparable au « Premier Temps, » ou la création de l'univers. Avec l'unification des « Deux Pays » par le roi légendaire, si non mythique, Ménès (peut-être identifiable avec Misraïm), l'Âge Pharaonique glorieux a commencé. Le pouvoir s'est centralisé en les mains d'un dieu-roi, et donc Égypte est devenue la première société organisée.

Les anciens Égyptiens étaient le premier peuple d'antiquité d'agir selon une croyance en la vie après mort, en préservant les cadavres des hauts officiels par la momification. Ils étaient les premiers de bâtir en pierre et de façonner de pierre et des briques en l'arche. Même avant l'unification des Deux Pays, les Égyptiens ont été développé une charrue et un système d'écriture. Ils étaient des marins et des constructeurs navaux accomplis. Ils ont appris comment tracer les courses des étoiles pour prédire l'inondation du Nil. Leurs médecins prescrivaient des remèdes curatifs et procédaient aux opérations chirurgiques. Ils scuptaient en pierre et décoraient les murs de leurs tombeaux avec des peintures murales réalistiques en couleurs éclatantes. L'héritage d'ancienne Égypte s'écrit en pierre dans toute la face du pays des pyramides d'Égypte Haute aux tombeaux rocheux dans la Vallée des Rois aux temples de l'Ancien Royaume de Luxor et Karnak aux temples ptolémaïques d'Edfu et Dendérah et au temple romain à Isis sur l'île Philae.[4]

Synchronie avec les Israélites

Israël en Égypte de Edward Poynter. 1867

Les cinq premiers livres de la Bible, écrits par Moses, ne mentionnent jamais aucun Pharaon par nom. Malheureusement, les comptes-rendus égyptiens ne parlent pas fiablement de contact avec les Israélites. Par exemple, l'Exode d'Israël est un événement épochal important en l'histoire du peuple d'Israël. Mais le compte-rendu historique égyptien manque remarquablement du témoignage à cet événement. Eh bien, aucun monument ne donne de crédit spécifique à Joseph, le vice-roi hébreu qui a sauvé Égypte, et l'ancien Proche-Orient, d'une famine qui pourrait avoir détruit cette civilisation presqu'un millénaire avant sa vraie conquête.

Malheureusement, beaucoup du compte-rendu historique d'ancienne Égypte n'est pas de compte-rendu objectif au sujet des événements mais est au lieu de propagande. Les défaites ne s'enregistrent pas d'habitude, et l'Exode était la pire défait que n'importe quelle civilisation de cette ère a subi. Pas seulement plus de deux millions d'esclaves se sont échappés, mai aussi—et pire—le Pharaon régnant a perdu son fils premier-né, et puis a perdu son armée entière en poursuite futile des Israélites fuissants.

Le premier Pharaon nommé en la Bible était Shishaq, qui a mis à sac Jérusalem durant le royaume de Roboam, premier roi de Juda. L'identité spécifique de ce Shishaq reste une mystère même aujourd'hui. Ussher l'a identifié comme « Séfonchis, » pour la plupart des comptes-rendus de Manéthon.[5] Les égyptologues traditionnels l'ont identifié comme Sheshonq I, fondateur de la Vingt-sixième Dynastie ou Dynastie Libyenne. La recherche récente a identifié des autres candidats pour Shishaq, pour la plupart des dynasties plus aînées que le Vingt-sixième.

Les auteurs de 2 Rois et 2 Chroniques ont documenté les noms de trois autres Pharaons: So, Nékao, et Hophra. D'eux, les identités de deux (Necho II et Apriès sont règlées.

Anciennes conquêtes

Nabuchodonosor II était le premier gouverneur étranger de vaincre Égypte. Il l'a fait après il a mis à sac Jérusalem en 586 av. J-C. Après sa mort, la civilisation babylonienne qu'il a eu mené était sur le déclin.

Les prochains gouverneurs étrangers d'Égypte était les Persans, sous Cyrus le Grand et ses divers généraux, y compris Cambyse II. Enfin l'Empire Perse était sur le déclin aussi, et Alexandre le Grand a conquis le monde connu, y compris Égypte. Alexandre a fait bâtir Alexandrie, qui est devenue la capitale d'Égypte depuis plusiers siècles.

Après Alexandre est mort, l'empire qu'il a bâti s'est désagrégé en quatre parts. Une d'elles était une Égypte encore indépendante sous la famille régnange de Ptolémée I Soter, le premier des rois ptolémaïques. Pendant que cette famille a gouverné Égypte, chacun de ses rois a pris le nom Ptolémée, mais chacune de ses reines a pris le nom Cléopâtre. La dernière des reines ptolémaïques était Cléopâtre VII, qui fameusement a fait des alliances, diplomatiques et romantiques, avec Jules César et Marc Antoine de Rome. En 30 av.-J-C Antoine a mené une guerre civile avec Auguste et l'a perdu, et après ça il et Clépoâtre VII se sont suicidés en Alexandrie.

Par la suite Égypte est devenue province romaine et en restaient depuis plus que six siècles, d'abord comme partie de l'Empire Romain et puis comme partie de l'Empire Byzantin.

Conquête arabe

La conquête arabe de 641 par le commandant militaire Amr ibn al As était peut-être le prochaine événement le plus important en l'histoire égyptienne parce qu'elle avait la résultat de l'islamisation et arabisation du pays, qui durent au cadeau. Même ceux qui se cramponnaient à la religion coptique, une minorité considérable de la population en 1990, se sont arabisés; c'est-à-dire, ils ont adopté le langage arabique et se sont assimilés dans la culture arabe.

Alors qu'Égypte étaient formellement sous la règle arabe, commençant au neuvième siècle des dynasties héréditaires autonomes se sont survenues qui permettaient aux gouverneurs locaux de maintenir beaucoup de contrôle sur le destin du pays. Durant cette période le Caire s'est établi comme la capitale du pays et est devenu un centre de religion, érudition, art, et architecture. En 1260, le gouverneur égyptien, Qutuz, et ses forces ont arrêté l'avance mongoliane à travers le monde arabe à la bataille d'Ayn Jalut en Palestine. À cause de cette victoire, la civilisation islamique pourrait continuer de fleurir alors que Bagdad, capitale du califat abbasid, a tombé aux Mongols. Le successeur de Qutuz, Baybars I, a inauguré le royaume des Mamelouks, une dynastie de soldats-esclaves d'origine turque et circasse qui a duré depuis presque trois siècles.

Conquête turque

En 1517 Égypt a été conquise par Sultan Sélim I et absorbée dans l'Empire Ottoman. Mais parce que les Turcs était musulmans, et les sultans se regardait comme conservateurs de Sunni Islam, cette période était une de continuité institutionnelle, particulièrement en religion, éducation, et les cours de loi religieuse. En outre, après un seul siècle de règle ottomane, le système mamelouk s'est réaffirmé, et les gouverneurs ottomans sont devenus parfois des prisonniers virtuels en la citadelle, ancienne siège des gouverneurs d'Égypte.

Égypte moderne

L'Égypte moderne a une unité géographique et culturelle peu commune qui a donné au peuple égyptien un sens fort d'identité et une fierté en leur patriomonie comme descendants de la première communauté civilisée des hommes (après le Déluge global). C'est vrai même alors que les habitans présents ne sont pas de la même race qui a fondé Égypte, et sont en fait un peuple sémitique, pas le peuple chamitique qui s'est installer d'abord en le pays et a bâti Égypte.

La population d'Égypte s'est estimé à plus que 75,5 millions en novembre de 2008, avec un taux annuel de croissance estimé à 2,6 pourcent. Environ 99 pourcent de la population vit du long de la Vallée du Nil et le Delta, avec des logements épars dans tout le désert occidental, le désert oriental, et la péninsule de Sinaï (un pont de terrain à Asie).

Politique

L'histoire moderne d'Égypte se marque par les essais égyptiens pour atteindre l'indépendance politique, d'abord de l'Empire Ottoman et puis des Britanniques. En la première moitié du dix-neuvième siècle, Mahomet Ali, Albanien et vice-roi ottoman en Égypte, a essayé de créer un empire égyptien qui s'étendait jusqu'à Syrie et d'enlever Égypte du contrôle turc. Enfin, il a échoué, et la vraie indépendance des puissances étrangères ne s'atteindrait avant au milieu du prochain siècle.

L'investissement étranger, y compris britannique, en Égypte et le besoin de Grand-Bretagne de maintenir de contrôle sur le Canal Suez a eu pour résultat l'occupation britannique d'Égypte en 1882. Durant la Première Guerre Mondiale, les Britanniques ont mené multiples opérations d'Égypte pour détruire le dominion ottoman sur tous les pays arabes. L'officier le plus fameux engagé en ces opérations était Major T. E. Lawrence, alias « Al-Aurens » ou « Lawrence d'Arabie. »

Alors qu'Égypte a été accordée l'indépendance nominale en 1922, le Grand-Bretagne restait la vraie puissance dans le pays. L'indépendance politique véritable s'est atteint enfin entre la Révolution de 1952 et la Guerre de 1956. En 1952 les Officiers Libres, mené par lieutenant-colonel Gamal Abdul Nasser, ont pris contrôle du gouvernement et ont démis le Roi Farouk de son pouvoir. En 1956 Nasser, comme président d'Égypte, a annoncé la nationalisation du Canal Suez, une action qui a pour résultat l'invasion tripartite par Grand-Bretagne, la France, et Israël. Mais enfin Égypte a prévalu, et les derniers troups britanniques se sont retirés du pays par la fin de l'année.

Aucune histoire d'Égypte ne serait complète sans mentionner le Conflit Arabe-Israélien, qui a coûté Égypt tellement en vies, territoire, et biens. Égypte a participié en la Guerre de Six Jours de 1967 et a perdu la Bande de Gaza et la péninsule de Sinaï. En 1973, Président Anwar el-Sadat a attaqué Israël à travers le Canal Suez, bien que les forces syriennes ont attaqué Israël du nord. Cette « Guerre de Yom Kippour » s'est terminée aussi en défait pour les forces arabes, et cette défait a convainçu enfin Sadat de chercher une paix permanente avec Israël. Il a atteint ça en 1979 quand il et le Premier Ministre Menachem Bégin d'Israël ont signé les Accord de Camp David, qui ont le nom de la retraite présidentielle américaine à laquelle Président James Earl Carter, Jr., des États-Unis, a eu invité les deux hommes pour parlet. Mais les accords constituaient une paix séparée entre Égypte et Israël et n'ont pas mené à un accord compréhensif qui satisfairait les exigences palestiniennes pour une patrie ou entraînerait de paix entre Israël et ses voisins arabes. Anwar el-Sadat enfin s'est assassiné par ses propres troupes lorsqu'ils passaient en revue devant lui. Par la suite Égypte restait mélée en le conflit sur le niveau diplomatique et continuait de faire pression pour obtenir une conférence internationale pour atteindre un accord compréhensif.[4]

Geography

Égypte, contenante 1 001 449 kilomètres carrés de terrain, a environ la même grandeur que les États américains de Texas et Nouveau Méxique composés. La plus grand distance du pays du nord au sud est 1 024 kilomètres, et de l'est à l'ouest, 1 240 kilomètres. Le pays se trouve en Afrique du nord-est et inclut la péninsule de Sinaï, qui se considère souvent comme partie d'Asie. Les frontières naturelles d'Égypte comprisent plus que 2 900 kilomètres de littoral le long de la Mer Méditerranée, le Golfe de Suez, le Golfe d'Aqaba, et la Mer Rouge (voyez la figure à droite).

Égypte a des bornes terrestres avec Israël, Libye, Soudan, et la Bande de Gaza, une zone palestinienne anciennement gouvernée par Égypte, occupée par Israël après 1967, cédée à l'Autorité Palestinienne en 2003 et maintenant contrôlée par une faction palestinienne mutinée. Les bornes terrestres sont pour la plupart des lignes droites qui ne conforment pas aux caractéristiques géographiques telles que les fleuves. Égypte partage sa borne la plus longue, 1 273 kilomètres de long, avec Soudan. En conformément à l'Accord de Condominium Anglo-Égyptien de 1899, ce borne s'étend vers l'ouest de la Mer Rouge le long de la vingt-deuxième parallèle, comprend le salient soudanais du Nil (salient Wadi Halfa), et continue le long de la vingt-deuxième parallèle jusqu'il rencontre le vingt-cinquième méridien. Le salien soudanais du Nil, une zone en forme de doigt de long du fleuve Nil (Nahr an Nil) du nord de la vingt-deuxième parallèle, est presque couvert par le Lac Nasser, qui s'est créé lorsque le Haut Barrage d'Assouan s'est construit en la décennie 1960. Un borne « administratif », qui complète le borne principal égyptien-soudanais, permet aux tribus nomadiques à gagner d'accès aux points d'eau vers la fin orientale de la frontière du sud d'Égypte. Le borne administratif départ du borne international en deux endroits; Égypte gouverne la zone du sud de la vingt-deuxième parallèle, et Soudan gouverne la zone du nord.

Egypt partage tous les 1 150 kilomètres de la frontière occidentale avec Libye. Cette frontière s'est définée en 1925 selon un accord avec Italie, qui a eu colonisé Libye. Avant et après la Deuxième Guerre Mondiale, la frontière du nord s'est ajustée pour retourner le village d'As Sallum à la souveraineté égyptienne. Ëgypte partage 255 kilomètres de sa frontière orientale en Sinaï avec Israël et 11 kilomètres avec la Bande de Gaza.

Égypt se divise en vingt-six gouverneurats (appelés quelquefois provinces), qui incluent quatre gouvernorats de ville: Alexandrie (Al Iskandariyah), le Caire (Al Qahirah), Port Said (Bur Said), et Suez; les neuv gouverneurats d'Égypte Basse en la zone du Delta du Nil; les huit gouverneurats de l'Égypte Haute le long du fleuve Nil au dud du Caire à Assouan; et les cinq gouverneurats de la frontière encompassants Sinaï et les déserts qui se trouvent vers l'ouest et vers l'est du Nil. Tous les gouverneurats, sauf ceux de la frontière, sont en le Delta du Nil ou le long de la Vallée du Nil et le Canal Suez.[4]

Références

  1. Variété parlée est l'Arabique égyptien
  2. 2,0 et 2,1 James Ussher, The Annals of the World, Green Forest, AR: Master Books, 2003, pgh. 52
  3. « Egypt. » International Monetary Fund. Accédé le 9 octobre 2008
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3, 4,4 et 4,5 « A Country Study: Egypt. » Library of Congress, Federal Research Division, le 8 novembre 2005. Accédé le 19 novembre 2008.
  5. Ussher, op. cit., pghh. 475, 486


Lien externel

Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez
Creationwiki geography portal.png
Naviguez


Voyez aussi