Judaïsme

De CreationWiki
(Redirigé depuis Juif)
Étoile de David (« Judenstern »)

Judaïsme est le premier vue-de-monde monothéiste du monde, et est la plus proéminente parmi les trois grandes religions monothéistes, parce que de lui est venu Christianisme et Islam. La fondation et principes de Judaïsme se trouvent en les Écritures hébreux ou la Bible juive, connue plus vastement comme l'« Ancien Testament », qui fait partie de la Bible crétienne, avec son histoire. Un propre nom pour la Bible des Hébreux est le « Tanakh » qui est acronyme pour les sections différentes d'elle: le Torah, ou l'enseigne, la Loi, les cinq livres de Moïse; le Nevi'im, les Prophètes; et le Kethuvim, les Écritures. La section la plus révérée est le Torah, qui est la fondation pour les restes.

Ce que c'est que Judaïsme

Une définition lucide et précise de Judaïsme est difficile à donner. Mais la définition proéminente est qu'il est la religion des juifs. Les juifs, en termes modernes, sont le peuple qui appartiennent à la nation d'Israël. Parce que le mot « juif » vient du nom « Juda », il s'est utilisé originellement simplement pour ceux de la tribu de Juda, une des douze tribus de la nation d'Israël. Mais après le premier exil d'Israël en Babylone, le reliquat qui ont habité en Babylone et ceux qui ont retourné à Israël se sont classifiés généralement comme juifs, alors qu'il y avaient de reliquats d'autres tribus Israëlites parmi eux.

Anciennes sectes

Il y avaient nombreuses sectes qui se sont développées entre les temps du retour de l'exil en Babylone et la déstruction du deuxième temple en 70 après J-C.

Pharisiens

Les Pharisiens ont crus en l'origine divine d'un Torah, ou loi, traditionnelle ou orale, qui voulait dire qu'elle s'est donnée par le Tout-puissant à Moïse avec le Torah écrit, et il s'est légué de bouche à oreille de génération à génération. Selon les sources historiques, telles que Josephus, ancien historien, ces traditions ne se sont pas données par le Tout-puissant à Moïse, mais étaient traditions de leurs aînés ou sages. Parmi ces traditions étaient plusieures lois qui se sont ajoutées au code écrit qui ont ou l'amplifié, telles que la lavage des mains avant de manger, ou ont diminué son pouvoir, telles que les lois et règlements auxquelles on devait adhérer pour exécuter un meutrier, qui ont fait la peine capitale très rare.

Ils ont leurs origines durant le temps d'Antiochus Epiphanes, centaines d'années avant la déstruction du deuxième temple, qui a cherché à abroger la Loi de Moïse et converter les juifs à une manière de vivre et philosophie greque, qui était contraire à la loi, y compris manger ou sacrifier de porc et une aversion de circoncision. Parce que Grèce était la force suprème en ces jours et a conquis Israël, les grecs ont essaient de causer le monde à adopter leures manières. Ceci a causé une révolte parmi les juifs, parmi lesquels il y avait un groupe de gens qui se sont appelés les « Perushim », les séparatistes, qui ont cherché à prevenir le peuple de telles emprises et les aider à rester saints. C'était les Pharisiens qui ont aidé à fair continuer le Judaïsme après la déstruction du deuxième temple en 70 après J-C, malgré qu'on devait faire compromise avec les Romains.

Alors que beaucoup peut se dire concernant la tendance légaliste des Pharisiens, et concernant l'hypocrisie de quelques-uns, comme s'exploitée par leurs adversaires, tels que les premiers chrétiens, leur code éthique de moralité était remarquable. Un de leurs grands enseigneurs, Hillel, a montré une grande réceptivité aux Gentils curieux concernant le chemin juif. Actif entre 30 avant J-C et 10 après J-C, il a constaté d'abord la Règle d'Or à un prosélyte prospectif: « Ce qu'est haïssable à toi, ne fais pas à ton compagnon: c'est la Loi entière; le reste n'est que commentaire. » (Shab. 31a). Un autre exemple des enseignements de la Loi Orale est ça: « Rabban Jochanan ben Zakai a reçu d'Hillel et de Shammai. Il disait: Si vous a pratiqué beaucoup le Torah, ne revendiquez mérite à vous-même, car vous vous êtes créé pour cette raison. » (Avot 2:9)

Sadduceens

Malheureusement, parce que le soutien des Sadduceens se dit être disparu après la déstruction du temple, beaucoup de ce qui se connaît concernant eux doit se dérive de leurs ennemis, Josephus, les Pharisiens, et les chrétiens, tous desquels auraient cause d'écrire mal concernant eux parce que tous ces groupes avaient de désaccords fondamentaux avec les Sadduceens.

Ce qu c'est connu concernant eux est: ils ont rejeté la prétension des Pharisiens que la loi orale, les lois traditionnelles et les enseignements des Pharisiens léguées d'instituteur à élève oralement, sont venues de Mont Sinaï à la même fois que le Torah écrit. Ils n'ont accepté que le Torah écrit comme venu du Tout-puissant. Ce se dit qu'ils ont rejeté les idées d'un personnage messianique venant, une résurrection future, l'idée pharisienne d'immortalité de l'âme, et l'existence des anges ou des démons. Apparamment, ils ont cru aussi que le Déité ne faisait trop d'intervention dans les vies des hommes, comme opposé à la doctrine de prédestination des Pharisiens.

Les Sadduceens, et un groupe qui s'est développé d'eau avant le temps de la déstruction du deuxième temple, les Boethusiens, étaient toujours en désaccord avec les Pharisiens, qui, au moyen de leures traditions, apparaissaient altérer la loi écrite. Ils peut avoir été plus strictes que les Pharisiens en nombreux poins, mais en générale étaient plus fidèles au texte de la loi que les Pharisiens.

Il y a deux accusations controversées faîtes contre les Sadduceens qui exige un peu d'attention. D'abord, il y a la prétension que les Sadduceens étaient hellénistiques et prenaient normalement le parti des forces occupantes, telles que les Grecs ou les Romains, et leurs adhérents était pour la plupart de personages riches ou de prêtres dans la communauté et n'avaient pas trop de popularité, bien que les Pharisiens était le parti populaire, nationaliste, et pour la plupart prenaient le parti contre l'occupation étrangère. Il y a de témoignage circonstanciel dans les écritures de Josephus, que c'était une sursimplification de matières qui se sont passé en Judée dans ces jours. Dans les écritures de Josephus, il y a de signes que c'était les Sadduceens qui étaient fortement nationalistique en opposition aux Pharisiens, qui ont collaboré nombreux fois avec les forces occupantes, par exemple le moyen par lequel ils ont survéçu la déstruction du deuxième temple. En outre, les Sadduceens étaient quelquefois le parti populaire parmi le peuple, et étaient, en nombreuses occasions, éjectés du Sanhédrin par les Pharisiens et leurs alliés puissants.

Second est la prétention que le parti sadduceen a simplement disparu après la déstruction du deuxième temple parce que leurs pratiques se sont basées assez beaucoup sur lui. Il y a de signes qu'alors que le groupe s'est diminué en nombres et s'est ignoré pour un laps en histoire documentée, ils peut avoir continué à survivre et se développer en groupe connu plus tard comme les Caraïtes.

Esséniens

Les Esséniens étaient groupe monacal qu se sont désistés de la société large juive et ont pratiqué une forme de vivre communal très similaire à cela qui a pratiqué la première Église, comme documenté en Actes 4 . Ils n'apparaissent d'avoir participé à aucun degré significatif aux institutions juives de leur temps; par exemple, ils n'offraient pas de sacrifices en le temple. La Bible est silencieuse concernant eux, mais Josephus les décrit en peu de détail en ses Antiquités des Juifs. Selon Josephus, ils ont nombré quatre mille au temps de la déstruction du deuxième temple. Ils sont la secte qui ont compilé et emmagasiné les Rouleaux de la Mer Morte près de ce temps.

Sectes modernes

Il y a nombreuses sectes qui existent maintenant.

Orthodoxe

Ceux sont les descendants modernes des Pharisiens. Ils tiennent aux origines divines du Torah écrit et oral, et que les deux Torahs ne se sont changé rien de lorsqu'ils se sont donnés originalement.

Réforme

Ceux ne croient pas que le Torah s'est écrit par Déité, et acceptent les vues critiques de la paternité des livres de Moïse et le reste des écritures hébreux, par-ex. l'hypothèse documentaire. Ils retiennent encore beaucoup des traditions de Judaïsme. Cette secte se considère être libérale, parce qu'elle accepte les juifs agnostiques, non-pratiquants, et nominaux.

Conservatrice

Ils acceptent quelque source divine des écritures juives, mais faisent valoir l'aspecte [humain]], en disant qu'elles se sont écrits et transmis par humains, et donc peut contenir d'erreurs. Ils croient que les lois de Judaïsme doivent s'adapter à la culture prédominante. Une autre secte de Judaïsme qui s'appelle Judaïsme reconstructionnelliste se lie prochement au Judaïsme conservateur, mais croit que le Judaïsme est civilisation religieuse évoluante.

Caraïte

Probablement l'équivalent moderne des Sadduceens, ils respectent l'origine divine du Torah écrit seul. Ils ne tiennent pas que le Torah oral est du Tout-puissant, ou qu'il s'est donné à Moïse. Ils ne rejettent pas toute la tradition complètement, mais ne respectent que celles qui sont en accord avec la connaissance régulier d'écruiture. Leur principe principal est que tout le monde doit apprendre le Torah pour eux-mêmes et ne se fier pas trop en les instituteurs ou les traditions.

La Loi Orale

Un sujet qui a un lieu significatif en Judaïsme est le rôle et pouvoir de la Loi Orale. Le juif orthodoxe la voit comme partie intégrale du Torah, la Loi de Moshe (Moïse). À eux, sans elle, les écritures sont illisables et ne peuvent pas se comprendre convenablement. Elle est divine, venant du Tout-puissant et son institution juridique, à savoir les sages et les rabbins. Leurs jugements se voient être obligatoires, et leur commentaire être le plus définitif au point où le commentaire s'étude plus que les vraies écritures écrites. La loi orale se voit être divine en origine et donc égale à la loi et écritures écrites. Au juif orthodoxe, rejeter la loi orale est rejeter Judaïsme et devenir hérétique.

Ceux qui apprécient la philosophie caraïte d'écriture voient n'importe quel commentaire être humain en origine et seulement les écritures écrites elles-mêmes être divines. Promouvoir les paroles des hommes, ou sages ou rabbins ou même les Hachams (hommes sages) caraïtes, à un statue égal à l'écriture divine est une chose équivalente à idolàtrie. Alors qu'une personne avec la philosophie « seule écriture écrite » peut respecter la sagesse des commentaires, même ceux des rabbins et des sages, mais les examine en vue du contexte grammatique et historique de l'écriture écrite.

Le lieu du Gentil

Judaïsme a un aspect universel fondamental. Parce qu'il n'y a qu'un Déité, et tous les humains, juifs et non-juifs, se sont créés par Lui, tout le monde s'oblige à le reconnaître. Alors que les Israëlites sont donnés une commission, position, et convention spéciales avec YHWH (Yahweh), non-juifs se tiennent aux lois noéides, et peuvent s'accepter par Dieu comme justes si eux les obéissent. Objections aux gentils, en la littérature biblique et rabbinique, sont essentiellement éthiques, pas raciales.

Selon la raisonnement rabbinique, un gentil peut tener assez plusieures des lois d'Israël qu'il peut, sauf les lois spécifiquement prescrites seulement aux Israëlites, telles que la tzitzit (un fil porté sur le coin des vêtements), et une observance complèt de fête et sabbat. Vis-à-vis celui-ci, les jours fêtes et le sabbat, selon les sources rabbiniques, un gentil peut tener les aspectes du jour qui sont universels, mais l'observance complèt interdite.

La question de si les lois noeïdes sont d'une nature complètement rabbinique ou peut se dériver par l'écriture a été demandé par les Caraïtes, quelques desquels les voient faire partie complète de la loi orale, un ajout étrange au Torah écrit. Mais qu'il y a une vérité essentielle aux lois noeïdes constatées par les Juifs orthodoxes s'est observé. Autres Caraïtes notent que, même d'un point de vue strictement biblique, il y avait un code moral « natural » existante avant le temps de Moïse, et un aspecte universel aux lois dans la loi de Moïse, qui appliquent aux Gentils à l'instance sans le besoin de se convertir complètement.

Un non-juif n'a pas l'option de devinir juif au moyen de conversion et naturalisation. Le processus principal de ceci est circoncision du prépuce pour le mâle avec quelque forme de constatation d'allégeance au Créateur et Israël. Une femelle peut se convertir aussi, mais aucune forme de circoncision ne s'exige pas.

Les Dix Commandements

Article principal: Dix Commandements

Alors qu'un haut nombre de juifs et chrétiens croient que les Dix Commandements sont règles pour toute l'humanité, parlant strictement ils ne sont pas. Il y a de témoignage fort biblique que les Dix Commandements sont vraiment seulement pour la nation d'Israël. D'abord, les mots « les dix commandements » n'apparaissent pas dans le texte hébreu d'écriture, qui serait « asarah hammitwoth » ou « asarah hammitvoth » - « asarah » voulant dire « dix », et « hammitwoth » voulant dire « les commandements », voulant dire ensemble « les dix commandements ». Les vrais mots en hébreu sont « les dix constatations » ou « les dix mots » ou « les dix affaires » (« aseret » voulant dir « dix » et « haddevariym » voulant dire « les constatations, mots, ou affaires »). Il y a peut-être plus que simplement dix commandements en lui et il y a aussi de constatations simples, telles que « Je suis YHWH vôtre Déité qui vous a amené du pays d'Égypte, de la maison d'esclavage » ou « Je suis Déité jaloux ».

Deuxièmement ces dix constatations s'appellent expressement « les mots de la convention », à savoir la convention entre YHWH et Israël en Exode 34:28.

Et troisièmement, pour prouver plus fortement le fait que les dix constatations sont vraiment un témoignage écrit de la convention entre le Tout-puissant et Israël et le fait qu'ils s'appellent « le témoignage » nombreuses fois dans les écritures (Exode 25:16 ; Exode 31:18 ; Exode 32:15 ; Exode 34:27-29 ; Exode 40:20-21 ; 1_Rois 8:9 1_Rois 8:21 ).

Alors que de principes peuvent exister dans les dix constatations, comme est le cas avec plusieures parties des lois d'Israël, qui sont applicables à toutes les nations, les dix constatations vraies elle-mêmes apparaissent être seulement pour Israël comme partie de leur convention.

Les Juifs croient qu'il y a 7 commandements en la Bible qui appliquent aux non-juifs assez bien qu'aux juifs. Voyez Loi noéide.

Doctrines de Judaïsme

Déité

Alors que de preuves philosophiques peuvent se donner concernant l'existence du Créateur, et se donnent par quelques des philosophes de Judaïsme, tels que Maimonides, l'existence de Déité se prend comme axiomatique et l'existence de l'univers est preuve suffisante de l'existence de Déité.

Judaïsme dit que Déité est absoluement et indivisiblement un, au contraire de la trinité des chrétiens normaux, ou le partenariat (c.-à-d., seulement le « Père » et le « Fils ») en quelques sectes non-orthodoxes de Christianisme. Il ne peut pas se fendre en parties, et il est seul en sa souveraineté et ne partage pas sa règle, sa gloire, et sa position avec personne. Ce n'est qu'à lui que les gens prieraient et donnerait la vénération. Il seul et Créateur de l'univers entier. Il n'a pas de corps, pas de physicalité, et donc s'appelle incorporel, et ainsi les passages d'écriture référantes aux parties de Déité, telles que son main, oeil ou bras, sont anthropomorphiques, et le représentant en une forme réelle physique se considère idolàtrie. Il est non-changeant, au contraire aux autres religions qui disent qu'il, ou partie de lui, a changé en homme à quelque point en histoire. Il aussi est omniprésent (partout), alors que distinct de sa création, omnipotent (tout-puissant), omniscient (tout-savant), eternel (sans temps, sans commencement ou fin), et immortel (ne peut pas mourir).

Il est juste et clément, et saint et parfait.

Expiation et pardon pour les péchés

Toutes les sectes de Judaïsme, les uns qui acceptent le Torah oral et écrit, et les uns qui n'acceptent que le Torah écrit, observent qu'il y a plusieurs moyens de gagner de pardon et d'expiation. On doit noter que le pardon biblique ne veut pas dire nécessairement qu'une peine ou conséquence négative ne venira pas en réponse à un péché commis. Il veut dire simplement qu'alors que de conséquences pour les péchés peuvent venir, la personne ne reçoit plus de blâme pour le péché

  • Une offrande matérielle au Tout-puissant, normalement des sacrifices animales et sans-sangs. Selon quelques-uns, c'est le niveau plus basse de gagner l'expiation parce qu'il ne suffrait que pour certains péchés comme spécifiée en les premiers chapitres de Lévitique et si un péché s'est commis défiantement (Heb. avec un haut main), il n'y avait pas d'offrande qui pouvait l'expier (Nombres 15:30-31 ). En outre, une offrande par elle-même, sans repentir vraiment ou bonne intention vraie, ne peuvait pas fair expiation (Ésaïe 1). L'offrande n'était pas simplement donnée comme moyen d'adoucir un dieu en colère, comme les païens croyaient. Un mot hébreu pour offrande est « qorban », qui se dérive du radical q-r-b qui veut dire venir proche. Ainsi les offrandes étaient plus un moyen de venir proche à Déité.
  • La prière est un moyen effectif d'obtenir de pardon comme on peut voir en le texte classique qui constate, « si mon peuple qui s'appellent par mon nom se humilieront et prieront et chercheront ma face et tourneront de leurs mauvais moyens, puis j'ouïrai des cieux et pardonnerai leurs péchés, et guérirai leur pays. » (2_Chroniques 7:14 ). Un autre exemple de prière effective peut se voir lorsqu'un roi qui s'appelle Menassé, qui a véçu une vie de mal, a prié au Tout-puissant et a reçu de pardon. (2_Chroniques 33:9 ) Un exemple de prière puissante peut se voir en Psaume 32 .
  • Le repentir apparaît être la forme la plus puissant à gagner de pardon. Le repentir, alias teshuvah, est un rejet actif des actes criminels en sa vie et une adhérence au moyen de justice, faisant les actes justes et reconnaissant le Tout-puissant. Il se mentionne en le Torah (Lévitique 26:40-45 ) et est implicite en quelques de ses enseignements (par-ex. Lévitique 18:5 ). Il est donné une clarification plus extensive en les prophètes et les écritures, spécialement en passages comme Ésaïe 1 et Ézéchiel 18-33 . Les juifs orthodoxes croient que le repentir était assez puissant de renverser le décret du Tout-puissant sur un roi vilain qui s'appelait Jeconie qu'il resterait sans enfant. Selon les psaumes, tels que Psaume 40-51 , le Tout-puissant préfère beaucoup le repentir et l'obéissance à sa parole que la sacrifice.

Péché original et Satan

Parmi les sectes de Christianisme, il y a un concepte que le péché d'Adam s'est hérité par tous ces descendants, condamnant les tous à l'enfer sinon ils acceptent Jésus, les faisant esclave à péché. Ce s'appelle le « péché original ». Cette idée est étrange à toutes les sectes de Judaïsme (ce diffère de l'idée du « péché original » qui veut dire que le péché d'Adam et Ève était le premier, et donc original, péché). Tout le monde a le pouvoir et le choix de faire bon ou mal. Alors que les humains ont une tendance à faire mal, ils ont aussi le pouvoir de faire bon. Ce n'est pas faire un péché qui faire pécheur à quelqu'un, mais le péché continuel qui le fait pécheur, parce que les écritures juives disent que les hommes qui s'appellent justes par le Tout-puissant péchent, mais ne s'appellent pas pécheures (par-ex. Genèse 6:9 ; Job 1:1 ; 1_Rois 15:5 ; Ecclésiaste 7:20 ). Alors que les humains ne sont pas parfaits, et ne peuvent pas parfaits, ce ne les exclut pas d'une bonne relation avec le Créateur.

En Judaïsme, Satan, ou plus correctement l'adversaire, est vraiment un ange du Tout-puissant qui fait la licitation du Tout-puissant. Il est l'adversaire qui vient pour punir le péché et éprouver l'homme. Il apparaît être l'adversaire de péché et d'improbité au lieu que l'adversaire ou enemi d'homme. À tout prendre, il apparaît être serviteur d'Iahvé et une manifestation de son ire ou sa caractère de chercher ses serviteurs humains. Alors que le Judaïsme orthodoxe a une angelologie détaillée, il se tient en générale que Déité se charge de tout et n'a rien d'ennemi viable. Il n'y a pas de dualisme du Tout-puissant comme force de bon, et donc avant besoin d'une contreforce, une force de mal, en forme du diable.

Messie

Selon le judaïsme moderne, le messie est un roi oint du germe de David, par le moyen de son père naturel comme le royaume vient en général par le moyen du père, pas la mère. (Mais la Bible explique que sa mère sera vierge. (Ésaïe 7:14-15 )) Il est encore venir, et est attendu être un roi juste qui est érudit de Torah. Son royaume occasionnera telles choses que la reinstitution du sacerdoce lévitique et les sacrifices (Ézéchiel 37:26-28 ; et Ézéchiel 41-46 ), la paix mondiale (Ésaïe 2:3 ), et le savoir mondial du Créateur (Ésaïe 11:9 ). Il même aura des enfants (Ézéchiel 46:16-17 ) et donc se marier. Parce que telles choses ne sont pas passées, Judaïsme rejete les prétensions d'autres prétendants être le roi oint, telles que Simon Bar Cochba, et Jésus de Nazare.

Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez


Références apparentées

Graphique

Voyez aussi