Jephthé

De CreationWiki

Jephthé (Hébreu יִפְתָּ֣ח, Nom veut dire::il ouvrira) (fl: Fleurit::1 Ethanim 2853 AMMort(e)::Aviv 2858 AM)[1] était le dixième Juge d'Israël. Il est mieu remémoré pour faisant un voeu d'une nature controverse, mais sa carrière est importante aussi car elle se passe à un intervalle spécifié d'un événement dont on peut assigner facilement la date.

Vie et famille

Jephthé était Gadite, mais était aussi fils naturel au le pire sens de ce terme: sa mère était, très simplement, une prostituée. Son père ultimement a eu nombreux fils légitimes, et lorsqu'ils sont devenus adultes iles l'ont expulsé de la famille pour cette raison spécifique. Ainsi Jephthé est allé vivre en un pays qui s'appelait Tob, et est devenu meneur d'une bande des mécontents. (Juges 11:1-3 )

L'Oppression

L'expulsion de Jephthé s'est passée probablement durant la période de dix-huit ans en laquelle Israël était opprimée par une coalition Philistine-Ammonéenne. Évidemment le Juge Jaïr, qui servait au temps-là, ne faisait pas de très bon travail, car les Israélites vénéraient tous les dieux sauf le Vrai Dieu. Pour la plupart ils joignaient un culte ou un autre de Baal et Ashera, mais ils vénéraient aussi les dieux nationaus d'Aram, de Sidon, de Moab, et même d'Ammon et de Philistie. Et donc les Ammonéens ont conquis Galaad, dans lequel les Gadites et les Rubenites vivaient, et puis ont traversé le Fleuve Jordain et ont conquis des territoires judaite, benjamite et éphraïmite. Philistie se trouvait vers l'occident de Juda, et donc on peut inférer de la déscription biblique que des troupes philistines opéraient aussi dans le territoire judaite.

Le peuple d'Israël ont crié à Dieu, et d'abord Dieu était réticent de les aider. Présumablement par le moyen de quelques prophètes innommés, Il a suggéré que les Israélites crieraient à leurs dieux étrangers et voir de quelle aide ils fourniraient. En réponse, les Israélites ont renoncé toute leure vénération des divers cultes. Seulement après ça Dieu était incliné de les libérer.

Recrutement

Les Ammonéens occupaient Galaad, et les Israélites campaient à Mizpa. Les divers meneurs de clan en Galaad ont dit qu'ils offriraient la direction de toute la Galaad à n'importe quel homme qui était de bonne volonté de prendre le commande. Quelqu'un a pensé de Jephthé, et donc une délégation de Galaad a voyagé à Tob pour le contacter. D'abord Jephthé a refusé et eux a rappelé qu'il a eu été dépouillé d'aucune part des biens de son père. Les aînés de Galaad ont répété leure offre de commande de toute la Galaad, et même y ont juré par Dieu.

Ainsi Jephthé est venu à Mizpa et a accepté le commande.

Communiqué

Jephthé a commencé par envoyant des messages au roi d'Ammon, insistant qu'il se retirer les forces. L'Ammonéen puis a accusé les Israélites de saisir du pays ammonéen

depuis l'Arnon jusqu'au Jabbok et au Jourdain. Juges 11:13

Immédiamment Jephthé a mis les chose envers la vraie histoire de la région au clair:

Israël ne s'est point emparé du pays de Moab, ni du pays des fils d'Ammon. Car lorsque Israël est monté d'Égypte, il a marché dans le désert jusqu'à la mer Rouge, et il est arrivé à Kadès. Alors Israël envoya des messagers au roi d'Édom, pour lui dire: Laisse-moi passer par ton pays. Mais le roi d'Édom n'y consentit pas. Il en envoya aussi au roi de Moab, qui refusa. Et Israël resta à Kadès. Puis il marcha par le désert, tourna le pays d'Édom et le pays de Moab, et vint à l'orient du pays de Moab; ils campèrent au delà de l'Arnon, sans entrer sur le territoire de Moab, car l'Arnon est la frontière de Moab.

Israël envoya des messagers à Sihon, roi des Amoréens, roi de Hesbon, et Israël lui dit: Laisse-nous passer par ton pays jusqu'au lieu où nous allons. Mais Sihon n'eut pas assez confiance en Israël pour le laisser passer sur son territoire; il rassembla tout son peuple, campa à Jahats, et combattit Israël. L'Éternel, le Dieu d'Israël, livra Sihon et tout son peuple entre les mains d'Israël, qui les battit. Israël s'empara de tout le pays des Amoréens établis dans cette contrée. Ils s'emparèrent de tout le territoire des Amoréens, depuis l'Arnon jusqu'au Jabbok, et depuis le désert jusqu'au Jourdain. Et maintenant que l'Éternel, le Dieu d'Israël, a chassé les Amoréens devant son peuple d'Israël, est-ce toi qui aurais la possession de leur pays? Ce que ton dieu Kemosch te donne à posséder, ne le posséderais-tu pas? Et tout ce que l'Éternel, notre Dieu, a mis en notre possession devant nous, nous ne le posséderions pas! Vaux-tu donc mieux que Balak, fils de Tsippor, roi de Moab? A-t-il contesté avec Israël, ou lui a-t-il fait la guerre? Voilà trois cents ans qu'Israël habite à Hesbon et dans les villes de son ressort, à Aroër et dans les villes de son ressort, et dans toutes les villes qui sont sur les bords de l'Arnon: pourquoi ne les lui avez-vous pas enlevées pendant ce temps-là? Je ne t'ai point offensé, et tu agis mal avec moi en me faisant la guerre. Que l'Éternel, le juge, soit aujourd'hui juge entre les enfants d'Israël et les fils d'Ammon! Juges 11:15-27

Les points capitaux de la communiqué de Jephthé suivent:

  1. Les fils d'Israël n'ont jamais traversé le fleuve Arnon dans le territoire moabite, et donc cette part de l'accusation des Ammonéens était fausse.
  2. Le territoire spécifique « depuis l'Arnon jusqu'au Jabbok, » était Amoréen, et pas Moabite et pas Ammonéen.
  3. Le roi Balak de Moab avait une occasion de se battre contre Israël après la bataille de Hesbon, mais il n'en a pas profité.
  4. Même si Hesbon et ses villages entourants ont eu appartenus à Ammon (et en fait ils n'ont eu pas), les Ammonéens était un peu sur le tard en essayants de les réclamer maintenant, trois cent ans après qu'Israël les ont eu conquis pour la première fois.

Ainsi les Ammonéens ne menaient pas de guerre juste, comme Augustin d'Hippo peut-être la définirait, mais les Israélites avaient droit parfait de se défendre.

Cette communiqué est importante aux historiens modernes pour une autre raison: elle établie la date de la carrière de Jephthé comme juge à exactement trois cent ans après une bataille majeure que les Israélites ont mené en la dernière année de la vie et carrière de Moïse. Floyd Nolen Jones décrit ça comme le fait le plus important que lui a permis de calculer une frise définitive de chronologie pour l'ère des Juges, avant le début du Royaume Uni d'Israël.[2]

La bataille de Galaad

Les Ammonéens ont refusé de répondre au dernier message de Jephthé. (Juges 11:28 ) Ainsi Jephthé a fait marcher ses forces de Mizpa vers le camp ammonéen. Comme il a approché, il a fait un voeu à Dieu que s'il gagnerait, il dédierait à Dieu la première chose vivante qu'est sortie de sa maison et l'offrirait comme offrande brûlée. Puis il a engagé la bataille avec l'ennemi et l'a mis en déroute. (Juges 11:29-33 )

La sacrifice

Jephthé a retourné chez lui, et la première chose vivante de le saluer était une personne, à savoir sa fille, qui était aussi son unique enfant. Il a déchiré ses vêtements quand il l'a vu, et a avoué qu'il a eu fait un voeu à Dieu et n'a pas pu le rétracter. Sa fille était d'accord qu'il devait honorer ce voeu, et lui a demandé qu'il permet à elle d'aller avec ses meilleures amies dans les montagnes pour pleurer les enfants qu'elle n'aurait jamais.

La Bible ne dit pas que sa fille est morte. Elle dit qu'elle n'avait point connu d'homme, et que les femmes d'Israël ont établi une coutume (probablement pas observée au cadeau) pour commémorer la sacrifice de la fille de Jephthé depuis quatre jours en chaque année. (Juges 11:34-40 )

La nature précise du voeu de Jephthé a été en controverse prononcée depuis beaucoup d'ans.[3] Quelques commentateurs interprètent littéralement l'offre de Jephthé d'une « offrande brûlée », et infèrent que Jephthé a offri sa propre fille comme sacrifice humaine.[4][5][6][7] Autres commentateurs déclarent positivement qu'aucune telle sacrifice ne pourrait jamais avoir été en vue, car Dieu n'apprécierait jamais une telle sacrifice. Au lieu, la sacrifice n'était pas de vie, mais de mariage et naissance. La conséquence du voeu, ainsi, n'était pas que la fille de Jephthé devait mourir, mais qu'elle devait se dédier la vile complètement à Dieu et rester vierge.[8][9][10] Les moines et les bonnes soeurs le faisent au cadeau, et l'Apôtre Paul encouragé tout puissant de faire comme ça. (1_Corinthiens 7:6-9 ; voyez aussi Romains 12:1 )

La guerre éphraïmite

Malheureusement, les Éphraïmites ont provoqué maintenant une guerre civile. Ils ont accusé Jephthé de mener une campagne sans l'inclure. Jephthé a répondu que, au contraire, il a demandé de l'aide et ils l'ont eu refusé. Jephthé puis a lutté avec les Éphraïmites et a gagné facilement. Les Galaadites ont attrapé les gués du Fleuve Jordain, et quand n'importe quel Éphraïmite voulait traverser, ils l'ont défi de parler le mot Schibboleth (Hébreu שִׁבֹּ֜לֶת), mais les Éphraïmites le prononceraient Sibboleth (סִבֹּ֗לֶת) au lieu, et les Galaadites le tueraient. Les Éphraïmites ultimement ont perdu 42 000 en cette guerre. (Juges 12:1-6 ) Au cadeau un Schibboleth est un mot, une phrase, ou une convention particulière de langage utilisée pour distinguer un certain groupe, ou un cri-de-guerre utilisé par les adhérents d'un parti, d'une secte, ou un credo, dont les opposants disent qu'il a perdu n'import quel vrai sens qu'il peut-être a tenu une fois.[11] (Les mots Schibboleth et Sibboleth veulent dire un épi de grain, mais Schibboleth peut vouloir dir aussi un ruisseau.)

Carrière et mort

Jephthé a continué de gérer la justice en toute l'Israël depuis six and, et puis il est mort. (Juges 12:7 )


Précédé(e) par
Successeur de::Jaïr
Membre de::Juge
fleurit::1 Ethanim 2853 AMMort(e)::Aviv 2858 AM
Succédé(e) par
Succédé(e) par::Ibzan
Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez


Références

  1. Jones, Floyd N., The Chronology of the Old Testament, Green Forest, AR: Master Books, 2004, p. 279
  2. Jones, Floyd N., op. cit., pp. 71-104 and Chart 4
  3. Konig G, « Jephthah, » AboutBibleProphecy.com, 2001. Accédé le 19 décembre 2008.
  4. « Jephthah and his vow, » LearnTheBible.org, n.d. Accédé le 19 décembre 2008.
  5. Hirsch EG, Seligsohn M, Schechter S, et Barton GA, « Jephthah, » The Jewish Encyclopedia, n.d. Accédé le 19 décembre 2008.
  6. Schenk CE, « Entry for Jephthah. », International Standard Bible Encyclopedia, James Orr, MA, DD, gen. ed., 1915. Accédé le 19 décembre 2008
  7. Bratcher D, « Jephthah's Rash Vow, » CRI/Voice, n.d. Accédé le 19 décembre 2008.
  8. Miller D, « Jephthah's Daughter. » Apologetics Press, 2003. Accédé le 19 décembre 2008.
  9. Holding JP, « Jephthah and Daughter: Bad News for the Firstborn? » Apologetics Ministries, n.d. Accédé le 19 décembre 2008.
  10. Morris HM, « Jephthah's Daughter," Institute for Creation Research, juin 2008. Accédé le 19 décembre 2008.
  11. « Shibboleth. » Merriam-Webster Online Dictionary. 2008. Merriam-Webster Online. Accédé le 19 décembre 2008 <http://www.merriam-webster.com/dictionary/Shibboleth>


Voyez aussi