Souverain sacrificateur

De CreationWiki
Thehighpriestinfulldress.jpg
Le souverain sacrificateur (Hébreu כהן גדול, kohen gadol, ou Grec αρχιερευς, archiereus) était l'officier en chef du sacerdoce en ancienne Israël, le Royaume de Juda, la Captivité babylonienne, et Judée sous les occupations successives par l'empire persan, Alexandre le Grand, l'empire séleucide, et finalement l'empire romain. La ligne de souverains sacrificateurs a commencé avec Aaron et s'est terminée avec la destruction du Temple de Jérusalem en 70 ap. J-C.[1][2][3][4][5]

Pouvoirs et devoirs

Le souverain sacrificateur était l'officier administratif en chef de tous les sacrificateurs. Il était responsable du Tabernacle et plus tard du Temple de Jérusalem pendant qu'il restait debout. Il seul s'était permis d'offrir de sacrifices pour les péchés de lui-même, les sacrificateurs, ou le peuple. De même, il seul s'était permis d'entrer le Saint des saints en le Jour d'expiation. De temps en temps il aiderait le Juge ou roi tenant avec l'« enquête de Dieu » à propos d'une course convenable d'action civile ou militaire.[2]

Durant l'ère des Juges, le souverain sacrificateur était regardé comme Juge assesseur. Éli, par exemple, se décrit comme ayant « jugé » Israël depuis quarante ans, qui était son terme comme souverain sacrificateur. (1_Samuel 4:18 )

Le souverain sacrificateur a fait aussi une affaire expiatoire. Un homme coupable de homicide involontaire s'était exigé de rester dans une ville de refuge jusqu'à ce que le souverain sacrificateur soit mort. La mort du souverain sacrificateur expierait la mort originale que l'homme coupable a eu causé.[2]

Qualifications

La Bible ne fixe pas un âge minimal spécifique pour le souverain sacrificateur,[1][2] mais d'habitude personne ne pouvait pas être souverain sacrificateur sans avoir d'abord l'âge minimal pour un sacrificateur ordinaire, qui était trente ans. (Nombres 4:1-3 ) Mais, Aristobulus était nommé par le roi Hérode quand il n'avait que dix-sept ans.[1][2][6]

Le souverain sacerdoce était d'habitude héréditaire. Mais Salomon a démis un souverain sacrificateur, Abiathar, de ses fonctions pour raisons politiques. Par la suite une ligne de succession héréditaire a continué, mais commençant avec l'empire séleucide, les autorités civiles ont pris sur eux-même l'autorisation de nommer ou démettre des souverains sacrificateurs, et quelques souverains sacrificateurs même étaient élus par le peuple.[1]

Le souverain sacrificateur ne pouvait se marier qu'avec une verge israélite, ou très rarement la veuve d'un autre souverain sacrificateur.[1][2]

Il était exigé de maintenir un haut degré de sainteté. Aucuns péchés qu'il commettait faisaient du tort au peuple entier. Ainsi il n'était pas permis de se mettre en contact avec des cadavres, ou de montrer aucun signe extérieur de deuil. Ça incluait la déchirance des vêtements ou exposant les cheveux ou laissant les cheveux dépeignés. (Ainsi, lorsque le souverain sacrificateur Caïphe a déchiré ses vêtements au « procès » de Jésus-Christ devant le Sanhédrin, il a enfreint la loi.)

Vêtements

Article principal: Vêtements sacerdotaux

Le souverain sacrificateur portait un group de vêtements spécialisés et symboliques qui révélaient ses devoirs et responsabilités. (Exode 28 ) Ceux incluaient:

  • Une robe pourpre sans manches.
  • L'éphod, un vêtement que les sacrificateurs à moindre rang portaient aussi.
  • Le pectoral du jugement, contenant douze pierres précieuses, chacune représentante un des fils originaux d'Israël.
  • Le turban, qui couvrait sa tête.
  • Un petit sac en lequel il portait l'urim et thummim.

Quand il entrait le Saint des saints en le jour d'expiation, il était habillé en lin blanc et ne portait pas les vêtements beaucoup plus couteux décrits ci-dessus.[2]

Histoire de succession

Aaron était le premier souverain sacrificateur, suivi par son fils Éléazar et son petit-fils Phinées. Fils a succédé père jusqu'à ce qu'Éli, de la ligne d'Ithamar est devenu souverain sacrificateur. (La Bible ne dit ni comment ni pourquoi.) La famille d'Éli ont tenu le souverain sacerdoce relativement breèvement; le Roi Salomon a démis Abiathar, dernier des souverain sacrificateurs ithamarites, de ses fonctions et a installé Zadok, descendant d'Éléazar, à sa place. (1_Rois 2:26-27,35 ) Cette ligne a continué sans interromptopn à travers la Captivité et les premiers ans de la Retournée. Josèphe déclare qu'Antiochos IV Épiphanés était le premier monarche non-israélite de démettre de ses fonctions un souverain sacrificateur.[7]

La Bible dit peu à propos de la ligne pleine de souverain sacrificateurs et mentionne certains souverain sacrificateurs qui ont joué des rôles proéminents en l'histoire d'Israël durant les ères judiciaire et royale. Josèphe a déclaré que quatre-vingt-deux hommes ont tenu la fonction de souverain sacrificateur jusquà ce que le Temple était détruit, et que cinquante-un de ceux ont tenu la fonction commençant avec la captivité babylonienne. Josèphe ne prétend pas de savoir les noms de chaque homme qui a servi comme souverain sacrificateur en histoire. The Jewish Encyclopedia (l'encyclopédie juive, 1906) a une liste complète de ces quatre-vingt-deux hommes, d'Aaron à Phinées (un souverain sacrificateur élu durant la Guerre Juive), tirée de la Bible, les Antiquités de Josèphe, et le Seder 'Olam Zuṭa.

[[inclut::{{#ask:membre de::Souverain sacrificateur|link=none|limit=250|sep=| ]][[inclut::}}| ]]

Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez


Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 Hirsch EG, « High priest, » The Jewish Encyclopedia, 1906. Accédé le 2 janvier 2009.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5 et 2,6 Tierney, John. « The High Priest. » The Catholic Encyclopedia. Vol. 12. New York: Robert Appleton Company, 1911. Accédé le 2 janvier 2009 <http://www.newadvent.org/cathen/12407b.htm>.
  3. « High priest, » <http://www.history.com/>, n.d. Accédé le 2 janvier 2009.
  4. « High priest, » WebBible Encyclopedia, n.d. Accédé le 2 janvier 2009.
  5. Butler, Trent C. Editor.. « Entry for 'HIGH PRIEST' ». « Holman Bible Dictionary ». <http://www.studylight.org/dic/hbd/view.cgi?number=T2773>. 1991.
  6. Flavius Josèphe, Antiquités des juifs, 15.3.3
  7. Josèphe, Antiquités, 15.3.1