Saül

De CreationWiki
Saül attente de tuer David avec un épieu.
Cet article concerne Saül, premier roi d'Israël. Pour les renseigenements à propos de Paul (né Saül) de Tarsus, voyez Paul.

Le Roi Saül (Hébreu: שאול המלך) ou Sha'ul (Hébreu: שָׁאוּל ou Šaʾul ou Šāʾûl, « demandé » ou « Nom veut dire::emprunté ») (1035 av. J-C–r.1095av. J-C–1055av. J-C selon Ussher,[1] ou 1090 av. J-C–r. 1050 av. J-C–1010 av. J-C selon Thiele[2]) était le premier roi du Royaume Uni d'Israël. Sa royaume de quarante ans s'est commencé bien, mais à la fin est devenu fâcheux,[3] jusqu'à la fin Saül est mort en combat. Son successeur ultime était David, duquel il restait presqu'à la fin de sa vie un ennemi cruel en guerre civile.

Année de naissance

La Bible peut-être—ou non— donne un âge à l'accession pour Saül. En fait, ni James Ussher ni Edwin Thiele ni aucun de leurs défenseurs respectifs n'a jamais spéculé à propos de l'année en laquelle Saül est né.

Le verset clé est 1_Samuel 13:1 . La version Louis Segond le rend ainsi:

Saül était âgé de... ans, lorsqu'il devint roi, et il avait déjà régné deux ans sur Israël. 1_Samuel 13:1

Quand Saül a commencé de mener ses campagnes contre les Philistins en la deuxième année officielle de son règne, il avait déjà un fils, Jonathan, qui était assez âge pas seulement pour servir dans l'armée mais aussi pour recevoir un commandement important de champ. Floyd Nolen Jones montre qui Jonathan avait vingt-huit ans plus que David, parce qu'il devait avoir à moins vingt ans lorsqu'il a mené l'attaque contre la garrison philistine.[4] (1_Samuel 14 ) Ainsi Jonathan est né en 1113 av. J-C. Saül est né probablement pas plus tard que 1133 av. J-C et probablement plus tôt. Plus probablement Saül avait quarante ans, et pas trente, lorsqu'il a commencé de régner.

Famille

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ner
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
fils de::Kis
 
Abner
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saül
 
Achinoam
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
père de::Jonathan
 
père de::Malkischua
 
Abinadab
 
père de::Isch Boscheth
 
père de::Mérab
 
père de::Mical
 
 
 
 
 
grand-père de::Mephiboscheth

Les versets suivants décrivent les diverses connexions familiaux montrées ci-dessus: 1_Samuel 14:49-51 , 2_Samuel 2:8 , 2_Samuel 4:4 , et 1_Chroniques 8:33 .

Sélection de Saül

Saül était un candidat très inattendu pour le royaume, selon sa propre aveu:

Saül répondit: Ne suis-je pas Benjamite, de l'une des plus petites tribus d'Israël? et ma famille n'est-elle pas la moindre de toutes les familles de la tribu de Benjamin? Pourquoi donc me parles-tu de la sorte? 1_Samuel 9:21

Mais lorsque le Juge Samuel a reçu des ordres de Dieu pour chercher un roi en Israël, après que le peuple d'Israël ont eu dit qu'ils désiraient un roi, « comme les autres nations, » Saül était le candidat de Dieu.[5][6]

La sélection de Saül a commencé comme recherches pour retrouver des ânes perts appartenants à son père, Kis. Quand Saül a été allé une grande distance comme meneur d'un équipe de recherche, il s'est demandé d'abord s'ils devaient retourner s'ils ne voulaient pas que son père s'inquiète à propos d'eux au lieu des ânes. Mais un membre de l'équipe a dit qu'ils ont été arrivé à une ville où un « voyant », c'est-à-dire un prophète, habitait. Alors que l'équipe avait peu d'argent pour payer un prophète, Saül a donné son consentement pour le faire venir. Ce prophète s'est révélé d'être Samuel, et Samuel a dit à Saül que « le désir d'Israël »etait « sur » lui—l'équivalent d'un recruteur militaire moderne disant, « Vôtre pays veut vous. »[3][5][6]

Saül n'a pas pu le croire,et a fait la protestation décrite ci-dessus. Mais Samuel a persisté, et à la fin a persuadé Saül d'accepter une onction privée. Puis Samuel a dit à Saül où ses ânes perts se trouvaient. Plus tard, Samuel a oint publiquement Saül et l'a déclaré d'être le premier roi d'Israël.[3][7]

Première carrière

Presque tout de suite, Saül avait une bataille de lutter. Nachasch d'Ammon[5] a assiégé Jabès en Galaad et a demandé une condition épouvantable pour la reddition de cette ville: qu'il rendrait borgne tout le monde dans la ville en l'oeil droite. Les conciliaires de la ville lui ont demandé de les donner sept jours pour considérer les termes—et immédiamment ont envoyé des messagers à Saül.[3][6]

Saül a recruté par incorporation une armée de trois cent milles soldats par menaçant d'abbatre les boeufs appartenants à n'importe quel homme qui résistait à l'incorporation. (Il a abbati une paire de boeufs et a envoyé les fragments à toutes les tribus pour s'exprimer bien.) Avec cette armée, il a mis en déroute l'armée ammonite et a désinvesti la ville. Ça a établi Saül comme meneur militaire d'importance, et les gens se sont ralliés à lui.[3][5][6]

Deux ans plus tard, Saül a attaqué plusieures garrisons philistines en employant des petites forces d'élite sous son commandement personnel ou celui de son fils préféré, Jonathan. Mais après, il a fait une erreur majeure: il n'a pas attendu pour Samuel de fair une offrande brûlée exigée à Dieu, mais au lieu a fait l'offrande lui-même. Pour ça, Samuel a prophétisé que Saül perdrait le royaume à un autre homme, alors que Samuel n'a pas dit à Saül qui cet homme peut être.[3][6]

Intéressamment, les soldats de Saül et Jonathan étaient entravé parce qu'Israël n'avait rien d'industrie de métallurgie, afin qu'aucun soldat sauf Saül ou Jonathan n'avait vraiment une épée ou un épieu. Malgré ça, Jonathan a joui de succès au début en combat contre les Philistins.[3]

L'incident d'Agag

En ou anviron 1079 av. J-C[8] (ou 1034 av. J-C selon Thiele), Samuel a passé à Saül le commande direct de Dieu de se battre contre les Amalekites et les détruire au dernier homme, à la dernière femme, au dernier enfant, et le dernier bétail. Saül a désobéi encore. Il a offri à Agag, roi des Amalekites, des termes de capitulation, et a préservé intacts beaucoup de bétails et autre butin.[3]

Maintenant Samuel a bien dit à Saül que Dieu l'a eu rejeté. Saül a affiché sa repentance, et Samuel l'a accepté pour le moment—mais il a pris soin d'exécuter Agag personnellement. Puis Samuel a parti de la présence de Saül. Les deux hommes ne se sont jamais vus encore.[3][5][6] (Plus, aucun des deux hommes ne saurait jamais l'ampleur de l'erreur originale de Saül: Agag a engendré un fils avant que Samuel l'a exécuté, et un descendant plus tardif de cet homme, nommé Haman, menacerait de tuer la nation juive entière pendant le règne d'un roi persan qu'il servait comme vizir.[5])

Premières relations avec David

Saül a commencé maintenant d'être inquiété par les « esprits mauvais. » Ses officiers ont recommandé qu'il engage quelqu'un pour jouer des mélodies plaisantes sur l'harpe pour lui, pour tenir les esprits à distance. Comment ils sont venus à recommander David est peu clair, mais c'est vraiment comment David s'est engagé au début avec Saül.

Combat singulier

Par la suite, l'armée de Saül était à une impasse contre une grande armée philistine. Pendant l'impasse, un guerrier de grand taille nommé Goliath est sorti pour défier les Israélites d'envoyer un champion pour se battre avec lui en combat singulier, pour résoudre l'impasse. Le rôle de combat singulier en décidant une bataille entre deux forces bien assorties est bien connu dans le Moyen-Orient et le monde méditerrané, et donc c'était une demande peu rare. Ce que l'a fait formidable était la pure taille de Goliath: six coudées et un épan de main, et portant d'armure qui pesait 500 sicles de laiton.[3][9]

En toute l'armée d'Israël, aucun guerrier n'était de bonne volonté à accepter le défi—sauf un jeune garçon costaud aux joues rouges qui avait dix-huit ans.[10] Saül a entendu parler que le garçon demandait à chaque homme de troupe en vue quelle récompense Saül donnerait à aucun homme qui battrait Goliath, et l'a fait venir. Au lieu s'excuser, le jeune homme a dit,

Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin! Ton serviteur ira se battre avec lui. 1_Samuel 17:32

Saül n'a pas pu croire telle bravacheur. Il a fait remarquer que Goliath a eu été dans l'armée depuis qu'il a eu environ l'âge de ce jeune homme. Le garçon était indifférent, et a dit qu'il a eu tué un lion et un ours qui a eu attenté de voler les agneaux de son père, et il tuerait Goliath par la même façon.[3]

À la grande surprise de Saül, le garçon n'a pas seulement tué Goliath, mais aussi il l'a tué en n'employant aucune arme sauf une fronde de berger, et en ne portant rien d'armure. Les Philistins se sont enfuis, et les Israélites les ont vaincu facilement et ont pris beaucoup de butin de bataille. Après, Saül a demander des particuliers du garçon—et on ne peut qu'imaginer son choc quand il a appris que le garçon n'était personne d'autre que David, fils d'Isaï de Bethléem, le même garçon qui avait l'habitude de le conforter par jouant à l'harpe![3]

Un nouveau général

Saül était si impressionné qu'il a promu David au rang d'officier général. Jonathan était même plus impressionné: il et David ont scellé une amitié qui les a fait plus proche que frères, alors que Jonathan avait à moint vingt-huit plus ans que David.[11]

Mais Saül est devenu à la fin jaloux de David, surtout lorsque les gens attribuaient à Saül la mise à mort de milliers de soldats ennemis, et à David la mise à mort de myriades.[12][3]

Comme partie de la récompence pour le mise à mort de Goliath, Saül était censé de permettre à David de se marier avec sa fille Mérab. Mais quand le moment est arrivé, Saül a refusé—alors qu'il a permis à David de se marier avic sa plus jeune fille Mical, qui s'est trouvée de tomber amoreuse de David.

La réputation de David a continué de croître, et celle de Saül de déchoir. À partir de ce moment-là, Saül était à couteaux tirés avec David, au point où il même a jeté un javelot à David durant un des visites de David au palais.[3] Mais en son inimitié contre David, Saül était presque seul—même son propre fils ne pouvait pas soutenir Saül dans sa décision de tuer David.[3]

Guerre civile

Partout, Saül a plongé sa nation dans guerre civile par déclarant David être ennemi du royaume. Saül même a ordonné l'exécution de plusieurs sacrificateurs, y compris le souverain sacrificateur Achimélec I, quand ils ont refusé de lui dire où David a été allé. Il a poursuit impitoyablement David à travers le pays d'Israël.[3][6]

Et puis une nuit, David a fait une chose bizarre: il a entré subrepticement le camp de Saül, a mu à pas de loup proche à lui, et a coupé le bord de sa robe. C'était l'échec le plus sérieux de la sécurité royale dans les annales d'Israël. David a retourné à son propre camp et a crié à Saül ce qu'il a eu fait.[3]

Saül était très ému: David a eu l'occasion parfaite de tuer Saül, mais n'a pas eu fait, et seulement parce que Saül restait le roi oint de Dieu. Saül puis a supplié David de ne pas « couper » la famille de Saül après que David est devenu roi lui-même. David a accepté la condition, et les deux hommes se sont séparés.

La dernière bataille

Bientôt après cet événement, Samuel est mort. Cinq ans plus tard, Saül s'est trouvé sur le point de se battre encore avec une grande force de Philistins, et il désirait d'urgence un autre message de Samuel, par aucune façon. Ainsi il s'est déguisé, a cherché une sorcière à Endor, et a demandé à elle de lui « faire monter » Samuel des morts. De quelle sorte était l'ésprit qui s'est manifesté comme Samuel, la Bible n'explique très bien—mais en tout cas, le message n'a eu rien d'espoir pour Saül.[3]

En la bataille ultérieur de Mont Guilboa, Saül et tous ses trois fils aînés, Jonathan, Abinadab, et Malkischua, sont morts. Les Philistins ont trouvé son corps, l'ont démembré au cou, et ont attaché son corps au mur de Beth Schan. C'était un des pires humiliations qu'un homme pouvait subir en mort. Heureusement, les hommes de Jabès en Galaad, qui se trouvait tout près, ont retrouvé les corps de Saül et ses fils et les ont incinéré décemment.[3][6]

Isch Boscheth, fils plus jeune de Saül, l'a succédé comme roi du Royaume Uni, mais David a gagné l'allégeance de la tribu de Juda.

Placement chronologique

Article principal: Controverse sur la chronologie biblique

James Ussher date le règne de Saül d'être de 1095-1055 av. J-C. Edwin Thiele le date quarante-cinq ans plus tard. Le vrai point clé de dispute concerne les événements qui se sont passés presque deux cent ans après la mort de Saül, et leur synchronie avec les comptes-rendus archéologiques qui ont l'air de contradiction avec la Bible.


Saül
Né(e): Né(e)::2869 AM Mort(e): Mort(e)::Aviv 2949 AM
Premier Roi de Dirigeant(e) de::Royaume Uni d'Israël
Accession::Aviv 2909 AMMort(e)::Aviv 2949 AM
Succédé(e) par
Succédé(e) par::Isch Boscheth
comme Roi de Royaume Uni d'Israël
Succédé(e) par
Succédé(e) par::David
comme Roi de Tribu de Juda
Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez

Modèle:Portail biographique

Références

  1. James Ussher, The Annals of the World, Larry Pierce, ed., Green Forest, AR: Master Books, 2003 (ISBN 0890513600), pghh. 392-406
  2. Leon J. Wood. « King Saul. » A Survey of Israel's History, rev. éd. David O'Brien. Grand Rapids, MI: Academie Books, 1986 (ISBN 031034770X), pp. 197-216.
  3. 3,00, 3,01, 3,02, 3,03, 3,04, 3,05, 3,06, 3,07, 3,08, 3,09, 3,10, 3,11, 3,12, 3,13, 3,14, 3,15, 3,16, 3,17 et 3,18 Auteurs inconnus. « King Saul - Biography. » The Kings of Israel, accueillé à http://www.geocities.com/ Accédé le 22 juin 2007.
  4. Jones, Floyd N., The Chronology of the Old Testament, Green Forest, AR: Master Books, 2004, pp. 97-98
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4 et 5,5 Spiro, Ken, rabbin. « Entrée pour le Roi Saül. » Crash Course in Jewish History, Part 16. Aish HaTorah, 2007. Accédé le 22 juin 2007.
  6. 6,0, 6,1, 6,2, 6,3, 6,4, 6,5, 6,6 et 6,7 Driscoll, James F. « Entrée pour Saül. » The Catholic Encyclopedia, vol. VIII. New York. Robert Appleton Co., 1910. Accédé le 22 juin 2007 de New Advent.
  7. 9-10 {{{2}}}
  8. Cette date était suggérée par l'Évêque William Lloyd en 1701 et ne s'atteste pas dans les Annales d'Ussher.
  9. 1_Samuel 17
  10. Jones, op. cit., pp. 94-96, 99
  11. Jones, op. cit., pp. 97-98
  12. Le mot hébreu רְבָבֹ֔ות ou ribbôw, traduit myriade ici, se rend communement comme « dix mille » ou « dix milliers. »


Voyez aussi