Grèce

De CreationWiki
{{#set:Nom=Grèce}}
Nom long conventionnel::République hellénique
[[Nom natif::Ελληνική Δημοκρατία
Ellīnikī́ Dīmokratía]]
Image de Grèce

Carte de Grèce

Drapeau de Grèce Blason de Grèce
Drapeau Blason
Devise: [[Devise::Ελευθερία ή θάνατος
« Liberté ou mort »]]
Hymne: [[Hymne::Ὕμνος εἰς τὴν Ἐλευθερίαν
Ýmnos eis tīn Eleutherían
Hymne à la liberté]]
Sainte(s) patronne(s): André (apôtre)
Endroit de Grèce

Endroit de Grèce dans le continent européen

Capital Capitale::Athènes
{{#show:Athènes|?Coordonnées}}
Official languages Grec
Démonyme Démonyme::Grec/grecque
Gouvernement
 - Type Type de gouvernement::République parlementaire
 - Président Président::Karolos Papoulias
 - Premier ministre Premier ministre::Kostas Karamanlis
 - Président du parlement Président du parlement::Dimitris Sioufas
État moderne
Indépendance Indépendance::25 mars 1821
Reconnue Reconnue::3 février 1830
Constitution courante Constitution courante::8 décembre 1974
Adhésion à l'UE UE adhésion::1 janvier 1981
Aire
 - Totale Aire de pays::131 990 km² (Rang d'aire::96ème)
 - Water Proportion aquatique d'aire::0,8669 %
Population
 - Devis de Devis de population en::2008 Devis de population::11.216.708
 - Recensement de Recensement::2001 Population recensée::10.964.020
 - Densité Densité de population::84 km⁻² (Rang de densité de population::88ème)
PIB (PPA) Devis de Devis de PIB PPA en::2007
 - Total $PIB PPA::324.891.000.000 (PIB PPA rang::33ème)
 - Par habitant $PIB PPA par habitant::29.146 (PIB PPA par habitant rang::28ème)
PIB (nominal) Devis de Devis de PIB nominal en::2007
 - Total $PIB nominal::313.806.000.000 (PIB nominal rang::27ème)
 - Par habitant $PIB nominal par habitant::28.152 (PIB nominal par habitant rang::27ème)
Monnaie Monnaie::Euro (Symbole de monnaie::€) (Indicatif de monnaie::EUR)
Fuseau Fuseau horaire::EET (UTCDécalage horaire::+2)
 - Heure d'été (HE) Fuseau horaire d'été::EEST (UTCDécalage horaire d'été::+3)
Internet DPN Internet DPN::.gr
Indicatif téléphonique +Indicatif téléphonique::30
[1]

Grèce (Grec: Ελλάδα, Elláda ou Ἑλλάς, Ellás), officialement la République Hellénique (Grec: Ελληνική Δημοκρατία, Ellīnikī́ Dīmokratía), est un pays en Europe du sud-est. Il consiste pour la plupart en une collection d'îles dans la Mer Méditerranée de l'est. Grèce a une population d'à peu près 14-17 millions. Sa capitale est Athènes.

Endroit

La Grèce se trouve dans les parties du sud-est d'Europe. Sa terre continentale menue fait partie de la péninsule balkanique avec la Mer Ionienne vers l'ouest, la Mer Méditerannée vers le sud, la Mer Égéenne vers l'est, et Macédoine vers le nord. La plupart de Grèce consiste en ses plusieures îles.

Géographie et écologie

À peu près 80% consiste de montagnes ou collines, et donc la Grèce est le pays le plus montagneux en Europe. Le côté occidental de Grèce a des lacs et des marécages. Vers le centre du côté occidental se trouvent des pics hauts et raides avec beaucoup de canyons entre eux. Ces montagnes incluent la Météore et la gorge Vikos; la gorge Vikos est aussi la telle formation la seconde-plus large sur la terre après le Grand Canyon aux EEUU.

La plus haute montagne en Grèce et Mont Olympus, avec une altitude de 2 919 mètres au-dessus du niveau de mer. Il y a une autre chaîne haute de montagnes du nord en Macédoine de l'est et Thrace qui s'appelle la Rhodope.

50% de Grèce se couvre en forêt qui fournit des habitats pour l'ours brun européen occidental, le lynx, les loups, le chevreuil, les chèvres fauves, les renards, et les sangliers fauves. Au niveau de mer se trouvent des phoques et des tortues de mer.

Climat

La Grèce a un climat semi-aride avec de pluie moyenne basse. Les températures se varient de 8 à 31 degrés centigrades, avec une variation quotidienne de neuf à dix degrés centigrades. Mais quelquefois les températures peuvent atteindre 40 degrés centigrades en été. La plupart de la pluie tombe durant les mois de l'automne tardif, de l'hiver, et du printemps en avance.[2]

Langage

Article principal: Grec (langage)

Ancien grec

Le langage de la Septante est probablement une variante classique d'ancien grec. Le langage du Nouveau Testament s'est appelé grec commun ou grec Koinè et était le langage que tous les citoyens éduqués de Rome et autres personnes proéminentes du monde romain parlaient.

Le grec écrit a un alphabet qui consiste en 24 lettres, chacune ayante une forme majuscule et une forme minuscule. (La plus ancienne forme de grec a eu vingt-sept symboles qui apparaissent pour la plupart comme numéraux.) L'ancien grec a employé trois marques diacritiques différentes, un accent aigu, un accent circonflex, et un accent grave. Ces symboles ne montraient pas d'accent mais au lieu montraient de ton musique.

Le grec écrit a eu une autre paire des marques diacritiques, les respirantes, qui apparaissaient avant tous les mots commençant en voyelles ou la lettre ρ (rho). La respirante lisse voulait dire que le locuteur sonnerait la voyelle comme d'habitude, bien que la respirante rugueuse voulait dire que le locuteur exhalerait avant de sonner la voyelle. Ainsi la respirante rugueuse était équivalente à la lettre romaine H. (Un mot commençant en ρ toujours avait la respirant rugueuse, duquel se dérive la translittération de tous tels mots comme commençant les lettres romaines « rh »).

Le grec classique avait huit cas différents des noms, plusieurs desquels avaient de formes identiques. Ils étaient:

Nom de cas Sens Usage
Vocatif Appelant Apostrophe directe
Nominatif Nommage Sujet d'une phrase
Génitif Appartenance Possessif
Ablatif Portant d'une personne, d'une place ou d'une chose Objet de quelques prépositions qui connotent tel port
Datif Don Objet indirecte qui veut dir une chose ou une personne à laquelle quelque chose se donne ou se fait
Locatif Placement en espace ou temps Object de la préposition en dedans, ou une référence temporelle
Instrumental Moyen de faire quelque chose Objet indirecte qui veut dire un instrument d'un acte
Accusatif Motion vers quelque chose Objet directe ou object d'une préposition indiquante ou conséquante avec telle motion

En outre, le grec ancien était cinq déclinaisons différentes des noms et des adjectifs et à moins deux conjugaisons differentes des verbes.[3]

Le grec classique n'avait pas de numéraux distincts. Au lieu, les grec ont utilisé les premières neuf lettres pour représenter les nombres entiers d'un à neuf, les prochaines neuf pour représenter les multiples de dix, et les neuf finales pour représenter les multiples de cent. Les grecs ont dépeint les nombres plus de mille par utilisant les premières neuf lettres écrites à gauche, avec une respirante lisse pour indiquer un multiple de mille. Les myriades, ou multiples de dix mille, avaient leurs proprers symboles spéciaux. La myriade était le plus haut pouvoir de dix que les grecs utilisaient d'habitude.

Quand les Romains ont conquis Grèce, ils ont fait le grec le langage commun d'affaires en toutes les provinces de Rome. En outre, 70 pourcent des mots modernes en français et plusieurs autres langages se dérivent du grec, ou directement ou par le latin.

Grec moderne

En la Grèce moderne le langage officiel est le grec moderne normal. Le grec se parle par à peu près 95% de la population mais il y a de gens qui parlent aussi anglais et turque.

Le grec moderne vernaculaire retient beaucoup de la structure grammaticale de l'ancien grec. Mais pas tous les gens moderns de Grèce descendent des anciens grecs. Plusieurs descendent des plusieurs envahisseurs de Turquie et les varieux pays balkaniques. (En effet il y a quelques groupes parlant turque, et quelques grecs parlent anglais ou français.) Le langage grec moderne a absorbé plusieurs mots et phrases de ces gens envahissants. Par exemple, le verbe moderne grec qui veut dire « J'uni » est ενωνω ou enono qui veut dire littéralement « Je joins ensemble », alors que les anciens grecs utilisaient un verbe qui voulait dire plus correctement « Je cause à se fair debout ensemble. »

Le grec moderne a deux symboles diacritiques différents: un accent aigu qui montre d'accent et le diaeresis, qui se utilise avec une voyelle pour indiquer qu'on la prononcerait distinctement d'une autre voyelle immédiamment précédente. Les respirantes ont disparues. En outre, à moins une consonne a changé de son: la lettre β (beta) n'est plus plosive, mais fricative, et se sonne comme la lettre romaine V. Similairement, la vielle diphtonge αυ se prononce souvent comme le digramme romain « av. »

Ancienne Grèce

Origines

Voici la postérité des fils de Noé, Sem, Cham et Japhet. Il leur naquit des fils après le déluge. Les fils de Japhet furent: Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méschec et Tiras. Genèse 10:1-2

Les fils de Javan: Élischa, Tarsis, Kittim et Dodanim. C'est par eux qu'ont été peuplées les îles des nations selon leurs terres, selon la langue de chacun, selon leurs familles, selon leurs nations. Genèse 10:4-5

Le nom Javan est plus proche au nom Ionie, une des plusieures nations dans la catégorie générale de « grecque. » Le préalablement-nommé des fils de Javan est Élischa, une autre forme de Hellas ou Hellénus, qui les Grecs ont toujours tenus être un de leurs pères fondants. Tarsis se trace à l'Espagne du sud, Kittim à Chypre, et Dodanim à Rhodes.[4]

Osterholm[5] aussi identifie Javan comme ancêtre des Grecs, mais aussi suggère que plusieurs des Alliés Italiens de l'état romain étaient de peuples javanites.

Noms tels que Grèce et Grec (ou grecque) se dérivent du nom romain pour ces peuples: Graeci, un nom donné originalement à un petit sous-groupe d'eux. Le peuple qu'on appelle les Grecs aujourd'hui s'appellent les Hellènes, et appellent leur pays Hellas, dans leur langage.

Mais autres érudites suggèrent que le peuple grec, et certains autres peuples européens, ne descendent pas de Japhet, mais de Sem. Ernest L. Martin a écrit:

« ...[Les] tribus Semites (gens qui étaient descendants de Sem et y compri quelques peuples qui ont descendu d'Abraham) ont colonisé plus tard toute l'Europe du Sud et ont remplacé le peuple de Javan et ses quatres descendants. Le peuple de Javan se sont expulsé pour la plupart dans les régions d'Europe du Nord où à tour ils ont émigré plus loin de l'Es dans Asie (en même temps que Gomer, fils premier-né de Japhet et ses descendants). En fait, en prophéties traitantes aussi le Fin-Temps, nous ne trouvons le peuple de Javan plus en Europe mais maintenant associés avec Tubal (autre fils de Japhet; voyez Ézéchiel 38-39 ) qui est devenu type de peuple mongolien-oriental...alors que le nom Javan gardait encore son identité géographique avec la région sudaine d'Europe, particulièrement en Grèce)...Ce n'est pas incommun pour des gens de donner un nom à une région et puis le peuple original se meuve aux autres régions (ou se sont éliminés) et le nom géographique original devient associé avec un peuple totalement différent.  »


Les Spartiates, assez remarquablement, affirmaient la descendance des Hébreux. Le livre deutérocanonique, 1 Macchabées 12, et les Antiquités 12.4.10 de Josèpheconstatent qu'environ 180 av. J-C le roi de Sparte a envoyé la lettre suivante aux Juifs en Jérusalem:

« Arius roi des Spartiates à Onias archiprêtre, envoie des salutations. Il se trouve écrit concernant les Spartiates, et les Juifs, qu'ils sont de la même famille de peuples, et ils sont de la souche d'Abraham. Et maintenant parce que ceci est venu à nôtre savoir, vous faites bien à nous écrire sur vôtre prospérité.[6]  »


Les Juifs en Jérusalem se documentent d'avoir répondu comme ça:

« Nous avons reçu avec entrain l'epître, et étions bien plus avec Démotelés et Aréus, alors que nous n'avions pas de besoin d'une telle démonstration, parce que nous en étions bien satisfaits des écritures sacrées.[7]  »


Josèphe a attiré l'attention au 'sceau' sur la lettre d'Arius: « Cette lettre est en forme carrée, et le sceau est un aigle avec un dragon en ses serres. » Un tel emblème peut se fair remonter à la tribu de Dan. La lettre de réponse a mentionné des « écritures sacrés. » Ceci peut référer à Ézéchiel 27:19 où Dan se représente, accompagné par Grèce, faisant du commerce avec Tyre.

Un texte d'un Hadith Islamique affirme aussi que les Grecs se sont dérivés de Sem:

« Sem, fils de Noé était père des Arabes, les Persans, et les Grecs; Cham était père des Africains noirs; et Japhet était père des Turques et de Gog et Magog qui étaient parents des Turques.[8]  »


Premières civilisations

On ne sait que peu concernant les premières civilisations grecques au-delà leurs grands poèmes et drames mythologiques. Mais les découvertes archéologiques ont établi sans aucun doute que les grands royaumes qui faisaient parties dans les mythes classiques existaient vraiment. Les plus puissants de ceux étaient Mycène et Sparte, les deux pouvoirs menants du Ligue Achéen. James Ussher mentionne spécifiquement le royaume d'Argos[9] et la destruction de Troie par le Ligue Achéen en 1184 av.-J-C.[10]

L'ère olympiade

L'histoire fiable grecque de Hérodote et autres tels auteurs commence vraiment en l'été de 776 av.-J-C avec la première Olympiade.[11] Toutes les dates en ancienne Grèce se donnent en termes des olympiades.

Les Jeux Olympiques

Les Olympiades, ou les Jeux Olympiques, se sont tenues quadriennalement commençant en 776 av.-J-C et durant jusqu'à 393 ap.-J-C. Tous les hommes libres grecs étaient éligibles pour participer à ces jeux. Le premier événement olympique était le stade (course rapide à un stade, ou à peu près 200 mètres), et pour les premières treize Olympiades c'était le seul événement permis. Le dialos (course à deux stades) et dolichos (course transversale au moyen 20 stades ou à peu près trois et trois-quatres kilomètres) a commencé en la 14ème et 15ème Olympiades, respectivement.[12]

Multiples Villes-états

Aucune telle chose comme la patrie grecque n'existait avant la conquête et l'unification de Grèce par le Roi Philippe de Macédoine et son fils, Alexandre le Grand. La Grèce existait comme une collection de villes-états indépendantes, chacune avec son prore roi (sauf Athènes, qui a eu la première vraie démocratie).

Envahissements persiques

Les Persans, spécialement sou les rois Darius I et son fils Xerxes I, ont envahi la Grèce à plusieurs réprises entre 544 et 479 avant J-C. Les batailles les plus notables dans ces guerres étaient les batailles de Marathon (490 av.-J-C) et Thermopylae (486 av.-J-C). Dans cette dernière bataille le roi Léonidas de Sparte ont essayé de tenir la col de Thermopylae avec ses 300 gardes de corps personnels, après l'assemblée spartiate a décliné à mettre une force plus grande durant un festival religieux. Dans la bataille finale, Léonidas et ces hommes se sont annihilés, mais pas avant que Léonidas a remis ce message à son peuple:

« Allez dire aux Spartiates, étranger qui passe devant, que nous nous couchons ici, obéissants à leur parole.  »


Selon la légende, ce dernier message a inspiré le reste des Grecs à se rallier. La marine athénienne a détruit enfin la marine persane dans la Bataille de Salamis.[13]

Les Guerres Péloponnesiennes et delà

Par la suite les Athéniens ont formé le premier empire parmi les Grecs, avant que les Spartiates et leurs alliés dans la confédération péloponnésiennes les ont défi deux fois dans les Guerres Péloponnesiennes (460-446 av.-J-C et 431-404 av.-J-C). Par la suite la Sparte a régné suprème, suite plus tard par Thèbes et puis par la ville-état sicilienne de Syracuse.[13]

Philippe and Alexandre

Le prochain roi d'essayer d'unifier toute la Grèce était Philippe II de Macédoine (382-r. 359-336 av.-J-C). Immédiamment après qu'il est devenu roi, il a fait sûr son flanc du nord et a conquis Amphipolis, et donc a fait sûr une source d'argent et d'or avec laquelle recruter, entraîner, équiper, et payer une armée vaste. Lorsqu'il a eu régné depuis trois années, il a vu la naissance de son fils et successeur futur, Alexandre le Grand (356-r. 336-321 av.-J-C).[14] En 337 av.-J-C, Philippe s'est fait commandant suprème des forces armées de toutes les villes-états grecques. Ainsi la Grèce a cessé d'être une confédération des villes-états indépendantes et maintenant est devenu une vraie patrie.[15]

Un officier mécontent a assassiné Philippe un an plus tard. Alexandre, qui jusque là a eu gagné l'estime de l'armée, a saisi le trône et a rendu silencieuse son opposition. Puis il a réalisé la rêve de son père d'une guerre contre l'Empire Persan.[16]

L'histoire des relations greco-israëlites commence avec la marche d'Alexandre vers Jérusalem en 332 av.-J-C. D'abord l'archiprêtre de Jérusalem a refusé de traiter avec Alexandre, disant qu'il devait une dette d'honneur au roi de Perse (Darius III).[17] Mais lorque Alexandre a commencé sa marche, il s'est plaisi à voir les prêtres de Jérusalem, tous en blanc, se promenants pour le rencontrer désarmés. Ussher document qu'Alexandre a eu rêvé d'un homme en blanc disant à lui qu'il conquerérirait à la longue toute la Perse. Alexandre a rencontré les prêtres et a payé vraiment le propre respect à Dieu. L'archiprêtre, pour son part, a montré à Alexandre le texte du Livre de Daniel qui prédisait que:

Voici, il y aura encore trois rois en Perse. Le quatrième amassera plus de richesses que tous les autres; et quand il sera puissant par ses richesses, il soulèvera tout contre le royaume de Javan. Mais il s'élèvera un vaillant roi, qui dominera avec une grande puissance, et fera ce qu'il voudra. Daniel 11:2-3

Alexandre a accepté l'interprétation par les prêtres de cette prophétie comme référante à lui-même, et aussi a accepté la reddition de Jérusalem.[18] Il a accordé aux Juifs le droit de continuer d'obéir à leures propres lois, et les a exempteé du tribut dans leurs années de sabbat.[19] Quand en 331 av.-J-C il a bâti une ville (Alexandrie) à l'ouverture du fleuve Nil en Égypte, il a établi une colonie de Juifs à cette ville.[20] Ces Juifs sont devenus les premiers des « Juifs héllenisés » mentionnés par Saint Luc en le Livre d'Actes.

Alexandre a conquis la Perse depuis une autre année, et puis a essayé de conquérir l'Inde, mais il n'a pas réussi. À la longue en 324 av.-J-C il a rétraité à Babylone, où il a fait la fête avec le luxe et l'ivresse fréquente et est mort à la longue, ou de poison ou de complications d'alcoolisme.

Un empire divisé et conquis

Après la mort d'Alexandre, l'empire qu'il a bâti s'est divisé en cinq parts: Grèce et Macédoine, Trace, Asie Mineure (Turquie moderne), Égypte sous les Ptolémées et les Cléopâtres, et Syrie sous la dynastie seleucide.[21] Tous les cinq parts deveniraient à la langue sous la domination de Rome. Grèce propre, Macédoine et Thrace seraient les premières. Pompée le Grand conquerait à la long l'Asie Mineure, Syrie et la Sainte-Terre, et Auguste conquerait Ëgypte en la dernière des guerres civiles de Rome.

Rome et Byzance

Grèce existait comme un groupe de provinces romaines. Mais la culture, le langage, la littérature, et l'art grecs fleurissaient sous la loi romaine, parce que Rome a importé ces éléments culturels et les a répandu à toutes les pays contrôlés par Rome. À la longue l'Empire Romain existait comme deux régions distinctes, la moitié orientale parlant grec pour la plupar et la moitié occidentale parlant latin pour la plupart.

Quand Constantin I est devenu Prince du Sénat de Rome, il a mu le siège de gouvernement romain à l'ancienne ville-état de Byzance, qu'il a renommé Constantinople. Dés lors, l'Empire Romain, duquel Grèce a eu fait partie depuis à peu près cinq centaines d'ans, était à moins nominalement chrétien.

L'ère byzantine

En 393 ap. J-C, l'empereur Theodosius a aboli l'Olympiade, en la jugeant partie du passé païen de Rome qu'il voulait abolir.

En 474 AD, la ville de Rome a chuté, et avec elle la moitié occidentale de l'Empire Romain a cessé d'être. La moitié orientale ou grec-parlant a continué jusque 1453. Les historiens modernes réfèrent à cette période comme l'ère de l'Empire Byzantin.

Islam

En 632 ap. J-C un général arabe nommé Mohammed a inventé une nouvelle réligion avec laquelle il espérait unifier les tribus arabes qui étaient à guerre constante l'une avec l'autre. Il a appelé cette religion Islam. Son projet pour créer une armée unifiée arabe a reussi à la longue, et Mohammed et ses successeurs ont procédé à conquérir le monde grec, et le Moyen-Orient entier, au nom de cette nouvelle religion. Ainsi Grèce a chuté sous la règle du Califat de Bagdad, la première puissante nation-état musulmane. Constantinople est devenu à la longue une ville-état encore, et a chuté en 1453. Mais jusque là le Califat de Bagdad n'existait plus, et les vrais conquérants de Constantinople étaient les forces de l'Empire Ottoman, consistant en la Turquie moderne et ses dépendances et protectorats. Grèce resterait sous la loi ottomane depuis 377 années plus avant de regagner à la longue son indépendance.

Religion

Grèce n'avait pas de religion comme ça. Au lieu, les Grecs ont inventé des récits, ou des mythes, qui essayaient d'expliquer certains attributs du monde et du ciel, et les résultats des anciennes guerres, comme conséquences d'un drame continant engageant des dieux varieux.

Ce drame commence avec l'histoire des enfants des cieux (Ouranos ou Uranus) et la terre (Gaia). Les chefs parmi leurs enfants étaient les Titans:

Nom Déscription
Kronos Le temps; roi de sa génération de dieux
Rhéa Épouse de Kronos, mère de la plupart des douze Olympiens
Océan L'océan, que les Grecs voyaient comme rivière vaste encerclant la terre
Hypérion Lumière céleste, mise-en-ordre des jours et mois dans l'année
Japet Mortalité et blessure
Coéos Intelligence, axis des cieux
Crios Maîtrise, amenage, constellations
Téthys Soeur et épouse d'Océan, mère de tous les fleuves
Dioné Soeur de Kronos, mere d'Aphrodite par Zeus
Mnémosyne Mère des Muses par Zeus
Phoebé Déesse de l'oracle de Delphi
Théia Vue, lumière céleste, lustre d'argent et d'or
Thémis Loi et ordre naturel, mère des Moires et des saisons

Kronos a fait rébellion contre Uranus et l'a tué et l'a châtré. Comme le sang d'Uranus a infiltré la terre il a généré trois femmes d'aspecte terrible, les Érinyes (Furies), qui ont tourmenté ou autrement puni les hommes pour crime, conduit non-filial, ou autres péchés.

Puis Kronos, en le peur de sa propre déposition, a commencé à déglutir ses propres enfants par Rhéa. Lorsque Rhéa a porté Zeus au monde, elle l'a caché sur l'île de Crète et a substitué une pierre en sa place. À la longue Zeus a causé Kronos à déglutir une boisson émétique qui l'a causé à dégurgiter tous ses enfants. Ses enfants ont commencé une guerr avec les Titans en laquelle ils devraient aussi se battre contre varieux autres « fils de terre » monstreux, y compris des géants. Les Olympiens ont gagné la guerre à la longue.

Les douze grands Olympiens étaient:

Nom Déscription
Zeus Le chef des dieux et dieu du ciel et du tonnerre
Héra déesse de mariage, l'attache patriarcal de sa propre subordination
Poséidon dieu de la mer (la Mer Méditérannée ou « Mer Moyenne »)
Hadès, alias Pluton dieu du sous-monde et de richesse
Aphrodite déesse de l'amour et de la beauté, fille de Zeus et Dioné.
Apollon dieu du soleil et de la musique
Artémis déesse vierge de la lune et de la chasse, les animaux fauves, la guérison, la grande nature, la chasteté, et l'accouchement
Athéna déesse de sagesse et stratégie
Arès dieu de la guerre
Héphaïstos dieu des forgerons, des artisans, des scupteurs, des métaux et de métallurgie, et du feu
Hermés dieu des bornes et des voyageurs, des bergers, des orateurs, de la littérature, des poètes, d'athlétique, des poids, mesures et invention, de la finesse des voleurs, le messager des dieux aux humains
Hestia déesse de l'âtre, garde du feu d'Olympus

En outre a ceux étaient les deux grands dieux de la terre: Déméter, déesse du moisson, et Dionysos, dieu des vendanges. Déméter avait une fille, Persephoné, déesse du printemps. Elle passait six mois (les mois d'hiver) dans le sous-monde et puis a retourné à Mont Olympus pour être avec sa mère. Dionysos était fils de Zeus par une femme de la ville-état grecque de Thèbes; il s'est écharpé chaque hiver, possiblement selon les ordres de Héra, et s'est régénéré au printemps.

La religion grecque n'avait pas de base réelle. Elle était une pratique flexible, et n'avait pas de clergé vrai et pas de texte sacré ou code moral pour le peuple de suivir. Chaque ville-état avait ses propres divinités, mais comme le culte de Zeus s'est répandu, Zeus a assumé l'identité du dieu municipal. Le résultat était que Zeus avait une rénommée déplaisante pour être géniteur de multiples enfants sans se marier.

Les Grecs ont vénéré des oracles, des petites divinités, des demi-dieux, et des héros. Ils aussi croyaient en une vie future. Mais avec la seule exception du héro légendaire Héraclès (Hercule), aucun humain ne pouvait pas aspirer à une vie dans les cieux. Au lieu, il s'assignerait à la mort out à Tartare, une place de tourment, ou à l'Élysée, une place se satisfaction de tous les désirs. Chacune de ces domaines avait un juge pour la régner: Rhadamanthe sur Tartare et Minos sur l'Élysée. Ces deux hommes, fils de Zeus et une princesse argive nommée Europe, ont été rois durant leurs vies, et leurs positions étaient récompenses pour leurs règles fidèles et dignes sur leurs royaumes respectifs.

Les tourments des hommes vilains étaient vraiment plus semblables à la frustration qu'à la vraie torture. À un Grec, la pire chose qui pouvait advenir à un homme vilain après la mort était d'avoir ce qu'il désirait plus placé immédiamment au-delà de son étendue, ou de s'affecter une tâche futile. Par exemple, Tantale, qui a fait assassiner son fils et le servir comme plat principal pour un banquet pour les dieux, était debout dans une pièce d'eau qui s'est assêchée n'importe quand il essayait de bouvoir d'elle, et au-dessus de son tête s'est suspendu des rameaux chargés avec de fruit qui se sont mus au-delà de son étendue quand il essayait de sélectionner un fruit. Sisyphe s'est affecté à rouler un roc vers le haut d'une colline, mais il ne pouvait rouler le roc qu'assez proche au haut avant qu'il se roulerait à la bas. Les Danaïdes, qui ont eu assassiné leurs maris pendant leurs noces, se sont affectées à tirer d'eau d'une rivière en vaisseaux truffés avec des troux.[22]

Philosophie

Dans les derniers siècles avant la venue de Rome, la religion a commencé à disparaître, et la philosophie l'a succédé. Mais la vielle religion a survéçu assez longue pour les Romains adopter le système classique grec de vénération et donner leurs propres noms aux dieux varieux.

Vie

Acropole d'Athènes

Le peuple de l'ancienne Grèce essayaient d'expliquer le monde par utilisant la nature. Ils ont fait aussi quelques découvertes importants en les mathématiques et la science. Elles incluaient la géométrie et les premières théories de la physique.

Athènes se considère être le « berceau de démocratie. » En cette ville, pour la première fois, les hommes ont bâti les premières institutions démocratiques, y compris une législature seigneure, une coutume d'initiative et référendum, et un exécutif élu en chef (le stratégos ou littéralement l'officier général). Les Athéniens ont réservé aussi à leur assemblée populaire le pouvoir de bannissement, un pouvoir qu'ils ont exercé par le moyen de l'utilisation des ostracons. De cette pratique se dérive le mot moderne ostracisme.

Peuple

Hommes: Les hommes ont opéré le gouvernement ou d'ailleurs travaillaient dans les champs. Ils ont passé leurs jours en surveillant les recoltes ou les bestiaux, en naviguant, en chassant, en manufacturant, ou en métier. En leur temps libre ils faisaient des fêtes de boire auquelles les femmes ne se permettraient pas être présentes, et ils seraient présents aux jeux atlétiques.

Femmes: Les femmes avaient de liberté très limitée. Ils se sont permises de visiter leurs amies femelles pendant des périodes courtes de temps, et être présentes aux noces, aux obsèques, et aux festivaux religieux. Les femmes étaient responsables pour la maison; leures seules préoccupations étaient la maison et les enfants. Ils ne faisaient pas vraiment le ménage; ils avaient des esclaves mâles qui gardaient la porte et donnaient des leçons aux enfants mâles, et des esclaves femelles qui cuisinaient, nettoyaient, et travaillaient dans les jardins.

Les femmes ne se sont pas permise d'être présentes aux jeux publiques, y compris les Olympiades. Les participants athlétiques ne s'habillaient pas, ou en entraînage ou en les jeux vrais—dequel se dérive le mot moderne gymnase, qui originellement n'était pas seulement une place pour entraîner mais aussi une place de nudité. Mais une femme s'est permise de participer dans les courses de chariot si elle possédait un cheval.

Enfants: En ancienne Grèce on se considérait un enfant jusqu'il avait l'âge de trente. Quand un enfant serait né la maisonnée ont fait une fête. Le père danserait une danse rituelle avec l'enfant, et les amis et la famille mettraient des dons. Pour annoncer le genre de l'enfant à la communauté, le père décorerait son embrasure de porte avec des courrones d'olive pour un garçon et des courrones de laine pour une fille.

Grèce moderne

Histoire

Flag of Greece.JPG

L'histoire moderne de Grèce commence en 1821 avec sa première révolte organisée contre l'Empire Ottoman. Cette guerre est finie en 1830 quand Grèce a gagné enfin son indépendance de la rècle turque. Le premier Roi des Hellènes était le Roi Otto (1833-1863). Otto s'est déposé en 1863, et le Roi George I a commencé à régner et a établi la Maison de Glucksberg régnante.

La monarchie a tenu d'influence continueuse jusque 1924, durant lequel temps les rois de Grèce essayaient d'unifier tous les Grecs encore dedans l'Empire Ottoman en un état grec unifié. Cette idéal d'enosis (du mot grec moderne enono je joins ensemble) n'est jamais complètement mort, mais n'est jamais complètement accompli. Le roi George I a commencé le projet en 1864 avec la ré-acquisition des îles ioniennes. Avant la Première Guerre Mondiale, Grèce s'est agrandi à son étendue présente.

Grèce a participié en la Premiere Guerre Mondiale sur le coté allié. Après la guerre, les Grecs ont essayé d'acquérir plus de pays des Turques. Mais les Pouvoirs Alliés ont agi de couper les lignes de provision des Grecs, et Mustaphe Kemal (alias Ataturque), successeur au Sultan Ottoman, a chassé enfin les Grecs des pays turques en 1922.

Entre 1924 et 1935 la Grèce était république. Le roi George II a rétabli la monarchie en 1935.

Le 28 octobre 1940 les Italiens, sous la ménage de Duce Benito Mussolini, ont envahi la Grèce. Ainsi la Grèce s'est tiré en la Deuxième Guerre Mondiale. Les forces grecque ont pu expulser les Italiens mais ne pouvaient pas tenir le coup de l'envahissement allemand qui a suivi en avril de 1941. La Grèce restait un pays occupé jusque octobre de 1944 quand les Allemands, déjà appuyés en Europe après l'envahissement alliée de Normandie (France), ont retiré leures forces.

Le gouvernement-en-exil grec s'est rétabli en Athènes, mais le mouvement principal de résistance puis a essayé d'établir une république communiste. De combat continueux a mené à guerre civile en 1946. Trois ans plus tard, les Communistes se sont vaincus, après Yougoslavie a déclaré sa propre indépendance de l'Union soviétique et a refusé l'entrée aux insurgés communistes grecs.

Le gouvernement en Grèce n'était pas entièrement stable pendant que la monarchie restait. Le 21 avril 1967, une dictature militaire a saisit de pouvoir. L'armée a continué en pouvoir jusque juillet 1974, quand l'armée a essayé de vaincre le gouvernement de Chypre. Ceci a incité les Turques à envahir Chypre et occuper presque une troisième de l'île. Plusieurs officiers seigneurs ont retiré leur soutien des dictateurs militaires, et ils ont perdu complètement leur pouvoir. Enfin, le 8 décembre 1974, le peuple grec ont établi une république par référendum populaire.[23]

Jeux Olympiques modernes

En 1890, Pierre de Coubertin, alias Pierre le Rénovateur, a fondé l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques, en un effort de promouvoir l'entraînement athlétique dans son pays. Coubertin croyait que les Français ont eu perdu la Guerre Franco-Prussienne parce que leurs soldats s'ont été insuffisamment entraînés et manquaient la sorte d'éducation physique qui fait des bons soldats. En 1892 il a proposé une reprise des anciennes Olympiades. Ses campagnards l'ont ignoré à ce temps, mais deux ans plus tard il a fait la même proposition à une organisation représentante neuf pays. Ils s'ont placé en accord avec lui, et ont fondé la Comité Internationale des Olympiques moderne.

La première olympiade moderne s'est tenue en Athènes en 1896. Les jeux Olympiques se sont tenus quadriennalement dès lors, sauf en 1916 (durant la Première Guerre Mondiale) et 1940 et 1944 (durant la Deuxième Guerre Mondiale). Athènes a accueillé une olympiade « non-officielle » en 1906 et n'accueillerait pas les jeux officiellement encore jusque 2004.[24]

Références

  1. Avant 2001: Drachme grec (₯)
  2. Greece Climate and Weather de <http://www.worldtravels.com/> Accédé le 28 août 2008.
  3. Machen, J. Gresham. New Testament Greek for Beginners. Eugene, OR: Wipf and Stock Publishers, 2001 (ISBN 1579101801).
  4. Dolphin, Lambert. « The Table of Nations: Genesis Chapters 10-11. » 10 mars 2003. Accédé le 28 août 2008.
  5. Osterholm, Tim. « The Table of Nations (Genealogy of Mankind) and the Origin of Races (History of Man). » Août 2008. Accédé le 28 août 2008.
  6. 1 Macchabées 12:20-22
  7. Antiquités 12.4.10
  8. Tabari 2:11, Hadith islamique
  9. James Ussher, The Annals of the World, Larry Pierce, ed., Green Forest, AR: Master Books, 2003 (ISBN 0890513600), pghh. 95-96
  10. Ussher, op. cit., pgh. 373
  11. Ussher, op. cit., pgh. 566.
  12. Gill, N. S. « Ancient Olympics - Details on the Ancient Olympic Games. » <http://ancienthistory.about.com/>, n.d. Accédé le 29 août 2008.
  13. 13,0 et 13,1 Beck, Sanderson. « Ethics of Greek Politics and Wars 560-360 BC. » En Greece and Rome to 30 BC, octobre 2004. (ISBN 0971782377). Accédé le 29 août 2008.
  14. Ussher, op. cit., pghh. 1633-36
  15. Hooker, Richard. « Philip of Macedon. » Hellenistic Greece, 1996. Accédé le 29 août 2008.
  16. Ussher, op. cit., pghh. 1698-99
  17. Ussher, op. cit., pgh. 1792
  18. Ussher, op. cit., pgh. 1815
  19. Ussher, op. cit., pgh. 1816
  20. Ussher, op. cit., pgh. 1841
  21. Popovic, John J. « Alexander the Great. » 2001. Accédé le 30 août 2008.
  22. Hamilton, Edith. Mythology. 1940.
  23. « Greece History » par <http://www.world66.com/>. Accédé le 28 août 2008.
  24. Rosenberg, Jennifer. « A History of the Olympics. » <http://history1990s.about.com/>, n.d. Accédé le 29 août 2008.


Liens externels

Creationwiki french biblique portal.png
Naviguez


Creationwiki geography portal.png
Naviguez


Voyez aussi